Sophie Lionnet : le supplice d’une jeune fille au pair.

Sophie est née le 7 janvier 1996 à Troyes, dans l’Aube. Elle est décrite comme une jeune fille douce, serviable, aimant les animaux et passionnée par le cinéma. Elle possédait un CAP petite enfance, et prévoyait de devenir fille au pair en Angleterre afin d’améliorer son anglais et de s’occuper des enfants.

Sophie Lionnet

En 2015, Sophie fut engagée en tant que fille au pair par Sabrina Kouider, 35 ans, et son compagnon Ouissem Medouni, 40 ans, un couple franco-algériens résidant en Angleterre. Sabrina avait déjà un fils né de sa précédente union avec Mark Walton, le fondateur du groupe Boyzone, et un autre fils né d’un père parisien. Ouissem et Sabrina louaient une belle maison à Southfields, un district de la banlieue sud de Londres. Sabrina, qui se présentait comme styliste de mode, fit tout de suite bonne impression à Sophie, grâce à sa beauté et son attitude décontractée. Ni une ni deux, Sophie saute sur l’occasion et part s’installer avec le couple pour quelques mois.

Ouissem Medouni et Sabrina Kouider

« Je l’ai vue le 31 décembre 2015, juste avant son départ. Pour la première fois, elle rayonnait, heureuse de s’en aller. » raconte sa cousine.

« Je ne connaissais pas ces gens, je ne les avais jamais contactés et ma fille partait vivre chez eux !… C’était flou, comme projet. Je ne voulais pas qu’elle s’en aille comme ça. Le jour de son départ, j’étais un peu fâchée… » dira sa mère, Catherine.

Au début tout semble aller pour le mieux pour la jeune fille, en tout cas c’est ce qu’elle raconte à ses proches. Mais en réalité, Sophie s’est vite rendu compte que ses patrons l’exploitent. Ils ne la payaient que 56 euros par mois, il y avait chaque jour une ambiance glaciale car Sabrina et Ouissem se disputaient fréquemment, et Sabrina passait sa mauvaise humeur sur Sophie. Petit à petit, Sabrina a commencé à accuser la jeune fille de lui voler des bijoux, et d’avoir eu des relations sexuelles avec son ex Mark Walton. Mais bien évidemment, Sophie et Mark Walton ne s’étaient jamais rencontrés, et de plus, l’homme résidait à Los Angeles.

Ces épisodes psychotiques où Sabrina accusait Sophie des pires choses étaient devenus monnaie courante. Elle pensait également que Sophie avait été envoyée par Mark Walton pour l’espionner, et chaque jour, Sabrina devenait de plus en plus agressive envers la jeune fille. Sabrina avait également posé des caméras dans la maison pour la surveiller, et elle lui avait même volé son passeport et la menaçait de la séquestrer si Sophie n’avouait pas les méfaits dont elle était injustement accusée. De plus, le couple avait commencé à affamer leur fille au pair, qui devenait de plus en plus maigre et faible, allant jusqu’à perdre 20kg.

Afin de faire chanter son ex Mark Walton sur sa supposé realtion avec Sophie, Sabrina a commencé à enregistrer les interrogatoires qu’elle faisait subir à la jeune fille, des interrogatoires qui duraient parfois 12 heures par jour, et auxquels Ouissem participait parfois. Dans ces enregistrements audio et vidéo, on peut y voir Sophie terrorisée, amaigrie, tandis que Sabrina lui hurle dessus : « Tu ne retourneras pas en France avant de m’avoir dit la vérité ! » ou encore « Je prie Dieu pour qu’il m’empêche de te toucher et de me salir les mains ! » « Je vais te gâcher la vie comme tu as gâché la mienne !» « Pourquoi m’as-tu fait du café ce matin-là ? Tu l’avais drogué ? »

Environ six mois après son arrivée en Angleterre, Sophie écrit à sa mère Catherine : « Venir ici ne m’a rien apporté de plus qu’un tout petit peu d’expérience. J’aurais dû t’écouter et non mon cœur. Je suis une idiote… » « Je vais rentrer à la maison, mais je n’ai pas encore reçu de réponse. Je travaille beaucoup et le soir je suis épuisée. (…) Elle dit qu’elle n’en a rien à faire de ma famille et m’accuse d’avoir volé un pendentif avec un diamant dessus, mais je n’ai rien à voir avec ça. Je ne comprends rien à ces histoires, pourquoi j’y suis impliquée.»

En novembre 2016, elle demande à sa mère de l’argent afin de réserver un billet pour rentrer en France. Elle ajoute : « Ils m’ont dit que je pouvais rentrer en novembre, mais le mois touche à sa fin et je ne vois rien venir. Désolée de te déranger avec ça. » Plus tard, Sophie dira à sa mère que Sabrina lui demandait un préavis d’un ou deux mois avant de partir car la mère de famille n’avait pas d’argent pour la payer. Sa mère lui demande de rentrer pour les vacances de Noël, mais Sophie va multiplier les excuses : « Je dois rester aider Sabrina, elle travaille trop je ne peux pas la laisser, elle n’a personne pour me remplacer. » Mais en réalité, c’est Sabrina qui oblige Sophie à trouver des excuses à ses parents, car elle ne veut pas la laisser partir.

Sabrina va commencer à arrêter de donner de l’argent à Sophie et va aller jusqu’à lui confisquer son téléphone portable. Sophie va alors commencer à utiliser l’ordinateur d’une bibliothèque pour contacter ses parents. En février 2017, elle leur écrit : « Je ne peux rien lui dire pour le moment, mais je vais lui parler. (…) Quand elle n’est pas d’humeur, elle me dit que je peux prendre mes affaires et après elle me dit qu’elle est désolée de me parler si mal, qu’elle travaille beaucoup et qu’elle veut m’engager comme modèle pour faire des photos. »

Pendant l’été 2017, Sabrina va appeler Catherine, la mère de Sophie, pour se plaindre de sa fille, lui disant que Sophie traînait avec des hommes plus âgés, qu’elle était paresseuse, et qu’elle avait même agresser ses enfants. Lorsque Sabrina va passer le téléphone à Sophie pour parler à sa mère, la jeune fille est en larmes, mais elle ne dira rien. Catherine va insister pour que Sabrina lui renvoie sa fille en France, mais Sabrina dira qu’elle n’a pas d’argent pour lui payer son billet. En août 2017, Catherine envoie de l’argent à sa fille pour payer son billet d’avion, mais Sabrina appellera à nouveau la mère de Sophie pour lui dire qu’elle décalait son retour en France.

 « On s’est dit que si ça continuait, on s’organiserait pour aller à Londres. Financièrement, c’était dur pour nous. J’avais été licenciée après un long arrêt maladie, seul mon compagnon travaillait. Il n’y avait personne pour garder mon petit garçon. C’était compliqué. Jamais on n’aurait pu imaginer ce qu’il se passait. Je faisais confiance à Sabrina. » raconte Catherine.

Sabrina et Ouissem vont commencer à être violents physiquement et vont battre la jeune fille à la moindre occasion, en plus de continuer leurs interrogatoires musclés où Sophie était insultée et malmenée. Le 18 septembre 2017, après des mois de torture, Sophie craque et avoue ces crimes imaginaires, espérant avoir la paix. Mais le couple va alors l’emmener dans la salle de bain, et la noyer dans la baignoire.

Le 20 septembre 2017, un voisin appelle les policiers car une épaisse fumée se dégage depuis plusieurs heures du jardin de Sabrina Kouider et Ouissem Medouni. Quand les policiers sont arrivés, ils ont vu que Ouissem avait fait un barbecue avec du poulet, mais la fumée noire qui s’en dégageait était tellement épaisse que les policiers ont tout de suite penser que c’était anormal. Et parmi les cendres, ils ont pu découvrir un nez et une main. Très calme, Ouissem dira qu’il avait simplement fait brûler un mouton, ce qui expliquait l’épaisse fumée. Lorsque Sabrina se fera interrogée ce même soir, elle dira qu’elle ne sait pas où se trouve sa fille au pair, et qu’elle est sans doute partie avec Mark Walton.

Ouissem Medouni et Sabrina Kouider seront rapidement mis en examen pour meurtre et placés en détention. Ils vont reconnaître avoir voulu faire disparaître le corps de Sophie mais nient l’avoir tuée. Le cadavre de Sophie, qui avait été mit dans une valise avant d’être brûlé, avait été calciné au point qu’il fut difficile de détermine le sexe. L’autopsie révélera quatre côtes cassées, des hématomes aux bras, au dos, à la poitrine, ainsi que des fractures au sternum et à la mâchoire.

Lors de leur procès le 19 mars 2018, Sabrina et Ouissem nient les accusations et plaident non coupable. Sabrina dira même : « Elle était très, très heureuse. Elle ne voulait pas aller dans sa famille». Comme quoi elle aurait empêché Sophie de se rendre chez sa famille à Noël 2016, elle répond : «Elle ne l’a pas demandé parce que nous avions des moments formidables. Elle s’amusait. (…) Je pense que c’est le meilleur Noël que nous ayons jamais eu». Sabrina Kouider ajoute que Sophie aurait pu partir quand elle le voulait, qu’elle était toujours payée et qu’elle avait même eu droit à des extras.

Puis, elle va commencer à blâmer la jeune fille : « Sophie me rendait folle! Elle agissait de manière malfaisante (…) elle jouait la victime ! (…) C’était moi la prisonnière (…) pendant que Sophie se baladait avec Mark Walton !» « Je n’ai pas tué Sophie ! Je traitais bien Sophie, je la respectais ! » plaide-t-elle devant le juge. Au cours de leur procès, Sabrina et Ouissem vont ensuite rejeter la faute l’un sur l’autre : « Sabrina m’a réveillé, probablement vers 01h30. Elle disait que Sophie ne respirait pas », raconte Ouissem au tribunal. Il affirme avoir tenté de réanimer en vain la jeune fille, puis avoir enveloppé Sophie dans un draps blanc et l’avoir mise à l’intérieur d’une valise pour ne pas que les enfants la voient. Lorsqu’on lui demande pourquoi il n’a pas prévenu les secours, il répond que c’était à nouveau pour protéger les enfants. Ouissem ajoute que c’est Sabrina qui aurait insisté pour brûler le corps de Sophie.

Ouissem accuse alors sa compagne devant le tribunal : « C’est toi qui l’as fait ! Tu as mis sa tête dans l’eau !» . En ce qui concerne les interrogatoires auxquels il participait, il répond qu’il pensait que Sophie menaçait la sécurité de leur famille et qu’il voulait connaître la vérité : « J’avais à l’esprit l’histoire selon laquelle Sophie emmenait (un des garçons) auprès d’un pédophile.» « Parfois les mots que j’ai utilisés étaient horribles et je le regrette.»

« Les souffrances et la torture que vous lui avez infligées avant sa mort étaient prolongées et sans pitié » leur déclare le juge Nicholas Hilliard. « Je suis certain (…) que vous avez tous les deux torturé Sophie dans la baignoire (…) en la menaçant de la noyer si elle ne vous fournissait pas les informations que vous souhaitiez et qu’elle ne pouvait fournir parce qu’elles n’existent pas. »

Mark Walton, l’ex compagnon de Sabrina, va venir exprès à Londres pour témoigner contre elle au procès : « C’est une femme très intelligente, calculatrice, manipulatrice, capable, en l’espace de quelques secondes, de devenir assez effrayante. » « Elle parlait avec un doux accent français et tout d’un coup elle changeait de ton, s’énervait, parlait très fort et ne se souciait pas de l’endroit où nous étions. » Il a ensuite expliqué qu’à l’époque où il était en couple avec Sabrina, elle avait déjà renvoyé plusieurs nounous car elle les soupçonnait de le draguer, de voler ou de maltraiter leur fils. Elle avait également appelé la police plusieurs fois car elle avait vu les photos d’une autre femme sur le téléphone de Mark.

Et alors qu’elle était enceinte de lui, Sabrina avait disparu avant de le recontacter plus tard pour lui dire qu’elle avait perdu le bébé, et qu’elle se trouvait chez de la famille à Paris. En réalité, elle avait accouché seule aux Etats-Unis, et Mark ne su que plus tard qu’il avait un enfant qu’il croyait perdu. Lorsqu’il avait cessé de lui verser une pension après leur séparation en 2013, Sabrina l’avait accusé de pédophilie et de maltraitance, avant d’afficher ces diffamations sur les réseaux sociaux dans le but de le discréditer. Mark a également démenti avoir été en contact avec Sophie Lionnet.

Le père du second enfant de Sabrina, un certain Anthony François, va également être entendu : « Elle pouvait être adorable comme elle pouvait être détestable. Elle criait souvent et devenait agressive. Son attitude était incompréhensible.»

L’avocat de Sabrina a tenté de plaidé la maladie mentale de sa cliente, car la jeune femme souffrirait de troubles délirants. Pour Ouissem, son avocat le décrit comme un homme mentalement faible, ayant été endoctriné par sa compagne.

Le 24 mai 2018, Sabrina et Ouissem sont reconnus coupables du meurtre de Sophie, et le 26 juin suivant ils sont condamnés à la prison à vie avec une peine de sûreté de trente ans. Un an plus tard, en mai 2019, le couple a fait appel pour revoir leur peine, mais cette demande a été rejetée, et leur condamnation est donc maintenue.

Même si la famille de Sophie est satisfaite du verdict, cela ne change rien à leur douleur : « Tous les matins je viens ouvrir les volets de sa chambre » dit sa mère. « J’ai donné son lit à une association il n’y a pas longtemps. Peut-être qu’un jour, je mettrai autre chose, dans cette pièce. Mais pour l’instant, il reste les posters. Les souvenirs. Le papier peint. C’est elle qui l’avait choisi. Et il restera, ce papier.»  » « On ne peut pas oublier ça, vous savez. »

A sa mort, Sophie avait 21 ans. Elle a été inhumée le 8 juin 2018 et repose dans une sépulture familiale au cimetière de Sens.

Bianca Devins : un meurtre qui a choqué internet.

Bianca est née le 2 octobre 2001. Originaire d’Utica dans l’Etat de New York, elle était considérée comme une E-Girl sur Instagram à cause de son style assez particulier. Elle était récemment diplômée du lycée et prévoyait d’étudier la psychologie.

Bianca Devins
Brandon Clark

En 2019, alors qu’elle est âgée de 17 ans, Bianca rencontre Brandon Clark, 21 ans. On ne connait pas réellement la nature de leur relation, certains proches disent qu’ils avaient eu une brève liaison, d’autres disent qu’ils ne sont jamais sorti ensemble.

Le 13 juillet 2019, Bianca devait se rendre à un concert de la chanteuse Nicole Dollanganger. N’ayant pas de voiture, elle avait d’abord demandé à Brandon s’il pouvait l’emmener et assister au concert avec elle, avant de finalement changer d’avis et partir avec un ami. Brandon va les rejoindre aux alentours de minuit, et au cours de la soirée il va reprocher à Bianca de flirter avec ce garçon.

A la fin du concert, Brandon propose à Bianca de la ramener chez elle. Mais au lieu de rentrer, les deux jeunes vont s’installer dans la voiture de Brandon garée dans une impasse, et y rester environ deux heures.

Dans la nuit du 14 juillet, un utilisateur de Discord appelle 911 pour signaler les photos du cadavre d’une jeune fille qui circulent sur la plateforme. Peu après, plusieurs autres personnes vont passer des appels au 911 pour signaler les mêmes photos qui seraient mises en ligne sur Instagram. Puis c’est au tour de Brandon de contacter le 911, où il dit avoir tué Bianca. L’appel est tracé jusqu’à l’impasse où ils s’étaient arrêtés.

Lorsque les policiers arrivent sur les lieux, ils surprennent Brandon en train de se prendre en photo devant le cadavre de Bianca, dont la gorge a été tranchée. Puis lorsqu’il voit les policiers, le jeune homme tente de se suicider en plantant un couteau dans le cou. Gravement blessé, il est hospitalisé puis inculpé pour meurtre au second degré.

Une amie de Bianca confiera que celle-ci lui avait envoyé des messages durant cette soirée, et dans l’un d’eux elle écrit que Brandon était très en colère de la voir flirter avec cet ami au concert. Sur son compte Instagram, Brandon avait publié des photos du cadavre de Bianca en écrivant en légende : « Désolé les connards, mais vous allez devoir trouver quelqu’un d’autre à qui tourner autour. » Ensuite, toujours sur Instagram, Brandon poste une vidéo où il se filme en train de conduire de nuit, accompagné du message :« L’enfer arrive, c’est la rédemption, non ?»

Suite à cela, le compte Instagram de Bianca qui cumulait 400 abonnés va voir son chiffre exploser et atteindre les 100 000 abonnés. Sur le site 4chan, certains Incels se sont réjouis de la mort de la jeune fille, reprochant à Bianca d’avoir refusé les avances de Brandon, avant de partager les photos de son cadavre. Les Incels sont un groupe auto-nommé constitué principalement d’hommes nourrissant une haine féroce envers les femmes, qui, selon eux, seraient responsables de tous leurs malheurs, dont leur célibat.

Alors que les photos du corps de Bianca étaient partagées sur internet, des internautes plus bienveillants ont diffusé massivement le hashtag #RIPBianca accompagné de photos mignonnes, afin de « noyer » les images du cadavre.

En février 2020, Brandon a plaidé coupable pour le meurtre de Bianca, et s’est ensuite excusé :« Bianca ne méritait pas ce qui lui ai arrivé. Je m’excuse auprès de toutes les personnes qui la connaissaient et l’aimaient. Je m’excuse auprès de tous ceux qui sont touchés par cela, tous ceux qui ont dû voir cette horrible photo d’elle. Je sais que les excuses ne suffisent pas et que cela ne reprendra pas ce que j’ai fait. »

Le 5 août 2020, Brandon a comparé devant le tribunal du comté d’Oneida, et a déclaré vouloir retirer son plaidoyer de culpabilité. La défense a jusqu’au 22 septembre pour répondre à sa demande et une date d’audience est prévue pour le 30 septembre 2020.

L’affaire Missy Bevers : était-elle attendue par son meurtrier ?

Terry « Missy » Bevers est née le 9 août 1970 à Graham au Texas, aux Etats-Unis. En 1998, elle se marie avec Brandon Bevers avec qui elle aura trois filles. Missy vivait à Midlothian dans l’Etat du Texas avec sa petite famille. Dynamique et sportive, elle exerçait en tant que professeur de fitness et était très appréciée par ses élèves.

Missy avait pour habitude de donner ses cours de fitness très tôt le matin sur le parking d’une église, la Creekside Church. Depuis quelques jours il pleut averse sur la région, et le 17 avril 2016 Missy poste un message sur Facebook où elle informe ses élèves que le cours de fitness du lendemain sera maintenu, mais au lieu se de dérouler sur le parking il se fera donc exceptionnellement à l’intérieur de l’église.

Le 18 avril 2016, vers 3h50 du matin, les caméras de surveillance à l’intérieur de l’église filment une personne non identifiée et affublée d’une tenue de policier et d’un casque, qui erre seule dans les couloirs. On pense d’abord à quelqu’un qui s’est infiltré dans l’église dans le but de voler des objets, mais on se rend rapidement compte que l’individu n’a pas le profil d’un cambrioleur. Il déambule tranquillement dans l’église, ouvre certaines portes, mais il ne prend aucun objet. Cependant, on remarque qu’il tient un marteau à la main. Son attitude calme et détachée semble montrer qu’il attend quelqu’un. A 4h16, une caméra de surveillance filme Missy arriver à l’église et y entrer afin de préparer son cours qui doit se dérouler une heure plus tard. Vers 5h06 du matin, les élèves de Missy appellent le 911 lorsqu’ils découvrent son corps sans vie dans l’église.

Les images du suspect

La pauvre femme baigne dans une marre de sang, et lorsque les secours arrivent, ils ne peuvent que constater son décès. Elle présente des blessures importantes à la tête et au thorax. Un examen du bâtiment a révélé que l’intrus était entré par effraction par une porte latérale. Il est clair pour les enquêteurs qu’il s’agit bien d’un meurtre prémédité, et non d’un cambriolage qui aurait mal tourné. Encore une fois, l’attitude du suspect ne correspond pas à un cambrioleur, il ne semble pas s’intéresser à ce qui se trouve dans les pièces, et après vérification on constate qu’aucun objet n’a été volé dans l’église. Sur les caméras, on le voit en revanche taper plusieurs dans le mur d’un couloir avec son marteau, comme s’il cherchait à faire croire à un cambriolage qui aurait tourné à la lutte. De plus, on pense qu’il devait forcément savoir que Missy devait se rendre à l’église à cette heure-là, et qu’elle serait seule.

Lorsqu’on se penche sur les images filmées cette nuit là, on remarque que l’individu a une démarche assez particulière, il marche les jambes en « canard », et semble presque boiter de la jambe droite. On pense qu’il ferait entre 1m57 et 1m70. Certains ont même penser qu’il pourrait s’agir d’une femme. Il est fort probable que le meurtre de Missy fut filmé par les caméras à l’intérieur de l’église, mais les images ne furent jamais rendues public. Un minuscule ADN sera retrouvé sur la scène de crime, mais malheureusement pas en quantité suffisante pour être analysé.

Rapidement, les enquêteurs font une nouvelle découverte. Plus tôt ce matin-là, environ deux heures avant le meurtre, une Nissan Altina de 2010-2012 a été filmée par des caméra de surveillance en train de circuler sur le parking d’un magasin SWFA Outdoor, situé à environ 800 mètres de l’église. Le conducteur, qui n’a pas été identifié, a une attitude des plus étranges. A bord de sa voiture, on le voit faire lentement le tour du bâtiment, s’arrêter quelques minutes, éteindre ses feux et les rallumer, pour ensuite continuer à faire le tour du magasin. Ce petit manège dure environ six minutes. Mais tout comme le conducteur, la plaque d’immatriculation du véhicule n’a pas pu être identifiée.

L’entourage de Missy sera rapidement interrogé, dont Brandon, son mari. L’attitude de Brandon a été jugée suspicieuse car il disait ne pas vouloir savoir qui aurait pu commettre cet acte, mais l’homme possède un alibi : au moment des faits, il se trouvait à plus de 965km d’ici. Il précise plus tard que s’il voulait se tenir éloigner de l’enquête, c’était pour le bien de ses filles qui étaient très perturbées par les événements. Plus tard, une amie de Missy va confier aux enquêteurs que quelques jours avant le meurtre, Missy avait reçu un message anonyme sur LinkedIn qu’elle avait jugé inquiétant, mais elle ne se rappelle plus du pseudonyme du profil.

Rapidement, les soupçons vont ensuite se tourner vers Randy Bevers, le père de Brandon, et donc le beau-père de Missy. En effet, on constate que la corpulence ainsi que la démarche du suspect et celle de Randy ont des similitudes particulièrement troublantes, voire quasiment identiques.

Brandon et Randy Bevers

Quatre jours après le drame, on apprend que Randy s’était présenté au pressing avec un t-shirt tâché de sang. Il disait qu’il s’agissait du sang de son chien qui s’était battu avec un autre chien. Le vétérinaire sera interrogé, et il confirmera l’histoire. Mais les soupçons continuent de peser sur lui. On apprend alors que comme son fils, Randy a un alibi : il se rendait en Californie avec sa femme au moment du meurtre. Mais cela ne rassure pas l’opinion public. Il est étrange que précisément ce jour-là, Randy et Brandon aient fait en sorte de se fournir chacun un alibi en se trouvant très loin de la ville.

Mais dans ce cas, si Randy est bien le coupable, pourquoi s’en serait-il prit à sa belle-fille qui était une femme sans histoires ? Certains avancent la théorie qu’il aurait fait cela pour aider son fils qui subissait une situation compliquée avec sa femme. En effet, depuis quelques temps, le couple avait des problèmes financiers et relationnels. En fouillant le téléphone portable de Missy, on trouvera également des messages échangés avec des hommes, où elle semblait flirter avec eux. Les enquêteurs se demandent alors si Missy avait déjà trompé Brandon, et qu’il avait décidé de se venger avec l’aide de son père. En tout cas, aucun nom d’un potentiel amant ne fut révélé, et les enquêteurs finiront pas écarter Randy de la liste des suspects, faute de preuves tangibles.

Etant donné que l’intrus de l’église fut également soupçonné d’être une femme, les enquêteurs se sont un peu plus penchés sur cette théorie. Comme Missy flirtait apparemment avec d’autres hommes, peut-être s’agissait-il de la femme vengeresse d’un de ses amants ? La femme porterait des chaussures trop larges ou trop lourdes, ce qui expliquerait cette démarche étrange. Elle aurait également pu s’ajouter plusieurs couches de vêtements afin de tromper sur sa corpulence. Mais pourquoi cet habit de policier ? Peut-être que l’époux de cette femme était policier, et qu’elle avait utilisé son uniforme pour se déguiser aux yeux des caméras. Peut-être s’agissait-il d’une manière d’éviter les problèmes avec de potentiels témoins : en voyant un policier vaquer à ses occupations, les gens n’oseraient sans doute pas l’importuner. Le déguisement aurait également pu servir à approcher plus facilement Missy, qui aurait baisser sa garde à la vue de ce prétendu policier.

On étudie également la théorie d’un tueur à gage qui aurait été engagé par Randy et Brandon, leur permettant ainsi de se créer leurs alibis. Mais encore une fois, cela ne reste qu’une supposition.

Malgré les images de vidéosurveillance de l’individu et de la voiture suspecte filmée la même nuit, on ne sait toujours pas qui a pu s’en prendre à cette mère de famille appréciée de tous, ni pourquoi. Cependant, bien que Randy fut écarté de la liste des suspects par la police, il reste tout de même le principal coupable aux yeux de l’opinion public. Non seulement à cause des fortes similitudes entre lui et l’intrus de l’église, mais également car il connaissait l’emploi du temps de Missy. Mais encore une fois, il n’y a pas assez de preuves concrètes pour l’inculper.

Au moment de sa mort, Missy avait 45 ans. Elle laisse derrière elle ses trois filles, qui sont maintenant élevées par Brandon.

Randonnée mortelle : l’affaire Rhonda Casto.

Rhonda Casto est née le 2 juillet 1985 à Galveston au Texas. Elle est décrite par ses proches comme étant douce, attentionnée et très belle. Elle exerçait d’ailleurs en tant que modèle photo.

Rhonda Casto

En 2005, la mère de Rhonda, Julia Simmons, avait trouvé une annonce publiée par un homme nommé Steven Nichols, où il proposait une chambre à louer dans son condo. Il disait qu’il avait récemment divorcer et qu’il avait besoin d’aide pour payer son loyer. Une fois installée chez lui, Julia Simmons trouvait que Steven était une personne très gentille et serviable, et qu’il serait un bon parti pour sa fille Rhonda.

Lorsqu’ils se rencontrèrent, Steven Nichols tomba tout de suite sous le charme de Rhonda, bien qu’elle était plus jeune que lui. A ce moment là, Rhonda avait 20 ans et Steven 30 ans.

Steven et Rhonda

Quand ils ont commencé à sortir ensemble, Steven couvrait Rhonda de cadeaux. Ils partageaient une passion commune pour les grands espaces, les randonnées en forêt, la nature… Ils s’étaient d’ailleurs installés dans l’Oregon, qui est un Etat réputé pour ses espaces naturels et ses activités en plein air. En 2008, Steven et Rhonda on accueillit leur premier enfant, une fille nommée Ava.

Rhonda et sa fille

D’après les proches de Rhonda, la situation n’était pas au beau fixe dans leur couple. Rhonda était malheureuse dans sa relation qu’ils décrivaient comme toxique. Ils se disputaient et se bagarraient très souvent, à tel point que cela devenait invivable pour la jeune femme. Elle avait confié plusieurs fois qu’elle comptait quitter Steven et partir avec leur fille.

Le 16 mars 2009 était une journée splendide. Steven et Rhonda avaient donc prévu de faire une randonnée à Eagle Creek. Ils confièrent la petite Ava à la mère de Rhonda et partirent. Eagle Creek est un sentier réputé pour ses cascades et sa nature verdoyante, et Rhonda était très heureuse à l’idée de faire une promenade là-bas.

Plus tard le même jour, Steven appelle le 911 en expliquant que sa petite-amie est tombée d’un sentier sur une falaise à Eagle Creek. Dans l’enregistrement, on entend que Steven a l’air assez calme malgré l’urgence de la situation. La police arrive sur place vers 18h30. Steven leur explique que durant leur promenade, il aurait commencé à pleuvoir. C’est alors que Rhonda se serait amusée à porter une serviette sur les épaules en criant « Je suis superman! » en courant le long du sentier, elle aurait alors glissé et fait une chute mortelle. Steven explique ensuite qu’il a essayé de pratiquer les gestes de premiers secours sur Rhonda et qu’il aurait fini par s’endormir sur sa poitrine, un détail qui a rendu les policiers perplexes, et il se serait ensuite dirigé vers sa voiture pour appeler le 911. Steven a ensuite souvent ramené sur le tapis le fait qu’il souffrait d’hypothermie, et s’énervait quand les policiers continuaient à l’interroger sur Rhonda plutôt que son état à lui.

Lorsque les policiers trouvèrent le corps de Rhonda, ils découvrirent que le corps se trouvait à environ 15 mètres de la rivière. Or, Steven leur avait assuré qu’il se situait juste à côté de cette rivière. Avait-il déplacé le corps de Rhonda entre temps ? De plus, les policiers remarquèrent que le corps était en position recroquevillée, et ce n’est pas une position dans laquelle on peut pratiquer les gestes de premiers secours.

La famille de Rhonda fut rapidement prévenue, et directement ils accusèrent Steven de l’avoir poussée du sentier.

Jessica et Rhonda

La meilleure amie de Rhonda, Jessica Colburn, fera une révélation troublante : juste avant de partir à cette randonnée avec Steven, Rhonda lui aurait confié en rigolant : « Soit il va me demander en mariage, soit il va me tuer. » Est-ce une terrible coïncidence ou Rhonda se sentait-elle réellement en danger ?

Après un rapide tour à l’hôpital, Steven s’est ensuite rendu chez la mère de Rhonda pour récupérer Ava, et il ne se fit pas très bien accueillir par la famille de la jeune femme. Sentant qu’on commençait à le soupçonner, Steven dira aux policiers qu’il prévoyait bien de demander Rhonda en mariage lors de cette randonnée. Lorsque les policiers lui demandent où se trouve la bague, Steven hausse les épaules et répond : « Elle est sans doute tombée dans le sentier. »

Plusieurs jours plus tard, l’autopsie du corps a révélé que les blessures correspondaient bien à une chute, il ne présentait pas de signes d’attaques. A ce moment-là vint alors une question : Et si Steven avait bien poussé Rhonda ? En tout cas, c’est ce dont les proches de Rhonda sont persuadés. Steven dira alors que sa petite-amie souffrait de dépression, et qu’elle se droguait avec toutes sortes de drogues. Il ajoute que Rhonda serait suicidaire. L’autopsie révèle qu’il y avait uniquement un peu de marijuana et des traces médicaments contre l’anxiété dans l’organisme de Rhonda, La famille de Rhonda affirme qu’elle prenait effectivement des médicaments pour son anxiété, mais qu’elle n’avait pas du tout le profil d’une personne suicidaire.

Peu après la mort de Rhonda, Steven a touché l’assurance-vie de la jeune femme qui s’élevait à 1 millions de dollars. Les enquêteurs ont pensé que c’était pour toucher cet argent que Steven avait tué Rhonda, mais Julia Simmons pense que c’est plutôt parce qu’il avait peur qu’elle le quitte et parte avec leur fille. La famille raconte également que le couple avait des disputes terribles, et qu’un jour Steven avait déjà poussé Rhonda depuis les escaliers. La jeune femme avait même prit une photo de son dos couvert de blessures.

Les policiers fouillèrent le passé de Steven et ils apprirent que son ex-femme avait porté plainte après qu’il ai essayé de l’étrangler et de la pousser depuis un balcon. Mais cette histoire avait été classée sans suite, et Steven a nié les accusations de son ex-femme

Quelques mois plus tard, Julia Simmons va faire une déclaration qui va bouleverser l’enquête. Mélanie, la petite soeur de Rhonda, aurait confié à sa mère qu’elle avait eu des relations sexuelles avec lui alors qu’elle n’avait que 15 ans. Peu de temps après la mort de Rhonda, il aurait même dit à Mélanie que Ava n’était pas en âge de se souvenir de Rhonda, et qu’elle pouvait facilement prendre sa place. Steve confirmera ses accusations.

Malheureusement, la police n’avait pas assez de charges contre Steven pour l’accuser de la mort de Rhonda, et l’enquête a piétiné longtemps. Par la suite, Steven déménagea en Chine avec sa fille, selon lui pour s’éloigner de toute cette histoire car il déprimait depuis la mort de Rhonda.

Steven Nichols

En 2014, un nouveau procureur décida de jeter à nouveau un oeil sur cette affaire. Selon lui, il y avait suffisamment d’éléments pour incriminer Steven. Mais comme l’homme se trouvait en Chine, il était impossible de l’arrêter. Ils contactèrent alors Steven en prétextant qu’il y avait un problème avec le visa de sa fille, afin qu’il revienne en Amérique, et Steven tomba dans le piège. Il est arrêté en 2015, mais le tribunal affirme qu’il n’y a pas assez de preuves pour montrer qu’il avait intentionnellement poussé Rhonda. Il a néanmoins plaidé coupable pour homicide par négligence. En vertu d’un nouvel accord sur le plaidoyer, Steven a reçu 3 ans de probation et doit passer 19 mois en prison en attendant son procès.