L’affaire Bethany Decker : une jeune femme enceinte disparaît.

Disappearance of Bethany Decker - Wikipedia

Bethany Decker, de son nom de jeune fille Littlejohn, est née le 13 mai 1989. Originaire d’Hawaii, elle a grandit dans la ville de Fredericksburg, dans l’Etat de Virginie aux Etats-Unis. Ses proches la décrivent comme une jeune femme intelligente, travailleuse et déterminée.

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Bethany a intégré l’université George Mason dans la ville de Fairfax, où elle étudiait l’économie, tout en ayant un emploi à temps plein. Lors de sa première année à l’université, Bethany a rencontré Emile Decker, qui était soldat à l’Army National Guard. Alors qu’elle est toujours étudiante, Bethany tombe enceinte et se marie avec Emile en 2009. Quelques mois plus tard, elle donne naissance à un garçon. Ces nouvelles responsabilités ne l’ont pas empêchée de continuer ses études et de travailler.

Emile était souvent absent à cause de ses missions à l’étranger, laissant Bethany seule avec leur fils. Jonglant entre sa vie de mère, ses études et son travail à temps plein, Bethany n’eut pas d’autres choix que de confier son enfant à sa mère, Kim Nelson. Au fil du temps, Bethany se mit à souffrir de cette solitude. Son mari était absent durant de longs mois à cause de son travail dans l’armée, et du haut de ses 21 ans elle devait gérer seule ses études, le loyer et l’éducation de leur fils. Elle n’avait que très peu de temps pour sa vie personnelle.

True Case Files: The Disappearance of Bethany Decker
Bethany et Emile

Bethany a alors commencé une relation extraconjugale avec un immigré bolivien âgé de 30 ans, du nom de Ronald Roldan. Petit à petit, des tensions ont commencé à apparaître dans le couple de Bethany et Emile. Emile n’était pas au courant que Bethany avait une liaison, mais leur relation commençait tout de même à s’effriter. Alors que son mari se trouve en Afghanistan pour son travail, Bethany a déménagé dans un appartement à Ashburn, en Virginie, et Ronald a rapidement emménagé avec elle. Un jour où elle est au téléphone avec son mari, Bethany lui dit qu’elle ne veut plus lui parler et qu’il doit la laisser tranquille. Emile dira plus tard que lors de cet appel, il pouvait entendre un homme en train de parler dans le fond.

Le 17 janvier 2011, Emile rentre d’Afghanistan. Malgré la conversation houleuse qu’il avait eu avec Bethany, il était heureux de rentrer et il était prêt à sauver son mariage. Il contacta Bethany, qui lui avoua qu’elle voyait quelqu’un d’autre. Mais elle lui annonça également une nouvelle fracassante : elle était enceinte de Ronald.

Cette révélation a beaucoup peiné Emile, mais il était décidé à recoller les morceaux avec sa femme. De plus, il revenait d’Afghanistan et il était juste heureux de pouvoir profiter des plaisirs simples, loin de la guerre. Ils organisèrent des vacances à Hawaii afin de rendre visite au père de Bethany et de passer du temps ensemble. Durant ces vacances, la jeune femme était tiraillée : malgré les tentions dans son mariage, Bethany aimait son mari. Mais d’un autre côté, elle se sentait piégée dans sa relation avec Ronald, dont elle était enceinte.

Social media search warrant' could yield clues in disappearance of pregnant  Ashburn woman | WJLA

Bethany et Emile sont rentrés d’Hawaii le 28 janvier 2011, et rapidement la jeune femme a rendu visite à ses grands-parents dont elle était très proche, pour dîner avec eux. La grand-mère de Bethany dira plus tard que sa petite-fille était stressée et confuse. Elle était collée à son téléphone portable et semblait effrayée par quelque chose. Soudain, lors du dîner, Bethany s’est brusquement levée de table en leur disant qu’elle devait rentrer chez elle.

Par la suite, la jeune femme ne donna plus de nouvelles. Elle n’était pas venue chez sa mère pour récupérer son fils et ne répondait pas à son téléphone. Mais ses proches ne se sont pas directement inquiété, car il arrivait que Bethany se fasse silencieuse lorsqu’elle était très prise dans son travail et ses études. Emile dû repartir en Afghanistan le 2 février 2011, et Bethany ne l’accompagna pas à l’aéroport, contrairement à son habitude. Mais leurs proches ont pensé que cela était dû à leurs problèmes conjugaux.

Plus tard, Sarah, une amie de Bethany, va donner l’alerte. Elle avait récemment discuter avec Bethany via la messagerie Facebook, mais elle avait remarqué que quelque chose n’était pas normal. A cause de sa manière d’écrire et de s’exprimer dans ses messages, Sarah avait l’impression que ce n’était pas Bethany qui lui parlait, mais quelqu’un qui se faisait passer pour elle. Elle a alors appelé Kim, la mère de Bethany, pour la prévenir de la situation. Kim, qui vivait à Columbia dans le Maryland, a alors appelé ses parents, qui vivaient à Ashburn, afin qu’ils se rendent chez Bethany.

Le 19 février 2011, les grands-parents de Bethany se sont alors déplacés jusqu’au domicile de la jeune femme, et ils ont trouvé sa voiture garée dans un angle étrange, et un des pneus était crevé. Les grands-parents ont sonné plusieurs fois chez elle, sans obtenir de réponse. C’est alors que la police du comté de Loudoun fut prévenue.

True Case Files: The Disappearance of Bethany Decker

Les policiers ont découvert que cela faisait 3 semaines que Bethany ne s’était pas rendu au travail ni à ses cours. De plus, il n’y avait eu aucun mouvement sur son téléphone ni sur son compte bancaire depuis le dernier jour où elle a été vue. Emile et Ronald sont rapidement devenus les principaux suspects dans cette affaire. Comme Emile se trouvait à l’armée en Afghanistan à ce moment-là, il fut difficile pour les enquêteurs de le contacter. Ils purent finalement lui faire un interrogatoire par téléphone, et Emile s’est toujours montré coopératif. Il a finalement pu rentrer aux Etats-Unis pour passer le test du polygraphe et être interviewé.

Quand Ronald a été interrogé, il a affirmé que Bethany était bien rentrée le soir du 28 janvier 2011, et qu’il l’avait vu pour la dernière fois dans la matinée du 29 janvier, alors qu’elle partait au travail. Il pensait que Bethany était partie chez sa famille, et que c’était pour cette raison qu’il ne s’était pas inquiété. Mais ce que les policiers vont trouver étrange, c’est que le bail de l’appartement avait expiré, et que Ronald était donc simplement parti vivre chez sa mère. A aucun moment il avait trouvé cela étrange, et à aucun moment il n’avait cherché à contacter Bethany pour cela.

La famille et les amis de Bethany vont raconté aux enquêteurs que la jeune femme avait peur de Ronald. C’était un homme violent, extrêmement jaloux et possessif. Si elle sortait sans lui, il l’obligeait à lui envoyer une photo d’elle pour lui montrer où elle était et avec qui. Il devint évident que la dernière fois que Bethany avait été vue, le 28 janvier chez ses grands-parents, elle était en train de parler à Ronald via message, et qu’il était très énervé qu’elle soit partie à Hawaii seule avec son mari.

Episode 14 - The Disappearance of Bethany Decker - Military Murder Podcast
Ronald Roldan

Le passé de Ronald va être fouillé, et on découvre qu’il a un casier judiciaire et qu’il avait été condamné pour intoxication publique, vol d’identité et destruction de propriété. Les policiers réussirent à obtenir un mandat de perquisition afin de fouiller la maison où vivait Ronald avec sa mère. Ils prirent tous les appareils technologiques : téléphones, ordinateur portable, tickets de caisse, papiers d’immigration… mais ils n’ont trouvé aucun élément qui aurait pu les aider à retrouver Bethany.

Ronald va alors cesser de se montrer coopératif avec la police. Que ce soit du côté de Ronald ou d’Emile, les enquêteurs n’ont trouvé aucun indice pour faire avancer l’enquête. Au fil du temps, alors que le terme de Bethany se rapprochait, les policiers ont contacté plusieurs hôpitaux de Virginie en leur montrant des photos de la jeune femme, afin qu’ils soient prévenus s’ils la voyaient. Bethany étant enceinte au moment de sa disparition, elle se serait forcément rendu dans un hôpital pour accoucher si elle était toujours en vie. Mais les mois passèrent, sans aucune nouvelle de la jeune femme.

En 2014, Ronald vivait toujours en Virginie et avait commencé une relation avec une femme nommée Vickey Willoughby. Elle avait ensuite tenté de fuir Ronald, qui se montrait violent, en déménageant en Caroline du Nord. Mais Ronald l’avait suivie. Lors d’une altercation entre les deux, elle avait prit un poing américain pour se défendre et avait réussi à frapper Ronald. Mais Ronald avait ensuite réussi à se saisir de l’arme et l’avait frappée violemment à la tête. Vickey fut hospitalisée et survécu à ses blessures, mais elle y perdit un oeil. Ayant agit en état de légitime défense, elle ne fut pas inculpée.

Ronald a été accusé d’agression avec une arme mortelle et de tentative de meurtre. Après cette altercation, il a été emmené à la prison du comté de Moore et détenu sous caution. Sa caution s’élevait à 1 million de dollars. Alors qu’il se trouvait en prison, des enquêteurs lui ont rendu visite et lui ont demandé s’il avait quelque chose à leur révéler sur la disparition de Bethany. Mais Ronald leur a répondu de consulter son avocat. En 2015, son avocat a révélé que Ronald souhaitait plaider non coupable. Plus tard, l’émission Dr Phil a consacré un épisode à l’affaire Bethany Decker, et Vickey Willoughby a été invitée sur le plateau pour témoigner. Elle dira que lors de leur dernière altercation, Ronald lui aurait dit qu’il était capable de faire disparaître des gens.

Episode 14 - The Disappearance of Bethany Decker - Military Murder Podcast
Vickey Willoughby sur le plateau de Dr Phil

En mai 2016, Ronald a plaidé coupable à deux accusations de voies de fait et a été condamné à passer maximum huit ans en prison. En novembre 2020, un mandat d’arrêt est obtenu contre Ronald pour l’enlèvement de Bethany. Depuis, Ronald est enfermé dans un centre de détention du comté de Loudoun. Après avoir purgé sa peine, l’United States Immigration and Customs Enforcement prévoit de l’expulser vers sa Bolivie natale. A ce jour, le corps de Bethany Decker n’a jamais été retrouvé.

La disparition de Marie-Pascale Sidolle : enlevée à son travail.

Gard : un mois que Marie-Pascale Sidolle s'est... volatilisée - midilibre.fr
Marie-Pascale Sidolle

Marie-Pascale était une aide soignante de 54 ans qui vivait à Roquemaure, une petite commune située dans le Gard, dans le sud-est de la France. Elle travaillait depuis trois ans au service d’oncologie-hématologie au Centre Hospitalier Henri-Duffaut à Avignon, et était décrite comme une employée responsable, sérieuse et dévouée.

Le dimanche 14 avril 2019, Marie-Pascale se lève très tôt pour se rendre à son travail. Les caméras de surveillance filment sa Renault Twingo blanche (immatriculée AE-066-JQ) entrer dans le parking de l’hôpital aux alentours de 6h30. A l’intérieur, on distingue Marie-Pascale sur le siège conducteur, seule. L’aide soignante est de nature prudente et a pour habitude de toujours se garer au plus près possible de la porte de son service.

Six millions d'euros de déficit à l'hôpital : quelles économies faire ?

Mais plus tard dans la journée, l’hôpital appelle Stéphanie Sidolle pour lui annoncer que sa mère ne s’est pas présentée au travail. Stéphanie s’inquiète immédiatement. Ce comportement ne ressemble absolument pas à sa mère. Si elle avait du retard elle aurait obligatoirement prévenu quelqu’un. Stéphanie tente de l’appeler sur son téléphone, en vain. Elle pense alors que sa mère a peut-être eu un accident de voiture, ou un soucis chez elle. Accompagnée de sa marraine, Stéphanie se rend au domicile de Marie-Pascale, qui vit seule. Mais l’aide soignante ne se trouve pas chez elle, et tout est en ordre. Il n’y a aucune trace d’effraction ou de lutte. Sa voisine dira également avoir bien entendu Marie-Pascale quitter son domicile ce matin-là.

Les images de vidéosurveillance du parking de l’hôpital sont analysées, et on découvre quelque chose de troublant. Vers 6h30, nous voyons bien Marie-Pascale arriver seule au volant de sa voiture. Mais étrangement, quelque minutes plus tard, la caméra filme sa voiture ressortir du parking. Au volant, on distingue la silhouette d’un homme. Le pare-soleil étant baissé, il est très difficile de l’identifier. Sur le siège passager, on remarque une silhouette plus frêle, celle de Marie-Pascale. Mais impossible de voir si elle est calme ou effrayée. Son téléphone a été éteint, mais sa dernière géolocalisation montre que ce jour-là à 7h29, elle se trouvait à Pujau, sur le chemin des falaises. Puis on perd toute trace GPS. Les heures vont passer ainsi, sans aucune nouvelle de sa part.

Que s’est-il passé sur le parking ? Qui était cet homme dans sa voiture ? Marie-Pascale n’était pas une femme à problèmes, et elle n’avait pas le profil d’une fugueuse. C’était une mère et une grand-mère épanouie, qui sortait peu, qui était de nature méfiante. On ne lui connaissait aucun ennemi, et c’était une employée appréciée au sein de son travail. Qui aurait pu lui en vouloir au point de la kidnapper ? Aurait-elle fait une mauvaise rencontre ?

Assistance et recherche de Personnes disparues

Le lundi 15 avril 2019, aux alentours de 2h du matin, les habitants du quartier de Monclair, situé dans le quartier d’Avignon Ouest, sont réveillés par une déflagration. Lorsque les policiers arrivent sur place, ils découvrent une voiture calcinée au fond de l’impasse de l’Ancien chemin du bac de Ramatuelle, mais il n’y a personne à l’intérieur. Cette voiture sera identifiée comme étant la Twingo de Marie-Pascale.

Une enquête pour disparition inquiétante va être ouverte. Les policiers vont procéder à des interrogatoires et des perquisitions. Ils vont également vérifier tous les véhicules entrant et sortant du parking de l’hôpital entre 4h et 7h du matin, mais sans succès. Bien que la disparition de Marie-Pascale soit très troublante, l’enquête a malheureusement mit du temps à démarrer. « Il existe en France une loi, explique Stéphanie Sidolle. Un droit de retrait pendant 48 heures pour les personnes adultes. Cela signifie qu’un adulte a le droit de s’isoler pendant 48 heures sans donner de nouvelles. C’est pour cette raison que pour porter une personne disparue, il faut attendre deux jours. Je trouve cette loi ridicule. Cela fait perdre un temps précieux. Ce sont les heures les plus importantes ».

Quelques mois plus tard, Stéphanie a témoigné à la station de radio France bleu Vaucluse pour parler de sa mère. Elle y explique l’étrange circonstance de sa disparition ainsi que l’avancée de l’enquête. Elle ajoute également qu’elle soupçonne une personne de son entourage, soupçon qu’elle a confié aux enquêteurs, mais sans pouvoir en dire plus. La disparition de Marie-Pascale a été un immense bouleversement pour ses proches, mais Stéphanie tente malgré tout de garder espoir : « […] Ma mère a disparue, mais on a pas retrouvé de corps. On a bien retrouvé des gens dix ans plus tard, donc tant que je ne verrais pas le corps de ma mère il y aura toujours un espoir. […] Même si elle est morte, on ne peut pas la laisser comme ça dans la nature, il faut qu’on la retrouve. »

Madame Marie-Pascale SIDOLLE , disparue sur le parking de l'Hôpital  d'AVIGNON (84 - Vaucluse). - Disparitions Inquiétantes 📲 ☎️ 💻

L’étrange disparition de Brandy Hanna.

Brandy Hanna

Brandy est née le 16 novembre 1972, elle était la fille aînée de Donna Parent, dont elle était très proche. Elle avait également deux frères cadets, Mykal et Shane. Elle vivait à North Charleston, en Caroline du Sud, et était décrite comme une femme casanière, calme, et timide. Brandy était une vétéran de l’armée américaine et s’était reconvertie en serveuse.

Brandy avait travaillé plusieurs années au restaurant Pappy’s, puis en mars 2005 elle était partie travailler au restaurant Alex, dont sa mère était la gérante. Malgré sa timidité, Brandy avait de bons rapports avec les clients du restaurant ainsi qu’avec ses collègues, et elle n’a jamais raté un jour de travail. En raison de son budget serré, Brandy utilisait un téléphone prépayé pour rester en contact avec ses proches. Sa mère finira par lui offrir un téléphone portable qu’elle payait chaque mois, afin de pouvoir rester en contact permanent avec elle.

A une époque, Brandy avait entretenu une relation de plusieurs années avec Michael Ray McAdams, le beau-frère de sa meilleure amie Amy. Le couple avait emménagé ensemble et tout semblait bien se passer. Mais un jour, Michael avait accepté d’héberger chez eux son ami Garland Lankford, surnommé Zeke. Ce dernier avait récemment quitter sa femme et avait besoin d’être hébergé le temps de trouver un nouveau logement. Garland et Brandy finirent par tomber amoureux, et en l’apprenant, Michael avait expulsé Garland. Il avait ensuite posé un ultimatum à Brandy : soit elle mettait un terme à sa relation avec Garland, soit elle restait vivre avec lui.

Brandy et sa mère Donna

Brandy a finalement choisi de continuer sa relation avec Garland. Ils avaient trouvé un appartement non loin du travail de la jeune femme, mais très vite, Garland a fait ses valises et est parti en disant qu’il voulait donner une seconde chance à son mariage et qu’il voulait arranger les choses avec sa femme. Cette rupture avait beaucoup attristé Brandy, qui ne perdait pas espoir en se disant que son amant finirait par revenir vers elle. Malgré leur séparation, ils continuaient de se parler et Brandy l’avait même autorisé à garder une des clés de leur appartement. Cela s’est produit peu de temps avant sa disparition.

Le vendredi 20 mai 2005, Brandy se rend à son travail comme tous les jours. Elle est arrivée à 7h et est partie aux alentours de 14h30. Elle avait parlé avec sa mère au téléphone entre temps. Andy Ragnow, un policier à la retraite qui conduisait des gens chez eux pour se faire un peu d’argent, a déposé Amy chez elle ce jour là. Il a décrit la jeune femme comme étant souriante et excitée à l’idée d’être en week-end.

Vers 17h30, Brandy parle avec sa mère au téléphone et lui dit que Garland sera avec elle pour le week-end. Donna a tenté d’appeler sa fille plus tard dans la soirée, mais celle-ci n’a pas répondu, et Donna lui a donc laissé un message vocal. Vers 20h, Brandy envoi un texto à sa meilleure amie Amy, ainsi qu’un texto à Garland à 22h. Brandy et Amy avaient prévu d’acheter des maillots de bain dans la soirée.

069 - The Disappearance of Brandy Hanna — Trace Evidence

Alors qu’elle est en train de travailler au restaurant ce soir là, Donna s’étonne que sa fille ne la rappelle pas suite à son message vocal. Elle décide de l’appeler, mais encore une fois, Brandy ne répond pas. A 22h30, Amy se rend chez Brandy comme elles l’avaient convenu, et elle trouve étrange que toutes les lumières soient éteintes et qu’elle n’entende pas la télé, car Brandy regardait très souvent la télévision. Elle décide d’appeler son amie, et elle entend le téléphone de Brandy qui sonne à l’intérieur de l’appartement, mais sans que personne ne réponde. Amy a donc supposé que Brandy était partie se coucher, et elle est rentré chez elle.

Le lendemain matin, le 21 mai 2005, Donna appelle sa fille mais sans obtenir de réponse. N’y tenant plus, elle se rend chez Brandy et une fois devant sa porte, elle l’appelle à nouveau sur son téléphone. N’entendant pas son téléphone sonner à l’intérieur, Donna a pensé que Brandy était peut-être allée à la plage. Amy, de son côté, a également tenté de joindre Brandy, mais en vain.

Le lundi matin, à 7h, Donna craint de recevoir un appel du restaurant, lui disant que sa fille n’était pas au travail. Mais les minutes passent, et personne n’appelle. Donna pense alors que Brandy avait eu un week-end chargé et qu’elle s’est bien rendu au travail aujourd’hui. Malheureusement, à 7h30, ce que Donna redoute le plus arrive : le restaurant la prévient que Brandy ne s’est pas présentée à son travail. Donna a alors prévenu la police locale pour signaler la disparition de sa fille, mais on lui a répondu que Brandy était une adulte et qu’elle avait le droit de disparaître d’elle-même si elle le voulait.

Donna décide de contacter Garland, car elle savait qu’il avait un double des clés de l’appartement de sa fille. Elle lui explique la situation et lui propose de la retrouver chez Brandy, lui disant de ne pas entrer chez sa fille sans elle. Lorsque Donna arrive chez Brandy, elle voit Garland en train de sortir de l’appartement. Elle lui demande ce qu’il faisait, et il lui répond qu’il était aller vérifier dans l’appartement en premier, au cas où il était arrivé quelque chose à Brandy. Lorsqu’ils entrent ensemble dans le logement, tout semble normal : le plaid où Brandy se blottit devant la télé se trouve sur le canapé, la tasse de thé glacé qu’elle avait prit au travail est posée sur la table basse, son téléphone prépayé est en charge, mais son deuxième téléphone est introuvable. Il n’y a également aucun signe d’intrusion dans l’appartement, et aucun indice laissé par Brandy.

Brandy Hanna
Donna et Brandy

Le 27 mai, la police de North Charleston ouvre enfin une enquête sur la disparition de Brandy. Après que la disparition de la jeune femme eut été rendue publique, une cliente du restaurant où travaille Brandy va se manifester. Le 20 mai, soit le jour de sa disparition, elle dit avoir vu Brandy recevoir un appel sur son téléphone portable alors qu’elle travaillait, et que cet appel semblait l’avoir effrayée. Comme si elle avait peur de quelqu’un.

Une voisine déclare avoir vu Brandy dans la nuit du 20 mai, en train de monter dans une camionnette rouge, entre 21h et 21h30. Elle ajoute que la camionnette avait des bandes blanches sur les côtés, ainsi qu’un masque de hokey à l’effigie de celui de Jason Voorhees attaché à l’avant. Et il se trouve que justement, Michael McAdams et Garland Lankford possèdent chacun ce style de camionnette, qui appartient à l’entreprise de plomberie dans laquelle ils travaillent.

Michael et Garland vont évidemment être les deux principaux suspects. Michael dira aux policiers que le soir où Brandy a disparue, il se trouvait en boîte de nuit de 20h jusqu’à 2h du matin, chose qui sera confirmée par un de ses amis travaillant dans la boîte. Garland dira que ce soir là il devait bien retrouver Brandy, mais qu’il avait dû annuler au dernier moment car il devait travailler tard, un alibi qui sera corroboré par son frère. Chacun va passer le test du polygraphe, que chacun réussira avec succès. Néanmoins, les deux hommes vont s’accuser mutuellement de la disparition de Brandy.

Plus tard, Amy va avouer aux policiers avoir dû apporter quelque chose à Michael le soir où Brandy a disparue, ce qui remet en question son alibi. En juillet 2005, tandis que les policiers effectuent des fouilles avec des chiens renifleurs, Garland est allé leur demander si les chiens étaient capables de renifler le corps de Brandy si ce dernier avait été enterré. En avril 2006, Michael décède d’une crise cardiaque. Compte tenu que la disparition de Brandy n’était pas traitée comme un cas d’homicide, son véhicule n’a jamais été examiné.

En mai 2011, les policiers découvrent une chaussure Nike blanche à bande bleue à quelques pâtés de maison de l’appartement de Brandy, sous une jetée non loin de Riverfront Park. La pointure correspondait à celle de Brandy, et elle était datée de 2005. Malheureusement, ils n’ont trouvé aucune trace d’ADN sur la chaussure, qui avait passé beaucoup de temps dans les marais. Néanmoins, les policiers, ainsi que Donna, ont soupçonné que cette chaussure appartenait bien à la jeune femme. Les meilleures équipes canines furent appelées pour fouiller les lieux, mais rien ne fut trouvé.

En décembre 2016, Garland, qui faisait face à des accusations d’agressions sexuelles entre 2013 et 2014, est arrêté et accusé d’entrave à la justice après avoir fait plusieurs déclarations qui contredisaient des informations antérieures qu’il avait données lors de la disparition de Brandy. Non seulement les enquêteurs ont découvert qu’il avait en réalité quitté son travail à 16h ce jour là, contrairement à ce qu’il prétendait, mais de plus, ses enregistrements téléphoniques ont montré qu’il avait parlé au téléphone avec Brandy entre 17h08 et 17h36 le 20 mai 2005.

Charges filed in North Charleston missing person case from 2005 | News |  postandcourier.com
Photo récente de Garland Lankford

Garland va également avouer être l’auteur d’appels anonymes passés à la mairie, peu après la disparition de Brandy. Dans ces appels, il se faisait passer pour un voisin anonyme qui aurait vu Brandy monter dans une camionnette conduite par Michael McAdams. Cela paraissait déjà incohérent à l’époque, car Brandy venait tout juste d’emménager dans son nouvel appartement et personne n’aurait pu connaître Michael en tant que son ex petit-ami. Ses enregistrements téléphoniques ont également montré qu’il avait envoyé plusieurs texto à Michael dans la matinée du 20 mai 2005.

Des années après la disparition de Brandy, le père de Michael McAdams a déclaré avoir reçu des informations qui affirment que Brandy aurait été vendue à des trafiquants de drogue pour rembourser une dette de Garland. Mais les enquêteurs n’ont trouvé aucune piste crédible en ce qui concerne cette information.

Après que sa fille ait été portée disparue, Donna a quitté le restaurant Alex et est partie travailler dans un steakhouse. Brandy a été déclarée décédée en 2013, mais sans preuve concrète, Donna garde toujours un espoir de la voir rentrer un jour.

Le meurtre d’Aniah Blanchard.

Aniah Blanchard

Née le 22 juin 2000 à Homewood dans l’Etat de l’Alabama, Aniah était la fille d’Elijah Blanchard, un homme d’affaires, et d’Angela Haley-Harris, une infirmière. Elle avait également un grand-frère nommé Elijah Jr. Ses parents sont divorcés et sa mère s’est remariée avec le combattant de l’UFC Walt Harris, avec qui elle a eu d’autres enfants.

Aniah était décrite comme une jeune fille généreuse, travailleuse et intelligente. Elle était également très proche de sa famille. Elle adorait passer du temps avec son grand frère, elle s’occupait beaucoup de ses demi-frères et soeurs, et elle avait de bonnes relations avec ses parents et son beau-père. Aniah jouait dans l’équipe de softball de son lycée, dont elle a été diplômée. Par la suite, elle est partie avec son grand frère au Southern Union State Community College où elle étudiait l’éducation des enfants.

Aniah ( à gauche) et une partie de sa famille.

Le mercredi 23 octobre 2019, Aniah est partie rendre visite à sa mère et à son beau-père. Elle échange également des messages avec sa colocataire, lui disant qu’elle avait rendez-vous avec un homme dans la soirée. A 23h09, Aniah lui envoie un message pour lui dire qu’elle rentrera bientôt. A 23h38, elle lui envoie qu’elle est finalement en train de fumer. Puis à 23h40, elle lui dit qu’elle est en compagnie d’un homme nommé Eric. Le lendemain matin, sa colocataire se rend compte qu’Aniah n’est pas rentrée. Sans parvenir à la joindre sur son téléphone portable, elle prévient la famille de la jeune femme qui s’inquiète immédiatement, car ce n’était pas un comportement qui lui ressemblait. La police d’Auburn est ainsi prévenue.

La colocataire d’Aniah dira plus tard qu’elle avait un mauvais pressentiment en lisant les derniers messages d’Aniah ce soir-là, car elle avait l’impression que ce n’était pas réellement Aniah qui lui parlait. Comme si quelqu’un avait prit le téléphone de la jeune femme pour discuter à sa place.

Le 26 octobre, un résident d’un complexe d’appartements à Montgomery appelle la police pour prévenir qu’une voiture inconnue est garée sur leur parking. Les policiers découvrent qu’il s’agit de la voiture d’Aniah, une Honda CR-V 2017 noire. En l’examinant, ils se rendent compte que la voiture est abîmée sur la porte extérieure côté passager ainsi que la présence d’un impact de balle, mais encore plus troublant, ils découvrent également du sang sur le siège passager. Ce sang sera analysé et sera révélé comme étant celui d’Aniah. L’intérieur de la voiture dégageait notamment une forte odeur de nettoyant:

Un témoin va se manifester et affirmer que le 23 octobre, aux alentours de 23h30, il a vu une jeune femme correspondant à la description d’Aniah accompagnée d’un homme à bord d’une Honda CR-V 2017, à la station service Chevron à Auburn. Les enquêteurs vont réussir à obtenir les images de vidéosurveillance enregistrées cette nuit, et ils y voient une Honda CR-V 2017 noire se garer près des pompes à essence. Un jeune homme Noir en sort, suivie par Aniah. Ils entrent à l’intérieur de la station et ressortent ensuite ensemble. Les seules images rendues publiques sont celles où l’ont voit Aniah rentrer dans la station service.

Les dernières images d’Aniah

Un autre témoin dira avoir vu Aniah cette même nuit, en train de discuter avec un homme près d’un magasin. Cet homme aurait ensuite violemment pousser Aniah dans sa voiture, avant de s’installer sur le siège conducteur et partir. Les policiers ont pu trouver la géolocalisation du téléphone de la jeune fille cette nuit là, et ils apprennent qu’elle serait partie d’une station service pour joindre un lotissement en direction de Longleaf Drive et Cox Road à Auburn. Elle serait ensuite redescendue à la station service Chevron, pour ensuite partir vers le nord  sur South College Street en direction d’Auburn Camp Road. Puis le téléphone s’éteint alors qu’elle se trouve dans le quartier de Clarion Inn.

La disparition d’Aniah Blanchard a tout de suie été jugée inquiétante. La police a lancé un appel à témoin afin de retrouver l’homme qui aurait été vu pour la dernière avec Aniah, et le 6 novembre 2019, le suspect est identifié comme étant Ibraheem Yazeed, 29 ans. L’homme avait été libéré sous caution après avoir été accusé de vol, de tentative d’enlèvement et de meurtre, et de possession de marijuana. Le 7 novembre, la police émet un mandat d’arrêt contre Yazeed, et ce dernier fini par intercepté après avoir tenté de fuir sur l’Interstate 10. Il a d’abord été emmené à la prison du comté d’Escambia, puis extradé vers l’Alabama dans une prison du comté de Lee, où il a été placé à l’isolement.

La disparition d’Aniah a fait l’actualité nationale tandis que des recherches approfondies ont eu lieu à Auburn et aux alentours pour retrouver la jeune femme, mais en vain. Le 22 novembre, Antwain Fisher est arrêté et accusé d’avoir participer à la disparition d’Aniah. Il avait déjà été condamné pour meurtre. Le 25 novembre, la police arrête un autre suspect, David Lee Johnson Jr. Dans des aveux rendus publics en juin 2020, Fisher a raconté que le 24 octobre 2019, entre 5h et 6h du matin, Yazeed serait venu le chercher au domicile de Johnson. Il avait en sa possession la voiture d’Aniah, et avait dit à Fisher qu’il avait besoin de plus d’essence.

Yazeed et Fisher se sont alors rendus dans une station service acheter de l’essence, et Yazeed lui aurait dit qu’il devait aller chercher quelque chose. Ils sont allés jusqu’à Montgemerry, où Yazeed avait récupéré un fusil d’assaut. Fisher dira ensuite qu’ils ont été jusqu’à un cimetière près de l’Interstate 85, et que Yazeed a sortit du coffre une grosse couverture d’où dépassait une paire de jambes. Yazeed serait ensuite parti dans les bois environnants avec la couverture, avant de rejoindre Fisher. Ce dernier lui aurait demandé s’il s’agissait bien d’un corps, ce à quoi Yazeed aurait répondu que cela n’aurait aucune répercussion sur Fisher. Fisher a été accusé d’enlèvement au premier degré, avant que l’accusation soit rejetée.

Le 25 novembre 2019, les enquêteurs découvrent des restes humains dans une zone boisée du comté de Macon. Parmi ces restes, ils ont trouvé des vêtements similaires à ceux qu’Aniah portait le jour de sa disparition, et un crâne avec un impact de balle. Le 27 novembre, l’autopsie révèle qu’il s’agit bien d’Aniah Blanchard, et qu’elle a été mortellement blessée par balle.

A ce stade de l’enquête, les soupçons de la colocataire d’Aniah se sont révélés justifiés. Rappelons que, le 23 octobre à 23h08, Aniah avait envoyé un message à sa coloc lui disant qu’elle comptait rentrer bientôt, avant de se rétracter et de lui dire à 23h38 qu’elle restait dehors pour fumer en compagnie d’un homme nommé Eric. Il est fort probable que Yazeed avait fini par prendre possession du téléphone d’Aniah après lui avoir fait du mal, et que Eric soit un nom inventé de sa part.

Désormais, Yazeed fait face à deux chefs d’accusation de meurtre qualifié, l’un pour avoir commis un meurtre dans une voiture en utilisant une arme mortelle, et l’autre pour avoir commis un meurtre lors d’un enlèvement au premier degré. Il risque la peine de mort pour ces deux chefs d’accusation. Une audience préliminaire était prévue en mars 2020, mais la pandémie de COVID-19 l’a obligée à être reportée plus tard, et c’est finalement le 3 juin 2020 que s’est tenue l’audience. En attendant sa condamnation, Yazeed est enfermé à la prison du comté de Lee.

Plus tard, Angela Harris s’exprimera à propos de sa fille : « Depuis qu’elle était petite, je lui ai appris le monde. J’ai été infirmière spécialisée dans les agressions sexuelles pendant 20 ans et j’ai vu tout ça », dit-elle. « Aniah avait peur que quelqu’un lui fasse du mal. Elle était toujours aussi paranoïaque. elle a même mis des trucs contre sa porte la nuit parce qu’elle ne voulait pas que quelqu’un vienne la chercher. […] Aucun jour n’est pareil. Je dois continuer à me rappeler que c’est réel. Je me dis littéralement un million de fois par jour, «c’est arrivé». Je me réveille le matin et je me dis: « Oh mon Dieu, ma fille a été assassinée. Aniah n’est pas là. Je ne l’ai pas. Je ne peux pas l’appeler. Je ne peux pas la toucher. Je ne peux rien faire. » Cela ne semble tout simplement pas réel. »

Après ce drame, Angela a créé Aniah’s Heart, une association à but non lucratif qui tend à offrir des cours d’auto-défense gratuits aux adultes et aux enfants. Angela s’est également battue pour faire accepter la loi d’Aniah, une loi qui réforme la mise en liberté sous caution. En Alabama, les accusés ont droit à une caution tant qu’ils ne sont pas mêlés à des crimes capitaux. La loi d’Aniah élargirait cette exception à des crimes tels que l’enlèvement au premier degré, la violence domestique, le viol au premier degré, le vol au premier degré ect… En février 2020, la Chambre des Représentants de l’Alabama a voté en faveur de la loi d’Aniah.

« Je ne pourrais pas vivre avec moi-même si je ne faisais pas ça pour le reste de ma vie », dira Angela Harris. « C’est tellement nécessaire. Il semble que chaque semaine, quelqu’un commette un crime qui a des antécédents d’une infraction violente. » Après avoir été gardés plusieurs mois dans le cadre de l’enquête, les restes d’Aniah ont été rendus à la famille, qui a pu l’enterrer dignement le 7 novembre 2020.

Tiffany Daniels : enlevée pour la traite des êtres humains ?

Tiffany Daniels

Tiffany est née le 11 mars 1988 à Dallas, dans l’Etat du Texas aux Etats-Unis. Sa famille la décrit comme une jeune femme spontanée, extravertie et soucieuse des autres. Elle était passionnée par l’art et la randonnée, et avait déménagé à Pensacola en Floride où elle exerçait en tant que technicienne de théâtre.

En 2013, les parents de Tiffany apprennent que leur fille a quelques soucis financiers. En effet, la jeune femme vivait avec plusieurs colocataires qui se trouvaient souvent dans l’incapacité de payer leur part du loyer, et c’était donc Tiffany qui payait le loyer pour tout le monde chaque mois. Ne supportant plus cette situation, Tiffany a décidé de déménager et a fini par déposer une annonce pour une nouvelle colocation sur le site Craigslist.

C’est le père d’une de ses amies, Gary Nichols, 54 ans, qui a répondu à l’annonce. Il venait récemment de se séparer de sa femme et désirait vivre plus près de son travail. Les parents de Tiffany n’étaient pas très rassurés à ce que leur fille vive seule avec un homme bien plus âgé, mais Gary avait une stabilité financière et partageait quelques points communs avec Tiffany.

Le 11 août 2013, Tiffany a passé la matinée avec son petit-ami, avec qui elle est en couple depuis quelques années. Il avait été accepté à l’université du Texas à Austin, et il lui a alors proposé de venir s’installer avec lui. Mais Tiffany hésite, car elle ne se sent pas prête de quitter Pensacola. Le soir même, Tiffany et Gary regardent ensemble Monty Python et le Saint Graal, puis chacun part se coucher dans sa chambre respective. Aux alentours de 5h du matin, Gary est réveillé par du bruit. Il entend la porte de la chambre de Tiffany s’ouvrir et se refermer plusieurs fois, mais lorsqu’il se lève pour vérifier ce qu’il se passe, il n’y a plus de bruit, et il pense que la jeune femme est repartie se coucher. Lorsqu’il part au travail vers 7h du matin, il remarque que la Toyota 4Runner de Tiffany n’est plus là, et Gary suppose qu’elle est déjà partie à son travail.

Tiffany est bien arrivée à son travail au théâtre ce jour-là, mais elle a demandé à son superviseur si elle pouvait partir plus tôt et qu’elle serait absente toute la semaine, disant qu’elle devait s’occuper de certaines choses, mais sans préciser quoi. Tiffany a été vue pour la dernière fois alors qu’elle quittait le théâtre à 16h43.

Ce soir là aux alentours de 22h, Gary s’inquiète de ne pas voir sa colocataire rentrer. Il tente de la joindre sur son portable mais elle ne répond pas. Il téléphone alors à sa fille Noel, qui est une amie de Tiffany, pour la prévenir de la situation. Noel lui dit de ne pas s’inquiéter car Tiffany est une adulte responsable, et qu’elle devait probablement passer la soirée chez des amis. Le lendemain matin, Gary se rend compte que Tiffany n’est toujours pas rentrer. Il se rend compte également que l’électricité a été coupée, et que Tiffany n’avait sans doute pas payer sa part du loyer. Dans l’après-midi, toujours sans nouvelle de la jeune femme, Gary l’appelle à nouveau sur son téléphone portable, mais Tiffany ne répond pas. Il prévient alors sa fille Noel que Tiffany est introuvable et injoignable, et Noel, qui commence à s’inquiéter à son tour, va contacter les parents de son amie sur Facebook.

Cindy, la mère de Tiffany, a d’abord pensé que sa fille était sans doute très occupée à cause son travail. Elle a quand même appeler sur le téléphone de sa fille, mais sans réponse de sa part, Cindy lui a laissé un message vocal. La journée va passer, toujours sans aucun signe de la jeune femme. Cindy et Noel vont alors contacter les amis de Tiffany, qui disent n’avoir aucune nouvelle d’elle.

A la fin de la semaine, après 5 jours sans nouvelles de Tiffany, Cindy se rend au bureau du shérif du comté de d’Escambia, qui n’a pas prit la disparition de Tiffany au sérieux, et a donc renvoyé l’affaire au service de police de Pensacola qui s’est tout de suite intéressé à cette affaire. Après avoir rencontrer Cindy, le détective Daniel Harnett s’est rendu au domicile de Tiffany pour le fouiller. Il s’est alors rendu compte que la jeune femme avait laissé tous ses effets personnels chez elle, dont ses affaires de camping, ce qui montrait qu’elle n’était pas partie en excursion.

Quand les policiers ont apprit que Tiffany avait un petit-ami, il est rapidement devenu une personne d’intérêt dans l’affaire. Les parents de la jeune femme le décrivent comme un jeune homme gentil et respectueux, mais ils se sont quand même demandé s’il n’avait pas décidé de revenir secrètement à Pensacola pour forcer Tiffany à le suivre au Texas. Mais le jeune homme s’est toujours montré coopératif et avait donné son ADN sans hésitation. Ses enregistrements téléphoniques ont également montré qu’il se trouvait bien au Texas quand Tiffany a disparue.

Tiffany et son petit-ami

Cadence, la soeur de Tiffany, dira que peu de temps avant sa disparition, la jeune femme ne semblait plus tout à fait elle-même. Elle semblait triste et plus renfermée, probablement attristée par le départ de son petit-ami dans un autre Etat, ce qui était un bouleversement pour elle. Mais la famille est formelle : il se n’agit pas d’un suicide. Tiffany était une femme avec une immense joie de vivre, un fort mental, et elle tenait beaucoup à ses proches. Ils ont également du mal à croire à une disparition volontaire, car ce n’était absolument pas son genre. De plus, elle avait récemment dit à son petit-ami qu’elle ne se sentait pas prête de quitter Pensacola, et elle avait beaucoup de projets qui lui tenaient à coeur. Pour eux, cela n’a donc pas de sens que Tiffany puisse tout quitter du jour au lendemain.

Gary Nichols, son colocataire, sera brièvement suspecté, mais les policiers diront qu’il n’y a aucune preuve pour l’inculper, et qu’il a été la première personne a réellement s’inquiéter pour elle. Le 20 août 2013, un ami de la famille de Tiffany découvre sa Toyota 4Runner sur le parking de Park West à Pensacola Beach, situé sur l’île de Santa Rosa, et il a immédiatement prévenu la famille et la police. A l’intérieur de la voiture ils ont trouvé son sac à main, son vélo, son téléphone portable, de la peinture, une gourde, un pot de beurre de cacahuète et des vêtements.

Les policiers vont également relever deux empreintes digitales inconnues sur la poignée de porte extérieure et sur le volant. Les policiers ont ensuite cherché à savoir depuis combien de temps la voiture se trouvait sur le parking. Des images de caméras de surveillance situées au péage du pont Bob Sikes, la seule liaison possible entre Pensacola et l’île de Santa Rosa, seront examinées. On y voit la voiture de Tiffany franchir le péage à 19h51, le soir même de sa disparition. Mais impossible de savoir si c’est Tiffany ou quelqu’un d’autre qui conduit sa voiture. Des témoins vont affirmer avoir vu un homme sortir de la voiture plus tôt dans la journée du 20 août.

Le parking où la voiture de Tiffany a été trouvée

Une amie de Tiffany signalera qu’une pluie de météores devait avoir lieu à ce moment-là, et que Tiffany aurait pu avoir fait le trajet pour les observer. On retrouvera également du sable sur les pneus de son vélo, laissant supposer que la jeune femme avait fait une promenade à vélo sur la plage. Le détective Daniel Harnett avancera la théorie qu’elle aurait ensuite décidé d’aller nager, et qu’elle se serait probablement noyée. Mais il a ensuite fait savoir que souvent lors des noyades, les corps sont rejetés sur la plage, et cela n’a pas été le cas pour Tiffany.

La piste criminelle a alors été plus sérieusement envisagée, mais l’île de Santa Rosa mesure 80km de long, et les policiers n’étaient pas assez nombreux pour procéder à des fouilles approfondies. Par la suite, le National Park Service et l’association KlaasKids vont prêter main forte à la police pour fouiller l’île. Mais hormis quelques bijoux et vêtements n’appartenant pas à Tiffany, rien ne fut trouvé.

En janvier 2014, une serveuse de Louisiane rapporte avoir vu une femme ressemblant à Tiffany entrer dans son restaurant, accompagnée de deux autres femmes. Elle dira qu’elles avaient un comportement étrange, qu’elles n’osaient jamais regarder la serveuse dans les yeux, qu’elles portaient des chemises à manches longues malgré la chaleur, et que la plus jeune mettait ses manches sur ses mains. La serveuse se permettra de lui dire qu’elle ressemble à Tiffany Daniels, et juste après cela les trois femmes se sont levées et ont quitté le restaurant.

Les parents de Tiffany pensent qu’il s’agissait bien de leur fille, car elle avait pour habitude de mettre ses manches sur ses mains lorsqu’elle avait froid, et également car celle qui ressemblait à leur fille avait demandé à la serveuse s’ils utilisaient du bouillon de poulet ou de poisson dans les soupes. Et il se trouve qu’un jour, alors que Cindy était au restaurant avec sa fille, Tiffany, qui était pescétarienne, avait fait remarquer au serveur qu’ils avaient utilisé un bouillon de poulet dans sa soupe au lieu du bouillon de poisson.

Les parents ont commencé à trouver des similitudes entre Tiffany et une jeune femme qui avait récemment été enlevée de Floride et emmenée à la Nouvelle-Orléans afin de travailler comme prostituée, et ils se sont demandé si leur fille avait été kidnappée afin de servir à la traite des êtres humains. Tiffany était très sociable et ne se méfiait pas spécialement des étrangers, un prédateur aurait donc pu facilement l’approcher. Plus tard, une femme résidant en Alabama avait prévenu la police car elle avait vu Tiffany sur une route, en train de faire de l’auto-stop en compagnie d’un homme plus vieux. Les policiers de Pensacola ont prévenu les autorités de l’Alabama qui ont rapidement retrouvé la jeune femme. Malheureusement ce n’était pas Tiffany, il s’agissait en réalité d’une femme vivant en Alaska.

Tiffany Daniels n’a, à ce jour, jamais été retrouvée.

La disparition d’Elaine Park.

Elaine est née le 24 septembre 1996. Elle a grandit avec sa mère Susan Park à La Crescenta en Californie. Elaine était décrite comme étant une jeune fille sportive, enjouée et dynamique.

Après avoir obtenu son diplôme d’étude secondaire, elle avait intégré le Pierce College de Los Angeles, mais finira par abandonner. Plus tard, elle trouvera du travail dans la restauration avant de se faire licencier. Pratiquant la danse et le théâtre, elle avait obtenu des petits rôles dans des émissions comme Desperate Housewives, Mad TV ou encore Crazy Stupid Love. Avant sa disparition, Elaine sortait depuis quelques temps avec Divine Compere, fils de Shakim Compere, l’un des riches propriétaires de Flavor Unit Entertainment.

WHAT HAPPENED TO ELAINE PARK?
Divine Compere

Le 27 janvier 2017, Elaine envoie un texto à sa mère pour lui dire qu’elle ira au cinéma avec Divine ce soir. Après leur séance, vers 1h du matin, le couple a prit un Uber pour les ramener chez Divine, qui vivait dans le quartier de Delphine Lane à Calabasas. Ils sont d’ailleurs filmés en train de rentrer par les caméras de surveillance de la résidence des Compere. A 6h du matin, Elaine est filmée par ces mêmes caméras alors qu’elle quitte la maison des Compere, seule.

Durant cette journée, Susan n’a pas de nouvelles de sa fille. Elaine étant une personne assez réservée et indépendante, sa mère ne s’est pas alarmé tout de suite. Mais le lendemain, après deux jours sans nouvelles de sa fille, Susan a commencé à s’inquiéter. Elle tente de joindre sa fille par téléphone, mais elle ne répond pas. Elle contacte les amis d’Elaine, qui lui disent n’avoir aucune nouvelle. Sentant que quelque chose ne va pas, Susan se rend dans un service de police pour signaler la disparition de sa fille.

Les policiers, qui pensaient que la disparition d’Elaine n’était pas inquiétante, ont rapidement changé d’avis lorsque la voiture de la jeune femme, une Honda Civic 2015 grise, a été retrouvée abandonnée non loin de l’océan sur la Pacific Coast Highway, le 2 février 2017. La voiture se trouvait à plus de 30km de la maison des Compere, la batterie était à plat, les portes déverrouillées, les clés toujours sur le contact, et le sac, l’ordinateur portable et le téléphone d’Elaine se trouvaient à l’intérieur.

Mother Appeals for Continued Help in Search for Missing California Daughter Elaine  Park

Par la suite, des policiers aidés de chiens et de plongeurs vont s’adonner à des recherches dans la région, sans trouver aucune trace de la jeune femme. Divine Compere, le petit-ami d’Elaine, qui est la dernière personne à l’avoir vue, sera interrogé. Il expliquera aux policiers que dans la nuit du 28 janvier 2017, trois heures après être revenus du cinéma, Elaine se serait réveillée brusquement et aurait fait une crise de panique. Divine dira qu’il avait tenté de la calmer, mais que vers 6h du matin, Elaine avait décidé de partir, malgré ses protestations.

Susan Park reste dubitative face aux explications de Divine, car Elaine n’avait jamais fait de crise de panique auparavant. Les policiers vont visionné les images de surveillances : on y voit clairement Elaine en train de quitter la résidence des Compere, mais l’angle ne permet pas de voir si elle monte seule dans sa voiture, ou si elle est accompagnée par quelqu’un. Les Compere, qui se sont toujours montré coopératifs dans l’enquête, ont été écartés de la liste des suspects.

Mais lorsque les policiers se penchent davantage sur les images de vidéosurveillance, ils se rendent compte d’un détail troublant. Il semble que des passages ont été coupés après que Elaine ait quitté la maison des Compere. En effet, la vidéo se coupe brusquement juste après le départ d’Elaine, puis les images reviennent lorsque la voiture d’Elaine s’en va. Et entre le moment où Elaine quitte l’allée de la résidence et où sa voiture démarre, il s’est écoulé 9 minutes. Que s’est-il passé durant ces 9 minutes où nous n’avions plus d’images d’Elaine ? De plus, il est impossible de voir si c’est bien elle qui conduit sa voiture, ou si elle était seule.

Familia ofrece $5,000 para localizar a jovencita desaparecida desde enero |  La Opinión

En septembre 2017, Susan Park a demandé à ce que l’affaire soit transférée au bureau du shérif du comté de Los Angeles, car elle estimait que la police de Glendale ne faisait pas assez pour la faire progresser. Mais sa demande fut rejetée. La police de Glendale a affirmé qu’ils faisaient leur possible pour résoudre l’affaire, mais que pour le moment, aucune preuve ne pouvait démontrer que la disparition d’Elaine était due à un acte criminel.

Mais selon Jayden Brant, le détective privé engagé par la famille Park, il s’agit bien d’un acte criminel. Il a avancé la théorie comme quoi Elaine aurait pu être enlevée et vendue à la traite des êtres humains, mais à nouveau, il est difficile de prouver ces dires. Brant a également fouillé le parc national de Los Angeles et les montagnes de Santa Monica, mais en vain. En janvier 2018, un randonneur a découvert un cadavre dans le parc de Malibu Bluffs, non loin du lieu où la voiture d’Elaine a été abandonnée. Mais il ne s’agissait pas du cadavre d’Elaine.

La famille de la jeune femme soutien qu’elle a été enlevée. Ils soutiennent la théorie comme quoi Elaine aurait voulu se vider la tête le matin où elle a quitté la maison des Compere, pour se remettre de sa crise de panique. Elle se serait garée sur la Pacific Coast Highway, serait sortie pour prendre l’air et se serait faite kidnapper. Ils estiment également que la police aurait dû se pencher davantage sur les Compere, qui sont sans doute protégés grâce à leur argent et à leur influence. De plus, malgré leur coopération, les Compere se sont toujours montré très discrets sur cette affaire et n’ont jamais usé de leurs moyens pour tenter de retrouver Elaine.

Une autre théorie affirme qu’Elaine se serait suicidée le jour même où elle a quitté la résidence des Compere, à cause de son état psychologique suite à sa crise de panique. De plus, son licenciement avait beaucoup joué sur son moral. Mais la famille n’y croit pas, car malgré les difficultés qu’elle rencontrait, Elaine était une fille équilibrée et elle se sentait soutenue par ses proches.

A ce jour, la mystérieuse disparition d’Elaine Park est toujours irrésolue.

Where is Elaine Park? : WithoutATrace

Lucas Markham et Kim Edwards : un jeune couple meurtrier.

Lucas et Kim

Kim et Lucas vivaient dans la ville de Spalding, dans le comté du Lincolnshire en Angleterre. Âgés de 14 ans seulement, ils se fréquentaient depuis un an et étaient très amoureux. Kim vivait avec sa mère Elizabeth Edwards, 49 ans, et sa petite soeur Katie, 13 ans.

Dans la journée du 15 avril 2016, les collègues d’Elizabeth s’inquiètent de ne pas la voir au travail. Elle était une employée sérieuse, dévouée, et cela faisait deux jours qu’elle était absente de son travail sans prévenir personne, chose qui ne lui ressemblait pas. Pendant ce temps, les professeurs de Kim et Katie s’étonnent que les filles soient absentes à l’école.

Kim et sa soeur Katie
Elizabeth Edwards

Sans nouvelles d’Elizabeth et de ses filles, des proches ont fini par prévenir la police, qui se rend à la maison des Edwards. Les policiers toquent plusieurs fois à la porte sans obtenir de réponse. En revanche, ils entendent le chien de la famille aboyer à l’intérieur. Les policiers vont alors forcer la porte d’entrée, et lorsqu’ils entrent dans la maison, ils découvrent Kim Edwards en compagnie de son petit-ami, Lucas Markham, enlacés sur un matelas, en train de regarder la télévision.

Les policiers vont alors demander à Kim où se trouvent sa mère et sa petite soeur. L’adolescente va leur répondre froidement « A l’étage ». Les policiers demandent ensuite au jeune couple s’il y a un problème, car cela fait quelques jours que leurs proches s’inquiètent de ne pas avoir de nouvelles. Lucas va leur répondre : « Pourquoi n’allez-vous pas vérifier à l’étage ? »

Les policiers s’exécutent. Ils entrent d’abord dans la chambre d’Elizabeth, et ils découvrent une scène d’horreur. Elizabeth Edwards gît sur son lit dans un bain de sang. La femme a été massacrée. Son meurtre a été tellement violent que du sang avait giclé sur les murs. Après cette horrible découverte, les policiers s’attendent au pire en entrant ensuite dans la chambre de Katie. Ils la découvrent morte dans son lit, recouverte de sang, dans le même état que sa mère.

Kim et Lucas sont alors arrêtés, et rapidement leurs profils se dessinent. Lucas Markham n’a jamais connu son père, et sa mère est décédée alors qu’il était petit. Il a principalement été élevé par sa tante et a toujours démontré un caractère agressif et colérique. Quant à Kim Edwards, elle a très peu de contact avec son père qui est accro aux drogues et qui est parti de la maison lorsqu’elle était petite. Elle avait également une relation tendue avec sa mère. Lorsque Kim avait six ans, sa mère l’avait violemment frappée à la mâchoire, et en réalisant ce qu’elle avait fait, Elizabeth avait prévenu les service sociaux. Par la suite, Kim et Katie avaient été placées en famille d’accueil durant plusieurs mois.

Cet événement avait traumatisé Kim, qui n’avait jamais pardonné à sa mère pour cela. Avec le temps, leur relation se dégradait de plus en plus. En revanche, Elizabeth et Katie s’entendaient à merveille et étaient très proches. Kim enviait la relation privilégiée entre sa mère et sa petite soeur, et cela avait créé une rivalité entre elles. Kim se sentait seule, mise à l’écart et incomprise. En revanche, leurs proches affirment qu’Elizabeth ne faisait pas de favoritisme entre ses filles. En 2015, Elizabeth avait demandé à son médecin généraliste une thérapie familiale.

Kim et Lucas habitaient la même rue et étaient scolarisés dans le même établissement. La jeune fille avait repéré Lucas après que celui-ci ait balancé une chaise à travers leur salle de classe lors d’une grosse colère. Cet acte violent avait fortement plu à Kim, et ils finirent par sortir ensemble. Leur relation était décrite comme fusionnelle. Tous deux détestaient leurs famille, l’école, leurs professeurs. De plus, ils subissaient du harcèlement à l’école et ils se sentaient à leur place que lorsqu’ils étaient ensemble. Elizabeth n’approuvait pas leur couple, elle pensait que Lucas avait une mauvaise influence sur Kim. Cela n’a fit qu’aggraver la relation entre la mère et la fille.

Après avoir découvert que Kim et Lucas avaient des relations sexuelles, Elizabeth avait interdit à l’adolescent de se rendre à nouveau chez elles. De plus, Elizabeth n’aimait pas les changements de comportement qu’elle voyait chez Kim depuis qu’elle avait rencontré Lucas. Les deux jeunes avaient décidé de se rebeller et un jour, ils avaient fugué ensemble jusque dans une forêt, où ils avaient emmené une tente avec d’autres affaires. Après plusieurs avis de recherche, les adolescents avaient pu être retrouvés au bout de cinq jours de fugue.

Lucas fini par être expulsé de son école et fut scolarisé dans un autre établissement. Kim et Lucas n’allaient donc plus en cours ensemble, mais cela n’a fait que les rapprocher davantage. Ils se sentaient seuls contre tous, et ils s’étaient promis que rien ne les séparerait. Puisqu’ils ne se voyaient plus à l’école, et que Lucas n’avait plus le droit d’aller chez elle, Kim avait alors commencé à s’incruster chez Lucas. Mais chaque fois qu’elle revenait chez elle, elle se rendait compte que ses effets personnels disparaissaient au fur et à mesure. Elle apprit alors que ses affaires étaient données à Katie. La relation entre les deux soeurs devenait de plus en plus tendue.

La situation chez elle était tellement insoutenable pour Kim qu’elle racontait tout ce qui se passait à Lucas. Un jour, alors qu’elle se plaignait pour la énième fois de sa mère et de sa soeur, Lucas lui avait dit calmement : « Nous devrions tuer ta mère. », ce à quoi Kim avait acquiescé. Par la suite, ils commencèrent à planifier leur crime, se disant que même s’ils se faisaient prendre cela ne changeait rien, car le monde était contre eux et qu’ils n’avaient plus rien à perdre.

Le lundi 11 avril 2016, vers minuit, Lucas arrive chez Kim, portant un sac à dos avec quatre couteaux de cuisine à l’intérieur. Il grimpe jusqu’à la fenêtre de la salle de bain et tape plusieurs fois, mais Kim ne l’entend pas car elle dort. Lucas s’en va. Il revient le lendemain soir, mais encore une fois Kim ne l’entend pas. Le mercredi 13 avril au soir, Kim lui ouvre enfin la fenêtre de la salle de bain et le fait entrer. Lucas prend un couteau, enlève ses chaussures, entre prudemment dans la chambre d’Elizabeth et se jette sur elle pour la tuer. Il lui assène deux coups de couteau dans la gorge, c’est alors qu’Elizabeth se réveille brusquement et tente de se défendre. Elle sera alors poignardée cinq fois dans les mains. Lucas va ensuite lui plaquer un coussin sur la tête, tandis qu’Elizabeth le griffe pour tenter de se libérer.

Kim racontera : « Elle luttait. Elle a tendu la main, alors je l’ai attrapée et je l’ai tenue. Quand j’ai réalisé que c’était sa main, j’ai immédiatement retiré la mienne. Je me suis assise à côté de la porte. J’étais sur le point de faire une crise de panique. Mes jambes tremblaient. Puis j’ai tourné en rond en me disant que tout allait bien se passer, que tout était bientôt terminé. Dix minutes plus tard, elle était morte. Elle s’était en quelque sorte relâchée et ne se débattait plus, mais elle émettait des sortes de gargouillements. Il me semble avoir demandé : « Est-ce qu’elle est morte ? » »

Elizabeth est bien morte. Le couple entre ensuite dans la chambre de Katie, où la jeune fille dort profondément. Lucas va également la poignarder deux fois à la gorge avant de l’étouffer avec un oreiller. Kim dira que les derniers mots de sa petite soeur étaient : « Je ne peux pas… » et que sa voix était méconnaissable. Après les meurtres, les adolescents se lavent, descendent le matelas de Kim dans le salon et ont des relations sexuelles tout en regardant les films Twilight. Kim et Lucas prévoient de se suicider le lendemain à 14h, et les policiers découvriront plus tard une lettre d’adieu écrite par Kim : « Je veux que nos cendres soient dispersées dans notre endroit à nous. De la part de Lucas et de Kim : on n’en a plus rien à foutre. » Mais ils ne passeront jamais à l’acte.

Interrogée sur les raisons de ces meurtres, Kim expliquera :  « Depuis toute petite, je ne me suis jamais entendue avec ma mère. Je savais qu’elle préférait ma sœur à moi. Elle affirmait que non, mais je sais qu’elle mentait. Elles parlaient souvent ensemble, et à chaque fois que je me disputais avec ma mère, Katie prenait son parti… Lucas déteste me voir contrariée. C’est pour ça qu’il n’aimait pas ma mère et ma sœur. Je me suis débarrassée de mon plus gros problème, celui qui me déprimait le plus, à savoir ma mère. Ça a été un soulagement. »

Face à leurs actes, Kim et Lucas se sont toujours montré détachés. Lucas dira que selon lui, il avait fait ce qu’il fallait. Lors du procès, Kim a voulu plaider non coupable car elle prétendait souffrir de troubles mentaux et de pressions psychologiques. Mais le psychiatre ayant évalué Kim lors d’une tentative de suicide en 2015 affirme qu’elle ne présentait aucun trouble mental, et le jury a ajouté qu’elle n’avait donc aucune excuse pour alléger sa peine. Le criminologue David Wilson a décrit les deux adolescents comme ayant un haut niveau de psychopathie. En novembre 2016, Kim et Lucas ont été condamnés à passer minimum 17 ans en prison.

Le meurtre de Kanika Powell : un crime étrange.

Kanika Powell

Kanika est née le 31 janvier 1980. A l’âge de 18 ans, la jeune femme ressort diplômée du lycée Largo High School, situé au Maryland aux Etats-Unis. Par la suite, elle va s’engager dans l’armée et effectuer plusieurs missions en Corée, avant de rentrer aux Etats-Unis en 2004.

Elle vivait seule dans un appartement dans le comté de Prince George au Maryland, et avait fini par trouver un emploi dans un laboratoire de l’université de John Hopkins. Ce laboratoire était réputé pour résoudre « des problèmes complexes de recherche, d’ingénierie et d’analyse qui présentent des défis critiques pour notre nation », selon la description trouvée sur leur site. En 2006, Kanika obtient un poste de haute sécurité au sein du laboratoire, mais la jeune femme n’était pas autorisée à révéler les détails de son travail, ni à ses amis ni à sa famille. On savait juste qu’elle était impliquée dans des projets liés à la sécurité nationale. Il lui arrivait parfois de quitter la ville pour son travail, mais encore une fois la jeune femme devait se faire très discrète sur ses activités.

Kanika T Powell (1980-2008) - Find A Grave Memorial

Le 25 août 2008, la famille et les amis de Kanika reçoivent un mail inquiétant de sa part. La femme y écrit un long texte :

« Je voulais juste partager avec vous la chose la plus effrayante qui m’est arrivée ce week-end. Samedi soir vers 19 heures, un homme frappait à ma porte (comme vous le savez peut-être, je vis seule). J’ai demandé qui c’était et il n’a pas répondu, donc une fois que je me suis approché de la porte et que j’ai regardé par le judas, j’ai vu une silhouette masculine qui ne m’était pas familière du tout. J’ai demandé qui il était et tout ce qu’il a dit, c’est qu’il était du FBI et qu’il cherchait Kanika Powell. Cela m’a vraiment effrayée parce que cet homme connaissait mon nom. Il a tenu un blason mais pas de photo d’identité et il n’a jamais donné son nom. Il m’a dit qu’il me recherchait dans le cadre d’une enquête. Je lui ai dit que je n’avais aucune idée de ce dont il parlait et qu’il aurait besoin de me montrer des documents ainsi qu’un mandat quelconque. Alors il est parti, et j’ai regardé par la fenêtre de ma chambre et je l’ai vu marcher. J’ai aussi entendu une voix lui dire de marcher dans la direction opposée. […] J’ai appelé le FBI et ils m’ont dit que c’était probablement faux parce qu’ils ne venaient jamais à votre porte par eux-mêmes et ils laissent toujours une carte pour que vous puissiez les contacter. J’ai également appelé la police locale pour leur donner une description au cas où quelqu’un essaierait de violer ou de blesser des femmes célibataires. […] Qui sait qui sont ces gars et ce qu’ils font ailleurs… »

Le jour même de l’envoi de cet email, la police est venue chez Kanika pour fouiller la zone, mais ils n’ont rien trouvé. Kanika pensait alors avoir été victime d’un canular. Le 28 août 2008, aux alentours de 7h du matin, on toque à la porte de Kanika. En regardant dans le judas, la jeune femme découvre un homme différent de celui qu’elle a vu il y a quelques jours. Cet homme connaissait aussi son nom, et prétendait être un livreur qui devait lui remettre un colis. Mais Kanika remarque que l’homme n’a pas de colis dans les mains, et elle va à nouveau refuser d’ouvrir sa porte. L’homme est alors parti sans un mot, et sans laisser de colis derrière lui. Les policiers seront appelés de nouveau, mais ils ne trouveront aucune trace de l’homme.

Le même jour, Kanika devait faire des courses avant de partir en voyage pour son travail. Elle pensa qu’il était plus sûr d’y aller en journée. Elle quitte son appartement et revient quelques heures plus tard aux alentours de midi. Et alors qu’elle se trouve dans le couloir de son appartement, elle tombe face à l’homme étrange qui était venu sonner chez elle dans la matinée. Il l’avait attendue devant sa porte.

Avant que Kanika n’ait le temps de réagir, l’homme va lui tirer dessus à plusieurs reprises. Kanika s’effondre, tandis que l’homme prend la fuite. Un voisin alerté par le bruit va découvrir Kanika gisant par terre et appeler les secours. La jeune femme sera rapidement emmenée aux urgences, mais elle décédera le lendemain, le 29 août 2008.

Aucun indice ne fut trouvé, et personne n’a vu l’homme qui a tiré sur Kanika. De plus, son portefeuille et ses clés ont été retrouvés près de son corps, et rien n’a bougé dans son appartement, ce qui exclu la piste d’un vol qui aurait mal tourné. Les proches de Kanika ont affirmé qu’elle n’avait aucun ennemi, c’était une jeune femme sans histoires qui n’avait aucun problème dans ses relations. Alors pourquoi Kanika a-t-elle été tuée ? Pourquoi ces hommes avaient élaboré tout ce stratagème pour l’abattre ? Qui étaient-ils ?

Ce meurtre a fait naître plusieurs théories. Certains pensent que sa mort est liée à son travail au laboratoire de l’université de John Hopkins. Kanika ne devait rien dévoiler sur son travail, et même après sa mort le laboratoire a toujours refusé d’expliquer en quoi consistait le poste de Kanika. Selon les enquêteurs, rien ne prouve que la jeune femme a été tuée à cause de son travail. De plus, quand Kanika avait discuté avec sa mère pour parler de ces hommes étranges, à aucun moment elle n’avait mentionné que son travail pouvait être mêlé à cela.

D’autres ont aussi pensé que Kanika avait été tuée par Jason Thomas Scott, un tueur en série qui résidait également dans le Maryland. Le jeune homme travaillait pour l’United Parcel Service et utilisait les informations des clients de l’entreprise pour trouver ses victimes. Mais son mode opératoire ne correspondait pas à la manière dont a été tuée Kanika, et il a toujours nié être impliqué dans le meurtre de la jeune femme. En revanche, il fut condamné en 2012 pour l’assassinat de cinq femmes.

Les théoriciens soulignent qu’il pourrait y avoir un lien entre Kanika Powell et la mort de Sean Green. Lui aussi vivait dans le comté de Prince George, il travaillait au National Counterterrorism Center en Virginie du Nord et possédait lui aussi un poste de haute sécurité. Trois mois après la mort de Kanika, le 12 novembre 2008, Sean a été tué dans sa voiture par un tireur masqué, alors qu’il se rendait à la salle de gym. Tout portait à croire que le tueur connaissait les habitudes de Sean. De plus, le jeune homme a été tué à quelques kilomètres du domicile de Kanika.

Sean Green

Les meurtres de Kanika Powell et Sean Green ont donc de troublantes similitudes : tous deux vivaient seuls dans le même comté et occupaient un poste important lié à la nation, ils n’avaient pas d’ennemis, aucun antécédent criminel, et de plus ils ont été abattus à seulement trois mois d’intervalle.

Malgré ces points communs, on remarque qu’ils ont été tués de deux manières différentes. Sean n’avait rien vécu d’étrange avant sa mort, ou en tout cas il ne l’avait pas dit à ses proches. Il a ainsi été tué brutalement dans sa voiture, sans avoir eu le temps de prévenir personne. Tandis que pour Kanika, les coupables ont tenté de l’attirer à l’extérieur par diverses méthodes, et la jeune femme avait eu le temps de prévenir sa famille et de voir du monde.

Douze ans plus tard, on ne sait toujours pas pourquoi Kanika Powell a été tuée, ni par qui. Une récompense de 25 000$ est offerte pour quelconque information qui pourrait aider à retrouver les coupables.

Le cas de Diane Augat : une disparition troublante.

Diane Augat

Diane est née en 1958. Elle vivait dans le quartier de Chesapeake Bay Drive à Odessa, dans l’Etat de Floride aux Etats-Unis. Elle était décrite comme étant une épouse et une mère attentionnée, aimant la musique, la pêche et le camping.

Mais dans sa trentaine, on a diagnostiqué à Diane un trouble bipolaire, qui la conduisait parfois dans des états de dépression sévère. Après une crise particulièrement virulente, Diane a perdu la garde de ses enfants en 1988, puis a divorcé en 1991. Elle tomba alors rapidement dans l’alcool et la drogue. Au cours des années qui suivirent, l’état de Diane ne s’arrangeait pas et elle fut incarcérée pas moins de 32 fois pour des délits mineurs. Elle fit également plusieurs séjours en hôpital psychiatrique. Après de sa dernière hospitalisation, Diane s’en alla vivre chez sa soeur Deborah Cronin, qui habitait dans la ville d’Hudson.

Le 10 avril 1998, Diane quitte le domicile de sa soeur vers 11h pour se rendre à un rendez-vous chez son médecin. Deborah se trouvait chez elle à ce moment-là, et elle a bien vu Diane partir à son rendez-vous. Plus tard dans la même journée, Diane sera vue par le barman du pub Hay Loft, situé qu’à quelques kilomètres du domicile de Deborah. Ce soir-là, Diane ne rentrera pas chez sa soeur.

Le Coral Sands Motel

Le 11 avril, Diane est aperçue en train de marcher seule sur la US 19, près de New York Avenue. Entre le 11 et le 13 avril, Diane aurait été vue au Coral Sands Motel, et une serveuse affirme l’avoir également vue déjeuner à l’hôtel Inn on the Gulf. Le 13 avril, la mère de Diane reçoit un appel téléphonique de sa fille. Mais elle ne se trouvait pas chez elle à ce moment-là. Lorsque la mère de Diane est rentrée chez elle, elle a découvert qu’un message vocal a été laissé sur le répondeur. Lorsqu’elle écoute le message, son sang se glace.

Elle y entend sa fille en train de crier : « A l’aide ! A l’aide ! Laisse-moi partir ! », puis des bruits de lutte, comme si quelqu’un essayait de lui arracher le téléphone des mains. Elle entend Diane crier une dernière phrase : « Donne-moi ça ! » puis l’appel se coupe. Lorsque la mère de Diane a tenté de rappeler, personne n’a répondu.

L’identification a indiqué que l’appel provenait d’une entreprise nommée Starlight qui se trouvait à Odessa. Mais en faisant des recherches, les enquêteurs se sont rendu compte qu’il y avait pas moins de six entreprises portant le nom de Starlight, toutes dans un rayon de 70km autour d’Odessa, mais aucune à Odessa même.

Le 15 avril, un doigt coupé dont l’ongle est vernis en rouge a été retrouvé au bord de la route US 19, près de New York Avenue, soit dans la même zone où Diane aurait été aperçue en train de marcher le 11 avril. Ce doigt sera identifié comme étant celui de Diane Augat. Ses proches affirment qu’au moment de sa disparition, Diane portait un vernis à ongle corail. Pourquoi aurait-on repeint ses ongles en rouge ? Et pourquoi avoir laissé son doigt coupé au bord d’une route ? Diane ayant eu des problèmes avec la drogue, aurait-elle pu être impliquée dans des affaires louches ? Pourrait-il donc s’agir d’un avertissement ? Ou tout simplement d’une erreur d’inattention de la part de son meurtrier ?

Entre le 10 et le 18 avril, la maison où vivait Diane à Chesapeake Bay Drive fut cambriolée, mais les policiers n’ont jamais retrouvé les coupables. Ils pensent qu’il pourrait s’agir de personnes que Diane fréquentait. Le 18 avril, la patronne de Deborah découvre dans le congélateur extérieur de son magasin un sac en plastique, avec à l’intérieur des vêtements soigneusement pliés. Deborah va affirmer que ces vêtements appartiennent à sa soeur.

En novembre 2000, Terry Wilson, la petite-amie du frère de Diane, se rend au dépanneur Circle K situé sur la US 19. Elle va alors faire une découverte étrange. Posé sur le comptoir, elle trouve une pochette transparente sur laquelle est écrit le prénom de Diane au marqueur. A l’intérieur il y avait un eye-liner, une bouteille de parfum Taboo, un rouge à lèvres et un tube de dentifrice provenant de l’hôpital psychiatrique où Diane a été hospitalisée. Sa mère affirmera que ces objets auraient pu appartenir à sa fille. De plus, le Circle K se trouve dans un quartier que Diane avait pour habitude de fréquenter.

En 2001, Deborah a reçu un appel d’un des enquêteurs pour lui annoncer qu’un homme était suspecté dans la disparition de Diane. Il s’appelle Gary Robert Evers, il a 52 ans et il est le gérant du Coral Sands Motel, un des derniers endroits où Diane a été vue. Le 27 juin 2001, deux hommes armés et masqués ont fait irruption dans le Coral Sands Motel vers 4h du matin, et Evers avait réussi à les faire fuir en les menaçant avec une arme. Le lendemain, Evers avait confronté Todd Kammers, 26 ans, un délinquant connu des environs. Il l’avait accusé d’avoir participé au cambriolage, ce que Kammers niait. Evers avait alors sorti un pistolet et abattu Kammers.

Hormis le fait que le motel fut l’un des derniers endroits où Diane a été aperçue, et que son doigt a été retrouvé à un pâté de maison du motel également, il n’y avait aucune piste qui aurait pu rattacher Evers à Diane. D’ailleurs, il ne fut jamais inculpé pour la disparition de Diane Augat. En revanche, il fut condamné à perpétuité pour l’assassinat de Kammers, et il mourut en prison en 2012.

Sa mère pense que la maladie mentale de Diane a pu jouer dans sa disparition, car elle avait tendance à faire des crises lorsqu’elle ne prenait pas ses médicaments, et elle faisait facilement confiance aux étrangers. Peut-être que quelqu’un avait profité de sa vulnérabilité ? En revanche, il est très étrange que les effets personnels de Diane furent disposés de manière à ce que sa famille les trouve, comme pour les narguer. De plus, il se pourrait que le responsable de la disparition de Diane la connaissait suffisamment pour savoir où travaillait sa soeur.

A ce jour l’enquête est au point mort. Depuis 2001, il n’y eut plus aucun suspect ni témoin dans la disparition étrange de Diane Augat.

L’affaire Julie Michel : volatilisée lors d’un road trip.

Julie Michel

Julie est née le 10 avril 1987 et vivait à Auxerre dans le département de l’Yonne en France. Pour l’été 2013, à l’âge de 26 ans, Julie décide de se lancer seule dans un road trip à travers la France, pour ensuite se rendre en Espagne. Elle va donc rassembler toutes ses affaires dans sa Renault 21 Nevada et commencer son périple. Elle passe d’abord quelques jours en Gironde, pour ensuite descendre à Toulouse et où elle va rester quelques jours également.

Julie va ensuite se rendre à Auterive. Pendant son voyage elle est constamment en communication avec ses proches. Dans la soirée du 18 juillet 2013, elle se rendra également au marché nocturne de la ville de Massat, en Ariège. Plus tard dans la nuit, Julie serait allée à Port de Lers, un col pyrénéen qui culmine à 1517 mètres d’altitude. Elle gare sa voiture dans un petit parking du col et y passe la nuit. Le 19 juillet, elle est aperçue par un parapentiste aux alentours de midi en train de déjeuner seule à l’extérieur de sa voiture. Ce sera la dernière fois qu’elle sera vue.

Le 1er août 2013, la mère de Julie signale sa disparition au commissariat d’Auxerre. Cela fait plusieurs jours que Julie ne donne pas de ses nouvelles, mais sa famille ne s’inquiétait pas trop, pensant que la jeune femme profitait de ses vacances et de son indépendance. Mais sa mère avait commencé à s’inquiéter car sa fille ne répondait pas à ses appels. La voiture de Julie sera retrouvée le 6 août 2013, toujours garée sur le parking à Port de Lers. A l’intérieur, les policiers découvre tous ses effets personnels : son téléphone portable, ses chaussures, ses papiers d’identité.

Port de Lers depuis Massat : 1517m
Le parking où la voiture de Julie a été trouvée

En été, il y a beaucoup de visiteurs à Port de Lers, c’est un lieu prisé par les randonneurs et les cyclotouristes sportifs. Mais hormis ce parapentiste, personne d’autre ne semble avoir vu Julie. Autre fait étrange : Julie, qui avait prévu de passer en Espagne, s’est arrêtée à un endroit qui justement ne permet pas de couper vers l’Espagne. Pourquoi avait-elle fait un détour par Massat puis Port de Lers ?

Plusieurs pistes ont été abordées. Peut-être que la jeune femme devait y retrouver quelqu’un ? Ou bien s’était-elle trompé de chemin et avait-elle décidé de faire une pause entre temps ? On se demande également si Julie serait partie faire de la randonnée et aurait eu un accident. Mais selon sa mère, Julie n’était pas intéressée par la randonnée. Autre piste plus sombre, Julie avait peut-être fait une mauvaise rencontre. Il aurait suffit qu’elle s’éloigne du parking et se fasse suivre par un rôdeur. De plus, les vitres de sa voiture n’étaient pas teintées et n’avaient pas de rideaux. N’importe qui pouvait la voir à l’intérieur de son véhicule. Peut-être avait-elle fait une mauvaise rencontre au marché de Massat, et que cette personne l’avait suivie ?

La thèse du suicide a également été envisagée, mais elle a très vite été écartée par Betty Lefebvre, la mère de la jeune femme : selon elle, Julie n’avait aucune raison de se suicider, et même si ça avait été le cas, on aurait forcément retrouver son corps.

En septembre 2013, une centaine de gendarmes et des équipes cynophiles ont organisé des battues pendant plusieurs jours. Port de Lers étant un lieu montagneux avec une végétation dense à certains endroits, les recherches s’avèrent difficiles lorsque l’on s’éloigne du sentier. D’ailleurs, le signalement tardif de la voiture de Julie a fait perdre un temps précieux pour les recherches. Lorsqu’une personne disparaît, les premières 24h sont les plus cruciales. Début novembre 2013, les recherches pour retrouver Julie doivent s’arrêter à cause d’une chute de neige.

En 2014, un homme va affirmé être sûr d’avoir vu Julie au carnaval de Toulouse. Malheureusement cela s’avèrera être une fausse piste. Betty raconte : « C’était un mythomane. Quand je l’ai rencontré, j’ai compris qu’il était bizarre. Son beau-frère m’a appelé quelques mois plus tard, pour m’indiquer qu’il avait menti, et n’avait jamais vu ma fille.»

Par la suite, d’autres hypothèses ont vu le jour, notamment que Julie aurait rejoins une secte. En effet, il y a en Arriège des groupes autonomes de néo-ruraux utopistes qui auraient pu séduire Julie avec ce mode de vie. Encore une fois Betty n’y croit pas. Mère et fille étaient proches, et jamais Julie ne lui aurait caché cela. Mais par la suite, Betty va tomber de haut après avoir exploré les mails de Julie : « J’y ai trouvé des échanges de mails avec la gourelle d’une secte dans laquelle elle était investie depuis plusieurs semaines. Dans ses écrits, je n’ai pas reconnu ma fille, ce n’était plus elle. » Les policiers vont retrouver et interroger cette gourelle, mais cela ne donnera rien.

En 2017, des témoins affirment avoir reconnu Julie parmi des sans-abris à Boulogne-sur-Gesse en Haute-Garonne, où elle se ferait appeler Charlotte. Mais les gendarmes n’ont jamais retrouvé cette jeune SDF. Plus tard, il s’avérera que les témoins n’étaient pas fiables. En mai 2018, toujours sans nouvelle piste, la juge ferme le dossier de Julie Michel.

Mais par la suite, une femme va apporter un témoignage glaçant à la présidente de l’ARPD, l’association pour l’assistance et la recherche de personnes disparues. Selon elle, Julie aurait été tuée dans un gîte et on aurait fait disparaître son corps. Suite à cela, Betty s’est exprimé : « Je demande juste que la justice vérifie cette hypothèse. Ils ont le nom du gîte et plusieurs autres éléments glauques dont je ne préfère pas parler. Pour le moment, ils n’ont rien vérifié. Il faut que je sache, je ne peux pas vivre toute ma vie comme ça. »

Malgré ce témoignage apporté, le dossier reste clôt. « J’ai contacté le procureur de Foix en lui exposant ces nouveaux éléments, malheureusement il ne veut pas rouvrir. » explique Betty Lefebvre. «  […] On m’a dit qu’il fallait que je fasse mon deuil, mais sans corps, ce n’est pas possible. » Lorsque le procureur a été interrogé sur la piste de l’assassinat de Julie, il n’a pas souhaité répondre.

Pendant l’été 2019, des bénévoles et un spéléologue ont effectué des recherches dans la zone, mais cela n’a pas été concluant. A l’été 2020, Betty et David Duval, un bénévole, s’adonnent aux recherches à l’endroit où Julie a disparu, à l’aide d’un drone. « Grâce au travail de plusieurs années, nous avons écarté l’accident en surface, à l’aide d’un drone, je peux visiter les gouffres où elle aurait pu tomber, après cela, nous aurons tout fait concernant la thèse de l’accident en montagne. » explique David Duval.

Malgré tout, Betty est déterminée à faire rouvrir le dossier. Elle a créé la page Facebook « Notre coeur pour Julie » en attendant l’association qui est en cours de création. Via sa page Facebook elle recueille des dons afin de poursuivre des recherches sur place. Après toutes ces années, Betty a toujours l’espoir de connaître la vérité sur la disparition de sa fille, qui s’est volatilisée ce mois de juillet 2013.