Sierah Joughin : enlevée et tuée en rentrant chez elle.

Sierah est née le 11 février 1996 dans le comté de Lucas en Ohio. Elle a grandit dans la ville de Delta et a été diplômée du lycée en 2014, avant de fréquenter l’université de Toledo où elle étudiait la gestion des ressources humaines. Ses proches la décrivent comme une jeune fille souriante et extravertie.

Sierah était en couple depuis plusieurs années avec Joshuah Kolasinski. Le 19 juillet 2016 vers 17h, elle va rendre visite à son petit-ami à vélo.Vers 19h, Sierah rentre chez elle sur son vélo, mais Joshuah l’accompagne sur la moitié du chemin en moto. A ce moment-là, Joshuah prend une photo de sa petite-amie où nous la voyons souriante et heureuse, puis leurs chemins se séparent.

James Worley: Victim Sierah Joughin's last moments | news.com.au —  Australia's leading news site
Sierah et Joshuah
Last image of Sierah Joughin, taken by her boyfriend on his motorcycle  shortly before she was abducted and murdered. : r/lastimages
La dernière photo de Sierah

Ce soir-là à 21h30, Sheila Vaculik, la mère de Sierah, rentre chez elle. Elle remarque que la lumière de la chambre de sa fille n’est pas allumée, et elle se dit qu’elle est restée chez Josh plus tard que prévu. Mais pendant ce temps, Joshuah a envoyé plusieurs textos à Sierah pour savoir si elle était bien rentrée, mais aucun réponse de sa part. Il a également tenté de la joindre sur son téléphone, en vain. C’était quelque chose d’inhabituel pour Sierah de ne pas répondre à ses appels et à ses messages. A 22h30, alors qu’il s’inquiète de plus en plus, Josh appelle finalement Sheila pour lui demander si Sierah est à la maison. Sheila va tomber de très haut. Directement, la famille de Sierah va demander à ses amis s’ils ont des nouvelles, ils vont également appeler les hôpitaux du coin au cas où elle aurait eu un accident sur son vélo, mais personne ne sait où se trouve la jeune fille. La police va ainsi être prévenue.

Comme il était la dernière personne à avoir vu Sierah, Joshuah fut le premier à être interrogé par les policiers. Il expliquera qu’il avait bien accompagné Sierah sur une partie du chemin pour qu’elle rentre chez elle, et qu’il n’avait plus eu de ses nouvelles par la suite. Durant la nuit au cours des recherches, un policier qui fouillait la route qu’avait emprunté Sierah va faire une découverte troublante. La route était longée par un champs de maïs, et le policier a remarqué qu’une section de maïs avait été écrasée. Alors qu’il s’approche de l’endroit, le policier est assaillit par une odeur de gaz. Il découvre alors le vélo de Sierah. Du sang tâchait le siège et les poignées. Une chaussette de Sierah, une boîte de fusibles automobiles, une paire de lunettes de soleil pour homme et un tournevis couvert de sang seront également trouvés sur les lieux.

Un agriculteur va également ramené à la police un casque de moto en sang qu’il avait trouvé dans le champs de maïs. Les policiers se sont alors rendus chez Josh, car ils savaient qu’il possédait une moto. Ils vont fouiller sa maison, sa moto et sa voiture, mais ils ne trouveront rien pour l’incriminer.

James Worley

Le FBI va relever l’identité des délinquants enregistrés dans la région, et ils vont porté leur attention sur un homme nommé James Worley. Il vivait avec sa mère sur une propriété qui possédait plusieurs granges, à seulement 3 kilomètres du lieu où Sierah avait disparu. De plus, l’homme avait un lourd casier judiciaire. En 1990, James Worley avait volontairement percuté une jeune femme nommée Robin Gardner, alors qu’elle faisait du vélo. Il avait ensuite essayé de la forcer à monter dans son camion sous la menace d’un tournevis, mais Robin avait réussi à s’échapper. James fut condamné à de la prison pour cette tentative d’enlèvement, mais il avait purgé seulement 3 ans d’emprisonnement. Au début des années 2000, il retourna deux ans en prison pour avoir cultiver de la marijuana et pour possession illégale d’armes.

Une équipe de policiers se rendit à la maison de James pour l’interroger. Ils avaient également pu obtenir un mandat de perquisition, et en fouillant la grange ils découvrirent une pièce où se trouvaient des sous-vêtements tâchés de sang, des serres-câbles, des jouets sexuels, du ruban adhésif, un matelas pneumatique, et un congélateur qui sentait l’eau de javel. Lors de son interrogatoire, James a nié connaître Sierah, mais l’ADN de la jeune fille a été trouvé sur le matelas et sur le ruban adhésif. Le même jour, le corps de Sierah a été retrouvé dans un champ, enterré dans une tombe de fortune. Elle avait été bâillonnée avec un joute en plastique, ses poignets étaient attachés derrière son dos et elle portait une couche pour adulte. Elle avait également une blessure au crâne. Les sous-vêtements trouvés chez James Worley étaient les siens, mais l’autopsie a confirmé qu’elle n’avait subit aucune agression sexuelle, et que la cause de la mort était l’asphyxie.

Le 16 août 2016, James est inculpé de dix-neuf chefs d’accusation et emprisonné. Le 28 mars 2018, il est accusé de dix-sept chefs d’accusation sur les dix-neuf, dont le meurtre aggravé. La défense a tenté de plaidé pour un emprisonnement à perpétuité en raison des problèmes mentaux de James, mais l’accusation a répliqué que ses problèmes mentaux n’étaient pas assez conséquents pour le disculper, et qu’il savait faire la différence entre le bien et le mal. Le 16 avril 2018, James Worley est reconnu coupable et condamné à mort. Après avoir été reportée plusieurs fois, sa date d’exécution a été fixée au 20 mai 2025.

L’affaire Yingying Zhang : une étudiante chinoise assassinée.

Yingying Zhang

Yingying est née le 21 décembre 1990 à Nanping, une ville de la province du Fujian en Chine. Elle y vivait avec ses parents et son frère cadet. Yingying était une jeune femme brillante qui fut diplômée de l’Université de Sun Yat-sen en 2013, et également diplômée de l’Université de Pékin en 2016.

En 2017, Yingying est invitée à poursuivre des recherches sur la photosynthèse par l’Université de l’Illinois. Elle quitte alors son pays natal pour la première fois de sa vie pour s’installer aux Etats-Unis, ayant pour projet de revenir en Chine pour tard et d’enseigner là-bas.

Une fois aux Etats-Unis, elle emménage seule dans un appartement du campus universitaire. Par la suite, elle voudra chercher une nouvelle habitation un peu moins chère, et c’est ainsi que l’après-midi du 9 juin 2017, Yingying prend un autobus afin de se rendre à un rendez-vous avec Rontrez Stone, un agent de location avec qui elle devait visiter un complexe d’appartements. Avant de partir, Yingying envoie un SMS à Rontrez vers 13h40 pour le prévenir qu’elle aurait du retard. Elle prend le bus depuis Orchard Downs jusqu’à l’intersection de Sprinfield et Matthews Street, où Yingying descend pour prendre une autre ligne de bus censée l’emmener à One North, le lieu de son rendez-vous. Cependant, elle s’est rendue compte qu’elle était du mauvais côté de la rue et elle a par la suite raté son bus suivant de justesse, celui-ci ne s’étant pas arrêté lorsqu’elle lui a fait signe. Yingying a donc marché jusqu’au prochain pâté de maisons pour rejoindre un arrêt de bus.

She's gone forever': Brendt Christensen bragged to girlfriend that he  killed Chinese scholar Zhang Yingying | South China Morning Post

A 14h10, Rontrez attends toujours Yingying, mais la jeune femme tarde à arriver. Il tente de la contacter sur son téléphone, mais elle ne réponds pas, et elle ne se rendra jamais au rendez-vous. Par la suite, les amis de Yingying, ne la voyant pas rentrer, ont commencé à s’inquiéter, ainsi que ses professeurs. A 21h24, l’un de ses professeurs a finalement prévenu la police.

Le service de police de l’Université de l’Illinois et d’Urbana ont collaboré avec le FBI pour tenter de retrouver Yingying, et ils vont ainsi retrouver des images de vidéosurveillance assez troublantes. On y voit la jeune femme attendre à son arrêt de bus, seule, lorsqu’une Saturn Astra noire passe à côté d’elle aux alentours de 14h00. La voiture fait alors demi-tour et s’arrête près de son arrêt de bus. Le conducteur interpelle Yingying, qui s’approche et se met à discuter avec lui, avant de monter dans la voiture. Il fut difficile pour les policiers de discerner la plaque d’immatriculation sur les images. Cependant, ils vont réussir à retrouver les 18 propriétaires de Saturn Astra enregistrées dans la région du comté de Champaign et à tous les interroger.

Yingying discutant avec le conducteur
Peut être une image de 1 personne
Brendt Allen Christensen
Terra Bullis Now: Brendt Christensen's Girlfriend Today | Heavy.com

Parmi eux se trouve Brendt Allen Christensen, né en 1989. Diplômé de l’Université  Wisconsin-Madison en 2013, il avait aussi obtenu un doctorat en physique à l’Université de l’Illinois en mai 2017. Il était dans un mariage ouvert avec certaine Michelle Zortman, et en plus de sa femme il avait également une petite-amie, Terra Bullis. Les enquêteurs ont rapidement remarqué que la Saturn Astra qui avait récupéré Yingying présentait le même défaut que celle de Brendt, un enjoliveur fissuré, ainsi qu’un toit ouvrant identique. Il fut interrogé et dira qu’il ne se souvenait plus de ce qu’il faisait au moment de la disparition de Yingying. Le FBI et la police ont exécuté un mandat de perquisition pour fouiller sa voiture plus en détail, et ils remarquent que la portière côté passager avait été nettoyée beaucoup plus méticuleusement que les autres portes.

Lorsqu’il est à nouveau interrogé le 15 juin, le FBI annonce à Brendt qu’ils savent que c’est lui qui avait récupérer Yingying dans sa voiture. Brendt devient mal à l’aise et avoue avoir récupérer une femme asiatique ce jour-là, mais qu’il ne savait pas qu’il s’agissait de Yingying. Il prétend que la femme avait paniqué lorsqu’il avait prit un mauvais virage et qu’il l’avait laissée sortir de sa voiture sans savoir où elle pouvait se trouver actuellement.

Au moment où Brendt se fait interroger, les policiers obtiennent un mandat de perquisition pour fouiller son appartement. Ils découvrent des tâches suspectes sur son matelas, sous le tapis de la chambre ainsi que sur une batte de baseball. Ces objets furent envoyés en laboratoire pour des tests ADN. Ils récupèrent ensuite les ordinateurs et le téléphone portable de Brendt pour les analyser.

Brendt Christensen in court for Illinois kidnap of Yingying Zhang - BBC News

Les enquêteurs vont par la suite demander à Terra Bullis, la petite-amie de Brendt, de l’enregistrer en cachette, ce qu’elle va accepter. Le 29 juin 2017, alors qu’ils participent à une marche commémorative pour Yingying, Terra enregistre Brendt lui avouer qu’il avait séquestré Yingying dans son appartement. Il racontera en détails les sévices qu’il lui aurait fait subir, qu’il lui avait lié les mains avant de l’abuser sexuellement et de l’étrangler. Il dira ensuite qu’il lui avait fracassé le crâne avec une batte de baseball avant de l’emmener dans la baignoire pour la décapiter. Par la suite, il s’était débarrassé de ses restes et avait nettoyé son appartement, en ajoutant qu’elle ne serait jamais retrouvée. Le 30 juin, Brendt est arrêté par le FBI.

Lors du procès, on apprend que son mariage avec Michelle Zortman était au plus mal, et ils avaient alors décidé de vivre un mariage ouvert. Brendt avait donc une petite-amie et Michelle sortait aussi avec quelqu’un de son côté. Lorsqu’il était allé voir un conseiller pour son mariage en 2017, il a admit avoir des problèmes d’alcool et de drogues, ainsi que des fantasmes très sombres. En effet, il avait commencé à s’intéresser de très près aux tueurs en série, et particulièrement à Ted Bundy, pour qui il avait une véritable obsession. Par la suite, il passait beaucoup de temps sur des sites Web qui parlaient de meurtres et d’enlèvements, allant même jusqu’à chercher des jeunes femmes pour des enlèvements consensuels. Dans l’enregistrement, Brendt se vante également d’avoir un nombre de victimes supérieur à celui de Jeffrey Dahmer et John Wayne Gacy, mais le FBI n’a jamais pu prouver ses dires.

Le tribunal apprend que le 9 juin 2017, Michelle Zortman avait quitté l’appartement tôt pour partir en week-end avec son petit-ami. Quant à Brendt, il était arrivé sur le campus universitaire à 9h30 avant d’approcher une étudiante nommée Emily Hogan. Il se serait fait passer pour un policier infiltré auprès d’elle et lui aurait montré un badge, avant de l’inviter à monter dans sa voiture pour répondre à des questions. Mais la jeune femme était méfiante et a refusé de le suivre. Elle aurait ensuite mit un message sur Facebook pour avertir les autres étudiants qu’un homme se faisait passer pour un policier. A 13h30, Brendt continuait de chercher une proie et a vu Yingying courir après son bus. Saisissant sa chance, il a attendu qu’elle se retrouve seule à l’arrêt de bus pour l’approcher et la faire monter dans sa voiture.

La Défense a contesté la peine de mort et a demandé au jury de tenir compte des problèmes de Brendt, expliquant qu’il avait des idées noires, qu’il avait eu beaucoup de problèmes dans son mariage et avec l’alcool. Brendt vivait mal le fait d’être dans un mariage ouvert et que sa femme ait un petit-ami à côté. Quelques jours avant la mort de Yingying, Michelle lui avait annoncé qu’elle partirait en week-end avec son petit-ami au même endroit où Brendt et elle avaient passé leur lune de miel, et cela aurait été l’élément déclencheur qui aurait poussé Brendt à laisser libre court à ses pulsions meurtrières.

Inside the interrogation of the man who killed University of Illinois  scholar Yingying Zhang - ABC News

Lors d’une audience, Lifeng Ye, la mère de Yingying, a exigé que Brendt lui dise où il avait caché le corps de sa fille afin de lui offrir une sépulture décente en Chine, mais l’homme resta silencieux. Brendt Allen Christensen fut reconnu coupable d’enlèvement et de fausses déclarations au FBI, et il fut condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle. En 2018, il révéla qu’il avait découpé le corps de Yingying en plusieurs morceaux et qu’il les avait placés dans trois sacs poubelles pour ensuite les jeter dans une benne à ordures, avant que tout cela ne soit envoyés dans une décharge située à Vermillon. La décharge étant très grande avec pas moins de 10 mètres de déchets, les chances de retrouver les restes de Yingying sont très faibles.

Au moment de sa mort, Yingying avait seulement 26 ans. Elle rêvait de devenir enseignante et avait pour projet de se marier avec son fiancé lors de son retour en Chine.

La triste histoire de la « Sleeping beauty » de l’Everest.

Photo de Francys Arsentiev
Francys Arsentiev

Francys est née le 18 janvier 1958 à Honolulu, à Hawaii. Elle était la fille de John Yarbro et Marina Garrett. Elle fut scolarisée tantôt en Suisse, tantôt aux Etats-Unis, avant d’être diplômée à l’université de Louisville, dans le Kentucky. Après avoir obtenu un Master en management, Francys travailla en tant que comptable pendant plusieurs années.

En 1992, elle se marie avec le russe Sergueï Arsentiev. Ce dernier avait une certaine notoriété dans son pays natal grâce à ses exploits en alpinisme ; en effet, il avait réussi à escalader les cinq plus hauts sommets de la Russie, acquérant ainsi le surnom de « léopard des neiges ». Auparavant, Francys a été mariée à un homme nommé Joe Distefano, avec qui elle a eu un fils, Paul, né vers la fin des années 1980.

Kisah Pilu Mayat 'Sleeping Beauty' yang Meninggal di Gunung Everest,  Sebelum Mati Dia Menangis Sambil Ucapkan Kalimat Ini | Intisari | LINE TODAY
Francys et Sergueï
Francys Arsentiev with her son Paul Distefano, approx. 2, in Telluride, Co.  circa 1989. Photo reproduced at Dr. Marina Yarbro's home in Lexington, Ky.,  Wednesday, May 23, 2007. Photo by Matt Goins -
Francys et son fils Paul

Même si Francys aimait la randonnée et l’escalade, elle était loin d’être une passionnée comme son mari. Mais cela ne l’a pas empêchée de l’accompagner en Russie afin d’escalader ensemble les plus hauts sommets du pays. Francys est également devenue la première femme américaine à descendre l’Elbrouz en ski. Néanmoins, le couple voulait continuer de marquer l’histoire de l’alpinisme, et pour cela ils avaient un objectif assez fou : escalader le Mont Everest sans bouteille d’oxygène. S’ils réussissaient cet exploit, Francys deviendrait également la première femme américaine à gravir l’Everest sans s’aider d’oxygène.

Ainsi, en mai 1998, Francys et Sergueï atteignent le camp de base de l’Everest, et le 17 mai, ils escaladent 7700 mètres. Deux jours plus tard, ils atteignent les 8200 mètres. Du 20 au 21 mai, ils avancent peu et sont obligés de rester dormir la nuit à cette altitude, avec des difficultés dû au manque d’oxygène et à la météo. Le 22 mai, ils réalisent leur objectif en atteignant le sommet de l’Everest.

Comme ils ont atteint le sommet assez tard, ils doivent s’arrêter pendant la redescente pour passer la nuit dans un camp. Le matin du 23 mai, le couple se sépare durant la descente et Sergueï va prendre de l’avance. Une fois arrivé au camp, il se rend compte que sa femme n’est pas encore là. Il attends un peu, mais toujours aucun signe de Francys. Pensant que quelque chose ne va pas, il décide de repartir la chercher en emmenant des médicaments. Durant sa remontée, vers 9h du matin, Sergueï croise un groupe de cinq alpinistes ouzbèkes et leur demande s’ils ont vu sa femme.

Image

A ce moment-là, Sergueï n’a sans doute pas idée du calvaire enduré par Francys. Epuisée par l’effort et le manque d’oxygène, et souffrant également d’engelures, la femme est retrouvée sur une pente par la même équipe ouzbèke, aux alentours de 10h40. Ces derniers tentent de la ramener vers le camp le plus proche. Ils lui mettent un masque à oxygène et l’attachent à un harnais, la faisant descendre de 80 mètres. Deux des ouzbèkes redescendent alors vers le camp et croisent Sergueï en chemin, qui leur demande à nouveau s’ils ont vu sa femme. Devant leur réponse affirmative, Sergueï accélère son ascension.

Plus haut, et après de longues heures à tenter d’aider l’américaine, les ouzbèkes sont bientôt à court d’oxygène, et pour ne pas connaître une fin proche, ils n’ont pas d’autres choix que de laisser Francys. En descendant, ils vont croiser Sergueï à la recherche de sa femme, et ce sera la dernière fois qu’il sera vu.

Le 24 mai, le couple formé par Ian Woodall et Cathy O’Dowd, en pleine ascension de l’Everest, va ainsi tomber sur le corps de Francys dans la montagne. Ils la pensent morte, mais ils se rendent rapidement compte que la femme est toujours vivante, bien qu’elle soit dans un état critique. Ils ont un choc en la reconnaissant. En effet, Ian et Cathy avaient eu l’occasion de discuter avec Francys dans un des camps, quelques heures auparavant.

Ils raconteront qu’elle était à moitié consciente et qu’elle répétait très faiblement les mêmes phrases : « Ne me quittez pas », « Que faites-vous », « Je ne veux pas mourir ». Son corps était gelé, et les engelures avaient rendu son visage blanc et figé, tel une poupée de cire. C’est grâce à ce détail, mais aussi à la position allongée, presque sereine, du corps de Francys, que Cathy O’Dowd va ainsi la comparer à la Belle au Bois dormant ( « Sleeping beauty » ). A côté de Francys se trouve un piolet et une corde, sans doute laissés par Sergueï, mais l’homme est introuvable. Ian et Cathy reviennent avec une équipe, et pendant plus d’une heure ils vont essayer tant bien que mal de récupérer Francys, mais en vain. A cause des températures extrêmes et de la pente raide sur laquelle ils se trouvent, il sera bientôt trop dangereux pour eux de continuer, et ils vont ainsi prendre la lourde décision d’abandonner Francys à son triste sort.

Francys Arsentiev avant la réinhumation
Le corps de Francys, conservé par le froid, sur les pentes de l’Everest

Francys Arsentiev mourra donc ainsi, seule, dans le froid glacial de l’Everest. Un an plus tard, en 1999, lors de l’expédition « Mallory and Irvine », le corps de Sergueï sera retrouvé plus bas dans la montagne. On pense qu’il a été victime d’une chute mortelle en essayant de sauver sa femme.

Mourir sur l’Everest nous condamne à reposer pour toujours sur la montagne. Il est extrêmement difficile et dangereux de récupérer les corps dans de telles conditions. De ce fait, très peu de familles ont pu retrouver les dépouilles de leurs défunts, qui deviennent des repères macabres pour les alpinistes qui s’attaquent au sommet du monde.

Pendant neuf ans, le corps de Francys fera parti des nombreux cadavres visibles sur les pentes de l’Everest. En 2007, toujours hanté par sa rencontre avec l’américaine, Ian Woodall décide de diriger l’expédition The Tao of Everest, dans le but de donner une sépulture décente à Francys. Le 23 mai 2007, Ian Woodall et son équipe parviennent à retrouver le corps de la femme. Ils la recouvrent respectueusement d’un drapeau américain et déposent un ours en peluche à ses côtés. Son corps a par la suite été déplacé dans un lieu inconnu, quelque part dans la montagne, à l’abri des regards.

En atteignant le sommet du Mont Everest sans oxygène, Francys Arsentiev est bien devenue la première américaine a réussir cet exploit, mais elle l’a payé de sa vie. Elle laissera derrière elle son fils Paul, qui restera longtemps traumatisé par les photos du corps gelé de sa mère.

Śpiąca królewna z Everestu. Kim była Francys Arsentiev? - Kobieta

Le meurtre d’Aniah Blanchard.

Aniah Blanchard

Née le 22 juin 2000 à Homewood dans l’Etat de l’Alabama, Aniah était la fille d’Elijah Blanchard, un homme d’affaires, et d’Angela Haley-Harris, une infirmière. Elle avait également un grand-frère nommé Elijah Jr. Ses parents sont divorcés et sa mère s’est remariée avec le combattant de l’UFC Walt Harris, avec qui elle a eu d’autres enfants.

Aniah était décrite comme une jeune fille généreuse, travailleuse et intelligente. Elle était également très proche de sa famille. Elle adorait passer du temps avec son grand frère, elle s’occupait beaucoup de ses demi-frères et soeurs, et elle avait de bonnes relations avec ses parents et son beau-père. Aniah jouait dans l’équipe de softball de son lycée, dont elle a été diplômée. Par la suite, elle est partie avec son grand frère au Southern Union State Community College où elle étudiait l’éducation des enfants.

Aniah ( à gauche) et une partie de sa famille.

Le mercredi 23 octobre 2019, Aniah est partie rendre visite à sa mère et à son beau-père. Elle échange également des messages avec sa colocataire, lui disant qu’elle avait rendez-vous avec un homme dans la soirée. A 23h09, Aniah lui envoie un message pour lui dire qu’elle rentrera bientôt. A 23h38, elle lui envoie qu’elle est finalement en train de fumer. Puis à 23h40, elle lui dit qu’elle est en compagnie d’un homme nommé Eric. Le lendemain matin, sa colocataire se rend compte qu’Aniah n’est pas rentrée. Sans parvenir à la joindre sur son téléphone portable, elle prévient la famille de la jeune femme qui s’inquiète immédiatement, car ce n’était pas un comportement qui lui ressemblait. La police d’Auburn est ainsi prévenue.

La colocataire d’Aniah dira plus tard qu’elle avait un mauvais pressentiment en lisant les derniers messages d’Aniah ce soir-là, car elle avait l’impression que ce n’était pas réellement Aniah qui lui parlait. Comme si quelqu’un avait prit le téléphone de la jeune femme pour discuter à sa place.

Le 26 octobre, un résident d’un complexe d’appartements à Montgomery appelle la police pour prévenir qu’une voiture inconnue est garée sur leur parking. Les policiers découvrent qu’il s’agit de la voiture d’Aniah, une Honda CR-V 2017 noire. En l’examinant, ils se rendent compte que la voiture est abîmée sur la porte extérieure côté passager ainsi que la présence d’un impact de balle, mais encore plus troublant, ils découvrent également du sang sur le siège passager. Ce sang sera analysé et sera révélé comme étant celui d’Aniah. L’intérieur de la voiture dégageait notamment une forte odeur de nettoyant:

Un témoin va se manifester et affirmer que le 23 octobre, aux alentours de 23h30, il a vu une jeune femme correspondant à la description d’Aniah accompagnée d’un homme à bord d’une Honda CR-V 2017, à la station service Chevron à Auburn. Les enquêteurs vont réussir à obtenir les images de vidéosurveillance enregistrées cette nuit, et ils y voient une Honda CR-V 2017 noire se garer près des pompes à essence. Un jeune homme Noir en sort, suivie par Aniah. Ils entrent à l’intérieur de la station et ressortent ensuite ensemble. Les seules images rendues publiques sont celles où l’ont voit Aniah rentrer dans la station service.

Les dernières images d’Aniah

Un autre témoin dira avoir vu Aniah cette même nuit, en train de discuter avec un homme près d’un magasin. Cet homme aurait ensuite violemment pousser Aniah dans sa voiture, avant de s’installer sur le siège conducteur et partir. Les policiers ont pu trouver la géolocalisation du téléphone de la jeune fille cette nuit là, et ils apprennent qu’elle serait partie d’une station service pour joindre un lotissement en direction de Longleaf Drive et Cox Road à Auburn. Elle serait ensuite redescendue à la station service Chevron, pour ensuite partir vers le nord  sur South College Street en direction d’Auburn Camp Road. Puis le téléphone s’éteint alors qu’elle se trouve dans le quartier de Clarion Inn.

La disparition d’Aniah Blanchard a tout de suie été jugée inquiétante. La police a lancé un appel à témoin afin de retrouver l’homme qui aurait été vu pour la dernière avec Aniah, et le 6 novembre 2019, le suspect est identifié comme étant Ibraheem Yazeed, 29 ans. L’homme avait été libéré sous caution après avoir été accusé de vol, de tentative d’enlèvement et de meurtre, et de possession de marijuana. Le 7 novembre, la police émet un mandat d’arrêt contre Yazeed, et ce dernier fini par intercepté après avoir tenté de fuir sur l’Interstate 10. Il a d’abord été emmené à la prison du comté d’Escambia, puis extradé vers l’Alabama dans une prison du comté de Lee, où il a été placé à l’isolement.

La disparition d’Aniah a fait l’actualité nationale tandis que des recherches approfondies ont eu lieu à Auburn et aux alentours pour retrouver la jeune femme, mais en vain. Le 22 novembre, Antwain Fisher est arrêté et accusé d’avoir participer à la disparition d’Aniah. Il avait déjà été condamné pour meurtre. Le 25 novembre, la police arrête un autre suspect, David Lee Johnson Jr. Dans des aveux rendus publics en juin 2020, Fisher a raconté que le 24 octobre 2019, entre 5h et 6h du matin, Yazeed serait venu le chercher au domicile de Johnson. Il avait en sa possession la voiture d’Aniah, et avait dit à Fisher qu’il avait besoin de plus d’essence.

Yazeed et Fisher se sont alors rendus dans une station service acheter de l’essence, et Yazeed lui aurait dit qu’il devait aller chercher quelque chose. Ils sont allés jusqu’à Montgemerry, où Yazeed avait récupéré un fusil d’assaut. Fisher dira ensuite qu’ils ont été jusqu’à un cimetière près de l’Interstate 85, et que Yazeed a sortit du coffre une grosse couverture d’où dépassait une paire de jambes. Yazeed serait ensuite parti dans les bois environnants avec la couverture, avant de rejoindre Fisher. Ce dernier lui aurait demandé s’il s’agissait bien d’un corps, ce à quoi Yazeed aurait répondu que cela n’aurait aucune répercussion sur Fisher. Fisher a été accusé d’enlèvement au premier degré, avant que l’accusation soit rejetée.

Le 25 novembre 2019, les enquêteurs découvrent des restes humains dans une zone boisée du comté de Macon. Parmi ces restes, ils ont trouvé des vêtements similaires à ceux qu’Aniah portait le jour de sa disparition, et un crâne avec un impact de balle. Le 27 novembre, l’autopsie révèle qu’il s’agit bien d’Aniah Blanchard, et qu’elle a été mortellement blessée par balle.

A ce stade de l’enquête, les soupçons de la colocataire d’Aniah se sont révélés justifiés. Rappelons que, le 23 octobre à 23h08, Aniah avait envoyé un message à sa coloc lui disant qu’elle comptait rentrer bientôt, avant de se rétracter et de lui dire à 23h38 qu’elle restait dehors pour fumer en compagnie d’un homme nommé Eric. Il est fort probable que Yazeed avait fini par prendre possession du téléphone d’Aniah après lui avoir fait du mal, et que Eric soit un nom inventé de sa part.

Désormais, Yazeed fait face à deux chefs d’accusation de meurtre qualifié, l’un pour avoir commis un meurtre dans une voiture en utilisant une arme mortelle, et l’autre pour avoir commis un meurtre lors d’un enlèvement au premier degré. Il risque la peine de mort pour ces deux chefs d’accusation. Une audience préliminaire était prévue en mars 2020, mais la pandémie de COVID-19 l’a obligée à être reportée plus tard, et c’est finalement le 3 juin 2020 que s’est tenue l’audience. En attendant sa condamnation, Yazeed est enfermé à la prison du comté de Lee.

Plus tard, Angela Harris s’exprimera à propos de sa fille : « Depuis qu’elle était petite, je lui ai appris le monde. J’ai été infirmière spécialisée dans les agressions sexuelles pendant 20 ans et j’ai vu tout ça », dit-elle. « Aniah avait peur que quelqu’un lui fasse du mal. Elle était toujours aussi paranoïaque. elle a même mis des trucs contre sa porte la nuit parce qu’elle ne voulait pas que quelqu’un vienne la chercher. […] Aucun jour n’est pareil. Je dois continuer à me rappeler que c’est réel. Je me dis littéralement un million de fois par jour, «c’est arrivé». Je me réveille le matin et je me dis: « Oh mon Dieu, ma fille a été assassinée. Aniah n’est pas là. Je ne l’ai pas. Je ne peux pas l’appeler. Je ne peux pas la toucher. Je ne peux rien faire. » Cela ne semble tout simplement pas réel. »

Après ce drame, Angela a créé Aniah’s Heart, une association à but non lucratif qui tend à offrir des cours d’auto-défense gratuits aux adultes et aux enfants. Angela s’est également battue pour faire accepter la loi d’Aniah, une loi qui réforme la mise en liberté sous caution. En Alabama, les accusés ont droit à une caution tant qu’ils ne sont pas mêlés à des crimes capitaux. La loi d’Aniah élargirait cette exception à des crimes tels que l’enlèvement au premier degré, la violence domestique, le viol au premier degré, le vol au premier degré ect… En février 2020, la Chambre des Représentants de l’Alabama a voté en faveur de la loi d’Aniah.

« Je ne pourrais pas vivre avec moi-même si je ne faisais pas ça pour le reste de ma vie », dira Angela Harris. « C’est tellement nécessaire. Il semble que chaque semaine, quelqu’un commette un crime qui a des antécédents d’une infraction violente. » Après avoir été gardés plusieurs mois dans le cadre de l’enquête, les restes d’Aniah ont été rendus à la famille, qui a pu l’enterrer dignement le 7 novembre 2020.

Lucas Markham et Kim Edwards : un jeune couple meurtrier.

Lucas et Kim

Kim et Lucas vivaient dans la ville de Spalding, dans le comté du Lincolnshire en Angleterre. Âgés de 14 ans seulement, ils se fréquentaient depuis un an et étaient très amoureux. Kim vivait avec sa mère Elizabeth Edwards, 49 ans, et sa petite soeur Katie, 13 ans.

Dans la journée du 15 avril 2016, les collègues d’Elizabeth s’inquiètent de ne pas la voir au travail. Elle était une employée sérieuse, dévouée, et cela faisait deux jours qu’elle était absente de son travail sans prévenir personne, chose qui ne lui ressemblait pas. Pendant ce temps, les professeurs de Kim et Katie s’étonnent que les filles soient absentes à l’école.

Kim et sa soeur Katie
Elizabeth Edwards

Sans nouvelles d’Elizabeth et de ses filles, des proches ont fini par prévenir la police, qui se rend à la maison des Edwards. Les policiers toquent plusieurs fois à la porte sans obtenir de réponse. En revanche, ils entendent le chien de la famille aboyer à l’intérieur. Les policiers vont alors forcer la porte d’entrée, et lorsqu’ils entrent dans la maison, ils découvrent Kim Edwards en compagnie de son petit-ami, Lucas Markham, enlacés sur un matelas, en train de regarder la télévision.

Les policiers vont alors demander à Kim où se trouvent sa mère et sa petite soeur. L’adolescente va leur répondre froidement « A l’étage ». Les policiers demandent ensuite au jeune couple s’il y a un problème, car cela fait quelques jours que leurs proches s’inquiètent de ne pas avoir de nouvelles. Lucas va leur répondre : « Pourquoi n’allez-vous pas vérifier à l’étage ? »

Les policiers s’exécutent. Ils entrent d’abord dans la chambre d’Elizabeth, et ils découvrent une scène d’horreur. Elizabeth Edwards gît sur son lit dans un bain de sang. La femme a été massacrée. Son meurtre a été tellement violent que du sang avait giclé sur les murs. Après cette horrible découverte, les policiers s’attendent au pire en entrant ensuite dans la chambre de Katie. Ils la découvrent morte dans son lit, recouverte de sang, dans le même état que sa mère.

Kim et Lucas sont alors arrêtés, et rapidement leurs profils se dessinent. Lucas Markham n’a jamais connu son père, et sa mère est décédée alors qu’il était petit. Il a principalement été élevé par sa tante et a toujours démontré un caractère agressif et colérique. Quant à Kim Edwards, elle a très peu de contact avec son père qui est accro aux drogues et qui est parti de la maison lorsqu’elle était petite. Elle avait également une relation tendue avec sa mère. Lorsque Kim avait six ans, sa mère l’avait violemment frappée à la mâchoire, et en réalisant ce qu’elle avait fait, Elizabeth avait prévenu les service sociaux. Par la suite, Kim et Katie avaient été placées en famille d’accueil durant plusieurs mois.

Cet événement avait traumatisé Kim, qui n’avait jamais pardonné à sa mère pour cela. Avec le temps, leur relation se dégradait de plus en plus. En revanche, Elizabeth et Katie s’entendaient à merveille et étaient très proches. Kim enviait la relation privilégiée entre sa mère et sa petite soeur, et cela avait créé une rivalité entre elles. Kim se sentait seule, mise à l’écart et incomprise. En revanche, leurs proches affirment qu’Elizabeth ne faisait pas de favoritisme entre ses filles. En 2015, Elizabeth avait demandé à son médecin généraliste une thérapie familiale.

Kim et Lucas habitaient la même rue et étaient scolarisés dans le même établissement. La jeune fille avait repéré Lucas après que celui-ci ait balancé une chaise à travers leur salle de classe lors d’une grosse colère. Cet acte violent avait fortement plu à Kim, et ils finirent par sortir ensemble. Leur relation était décrite comme fusionnelle. Tous deux détestaient leurs famille, l’école, leurs professeurs. De plus, ils subissaient du harcèlement à l’école et ils se sentaient à leur place que lorsqu’ils étaient ensemble. Elizabeth n’approuvait pas leur couple, elle pensait que Lucas avait une mauvaise influence sur Kim. Cela n’a fit qu’aggraver la relation entre la mère et la fille.

Après avoir découvert que Kim et Lucas avaient des relations sexuelles, Elizabeth avait interdit à l’adolescent de se rendre à nouveau chez elles. De plus, Elizabeth n’aimait pas les changements de comportement qu’elle voyait chez Kim depuis qu’elle avait rencontré Lucas. Les deux jeunes avaient décidé de se rebeller et un jour, ils avaient fugué ensemble jusque dans une forêt, où ils avaient emmené une tente avec d’autres affaires. Après plusieurs avis de recherche, les adolescents avaient pu être retrouvés au bout de cinq jours de fugue.

Lucas fini par être expulsé de son école et fut scolarisé dans un autre établissement. Kim et Lucas n’allaient donc plus en cours ensemble, mais cela n’a fait que les rapprocher davantage. Ils se sentaient seuls contre tous, et ils s’étaient promis que rien ne les séparerait. Puisqu’ils ne se voyaient plus à l’école, et que Lucas n’avait plus le droit d’aller chez elle, Kim avait alors commencé à s’incruster chez Lucas. Mais chaque fois qu’elle revenait chez elle, elle se rendait compte que ses effets personnels disparaissaient au fur et à mesure. Elle apprit alors que ses affaires étaient données à Katie. La relation entre les deux soeurs devenait de plus en plus tendue.

La situation chez elle était tellement insoutenable pour Kim qu’elle racontait tout ce qui se passait à Lucas. Un jour, alors qu’elle se plaignait pour la énième fois de sa mère et de sa soeur, Lucas lui avait dit calmement : « Nous devrions tuer ta mère. », ce à quoi Kim avait acquiescé. Par la suite, ils commencèrent à planifier leur crime, se disant que même s’ils se faisaient prendre cela ne changeait rien, car le monde était contre eux et qu’ils n’avaient plus rien à perdre.

Le lundi 11 avril 2016, vers minuit, Lucas arrive chez Kim, portant un sac à dos avec quatre couteaux de cuisine à l’intérieur. Il grimpe jusqu’à la fenêtre de la salle de bain et tape plusieurs fois, mais Kim ne l’entend pas car elle dort. Lucas s’en va. Il revient le lendemain soir, mais encore une fois Kim ne l’entend pas. Le mercredi 13 avril au soir, Kim lui ouvre enfin la fenêtre de la salle de bain et le fait entrer. Lucas prend un couteau, enlève ses chaussures, entre prudemment dans la chambre d’Elizabeth et se jette sur elle pour la tuer. Il lui assène deux coups de couteau dans la gorge, c’est alors qu’Elizabeth se réveille brusquement et tente de se défendre. Elle sera alors poignardée cinq fois dans les mains. Lucas va ensuite lui plaquer un coussin sur la tête, tandis qu’Elizabeth le griffe pour tenter de se libérer.

Kim racontera : « Elle luttait. Elle a tendu la main, alors je l’ai attrapée et je l’ai tenue. Quand j’ai réalisé que c’était sa main, j’ai immédiatement retiré la mienne. Je me suis assise à côté de la porte. J’étais sur le point de faire une crise de panique. Mes jambes tremblaient. Puis j’ai tourné en rond en me disant que tout allait bien se passer, que tout était bientôt terminé. Dix minutes plus tard, elle était morte. Elle s’était en quelque sorte relâchée et ne se débattait plus, mais elle émettait des sortes de gargouillements. Il me semble avoir demandé : « Est-ce qu’elle est morte ? » »

Elizabeth est bien morte. Le couple entre ensuite dans la chambre de Katie, où la jeune fille dort profondément. Lucas va également la poignarder deux fois à la gorge avant de l’étouffer avec un oreiller. Kim dira que les derniers mots de sa petite soeur étaient : « Je ne peux pas… » et que sa voix était méconnaissable. Après les meurtres, les adolescents se lavent, descendent le matelas de Kim dans le salon et ont des relations sexuelles tout en regardant les films Twilight. Kim et Lucas prévoient de se suicider le lendemain à 14h, et les policiers découvriront plus tard une lettre d’adieu écrite par Kim : « Je veux que nos cendres soient dispersées dans notre endroit à nous. De la part de Lucas et de Kim : on n’en a plus rien à foutre. » Mais ils ne passeront jamais à l’acte.

Interrogée sur les raisons de ces meurtres, Kim expliquera :  « Depuis toute petite, je ne me suis jamais entendue avec ma mère. Je savais qu’elle préférait ma sœur à moi. Elle affirmait que non, mais je sais qu’elle mentait. Elles parlaient souvent ensemble, et à chaque fois que je me disputais avec ma mère, Katie prenait son parti… Lucas déteste me voir contrariée. C’est pour ça qu’il n’aimait pas ma mère et ma sœur. Je me suis débarrassée de mon plus gros problème, celui qui me déprimait le plus, à savoir ma mère. Ça a été un soulagement. »

Face à leurs actes, Kim et Lucas se sont toujours montré détachés. Lucas dira que selon lui, il avait fait ce qu’il fallait. Lors du procès, Kim a voulu plaider non coupable car elle prétendait souffrir de troubles mentaux et de pressions psychologiques. Mais le psychiatre ayant évalué Kim lors d’une tentative de suicide en 2015 affirme qu’elle ne présentait aucun trouble mental, et le jury a ajouté qu’elle n’avait donc aucune excuse pour alléger sa peine. Le criminologue David Wilson a décrit les deux adolescents comme ayant un haut niveau de psychopathie. En novembre 2016, Kim et Lucas ont été condamnés à passer minimum 17 ans en prison.

Geraldine Largay : un corps retrouvé en forêt.

Geraldine était une ancienne infirmière de 66 ans qui avait prit sa retraite en 2011. Originaire du Tennessee, elle était décrite comme une femme dynamique, souriante et aimant beaucoup la randonnée.

Geraldine Largay

Comme beaucoup de randonneurs passionnés, Geraldine a pour objectif de traverser le sentier des Appalaches. Ce sentier long de 3510 kilomètres relie le mont Springer dans l’Etat de la Georgie jusqu’au mont Katahdin dans l’Etat du Maine. Le 23 avril 2013, Geraldine se lance à l’assaut des Appalaches, pour une durée de plusieurs mois, en compagnie de son amie Jane Lee. Son mari George Largay va également l’accompagner à sa manière, en la rejoignant en voiture à des points de ravitaillements pour s’assurer que tout va bien.

Le 30 juin, Jane cesse d’accompagner Geraldine à cause d’une urgence familiale. Après avoir parcouru 1000 kilomètres, le 23 juillet 2013, Geraldine quitte seule le sentier pour une pause pipi, prévoyant ensuite de rejoindre le prochain point de ravitaillement, à une trentaine de kilomètres. Elle n’y parviendra jamais.

Le lendemain, George s’inquiète car il n’a pas de nouvelle de sa femme. Il prévient immédiatement les secours, et plusieurs gardes forestiers, hélicoptères, policiers et équipes canines vont être déployés sur place. Malgré d’intenses recherches, Geraldine est introuvable. Il est d’autant plus compliqué de la trouver à cause des terrains forestiers difficiles où l’on peut se blesser facilement. De plus, de fortes pluies vont davantage compliquer la tâche des secours.

Jane racontera que Geraldine avait du mal à se repérer dans la forêt, se trompant de chemin plusieurs fois. Elle avait également peur du noir et pouvait être prise d’attaque de panique. Dévasté, George Largay va promettre la somme de 25 000$ à celui qui retrouvera sa femme. La nuit avant sa disparition, alors que Geraldine se trouvait à un refuge, une femme avec qui elle avait sympathisé la prend en photo. Ce sera la dernière photo de Geraldine.

En octobre 2015, soit deux ans plus tard, un garde forestier qui s’était enfoncé dans la forêt découvre un camp de fortune, où se trouve les restes d’une tente affaissée. A l’intérieur de la tente gît un squelette. Après une analyse ADN, il est confirmé que ce squelette est celui de Geraldine Largay. La tente de la randonneuse se trouvait à seulement 4 kilomètres du sentier, mais elle était difficile à apercevoir car elle se trouvait cachée sous les branches de grands arbres, dans un endroit où la forêt était assez dense.

Aux côtés du corps se trouvait des branches noircies, montrant que la femme avait tenté d’allumer un feu pour se réchauffer. Son téléphone portable et un journal de bord où elle relatait ses journées seront également retrouvés. A l’intérieur, elle y avait écrit qu’elle s’était perdue après avoir quitté son refuge le 23 juillet 2013, passant deux jours à errer dans les bois, envoyant des SMS à son mari, qui ne les recevra jamais à cause de l’absence de réseau. Dans ses textos elle écrivait ceci : « Je me suis perdue, peux-tu prévenir les secours ? Je suis quelque part au nord. » Puis : « Je suis perdue depuis hier. Je suis à 5 ou 6km du chemin. Appelle la police s’il te plaît. » Ses écrits laissent supposer qu’elle aurait survécu jusqu’au 18 août 2013.

Dans son journal, elle fera également une demande émouvante, datée du 6 août 2013 : « Quand vous trouverez mon corps, s’il vous plaît appelez mon mari George et ma fille Kerry. Ils seront heureux de savoir où je suis morte, peu importe dans combien d’années vous me trouverez. Puissiez-vous leur envoyer le contenu de mon sac.»

Les secours ont été déconcertés d’apprendre la localisation du camp de Geraldine, car ils s’étaient déjà approché du campement à moins de 100 mètres pendant les recherches. Ils ne l’avaient pas entendu, et même les chiens policiers ont été incapables de renifler son odeur. De plus, elle se trouvait à proximité d’un centre de formation de la marine américaine. Mais personne n’a rien vu.

« Une vingtaine de randonneurs disparaissent chaque année le long du sentier des Appalaches, mais la grande majorité sont retrouvés dans les 48 heures. Nous retrouvons toujours les gens qui se perdent. Toujours. » avait expliqué le lieutnant Kevin Adam, un an après la disparition de la sexagénaire.

Certains pensent que Geraldine a pu faire une mauvaise rencontre après s’être perdue, et que son corps avait été déplacé plusieurs fois. Mais aucune autre trace ADN ne fut trouvée sur les lieux, et les experts affirment que Geraldine aurait succombé aux éléments et serait morte de faim.

Sophie Lionnet : le supplice d’une jeune fille au pair.

Sophie est née le 7 janvier 1996 à Troyes, dans le département de l’Aube en France. Elle est décrite comme une jeune fille douce, serviable, aimant les animaux et passionnée par le cinéma. Elle possédait un CAP petite enfance, et prévoyait de devenir fille au pair en Angleterre afin d’améliorer son anglais et de s’occuper des enfants.

Sophie Lionnet

En 2015, Sophie fut engagée en tant que fille au pair par Sabrina Kouider, 35 ans, et son compagnon Ouissem Medouni, 40 ans, un couple franco-algériens résidant en Angleterre. Sabrina avait déjà un fils né de sa précédente union avec Mark Walton, le fondateur du groupe Boyzone, et un autre fils né d’un père parisien. Ouissem et Sabrina louaient une belle maison à Southfields, un district de la banlieue sud de Londres. Sabrina, qui se présentait comme styliste de mode, fit tout de suite bonne impression à Sophie, grâce à sa beauté et son attitude décontractée. Ni une ni deux, Sophie saute sur l’occasion et part s’installer avec le couple pour quelques mois.

Ouissem Medouni et Sabrina Kouider

« Je l’ai vue le 31 décembre 2015, juste avant son départ. Pour la première fois, elle rayonnait, heureuse de s’en aller. » raconte sa cousine.

« Je ne connaissais pas ces gens, je ne les avais jamais contactés et ma fille partait vivre chez eux !… C’était flou, comme projet. Je ne voulais pas qu’elle s’en aille comme ça. Le jour de son départ, j’étais un peu fâchée… » dira sa mère, Catherine.

Au début tout semble aller pour le mieux pour la jeune fille, en tout cas c’est ce qu’elle raconte à ses proches. Mais en réalité, Sophie s’est vite rendu compte que ses patrons l’exploitent. Ils ne la payaient que 56 euros par mois, il y avait chaque jour une ambiance glaciale car Sabrina et Ouissem se disputaient fréquemment, et Sabrina passait sa mauvaise humeur sur Sophie. Petit à petit, Sabrina a commencé à accuser la jeune fille de lui voler des bijoux, et d’avoir eu des relations sexuelles avec son ex Mark Walton. Mais bien évidemment, Sophie et Mark Walton ne s’étaient jamais rencontrés, et de plus, l’homme résidait à Los Angeles.

Ces épisodes psychotiques où Sabrina accusait Sophie des pires choses étaient devenus monnaie courante. Elle pensait également que Sophie avait été envoyée par Mark Walton pour l’espionner, et chaque jour, Sabrina devenait de plus en plus agressive envers la jeune fille. Sabrina avait également posé des caméras dans la maison pour la surveiller, et elle lui avait même volé son passeport et la menaçait de la séquestrer si Sophie n’avouait pas les méfaits dont elle était injustement accusée. De plus, le couple avait commencé à affamer leur fille au pair, qui devenait de plus en plus maigre et faible, allant jusqu’à perdre 20kg.

Afin de faire chanter son ex Mark Walton sur sa supposée relation avec Sophie, Sabrina a commencé à enregistrer les interrogatoires qu’elle faisait subir à la jeune fille, des interrogatoires qui duraient parfois 12 heures par jour, et auxquels Ouissem participait parfois. Dans ces enregistrements audio et vidéo, on peut y voir Sophie terrorisée, amaigrie, tandis que Sabrina lui hurle dessus : « Tu ne retourneras pas en France avant de m’avoir dit la vérité ! » ou encore « Je prie Dieu pour qu’il m’empêche de te toucher et de me salir les mains ! » « Je vais te gâcher la vie comme tu as gâché la mienne !» « Pourquoi m’as-tu fait du café ce matin-là ? Tu l’avais drogué ? »

Environ six mois après son arrivée en Angleterre, Sophie écrit à sa mère Catherine : « Venir ici ne m’a rien apporté de plus qu’un tout petit peu d’expérience. J’aurais dû t’écouter et non mon cœur. Je suis une idiote… » « Je vais rentrer à la maison, mais je n’ai pas encore reçu de réponse. Je travaille beaucoup et le soir je suis épuisée. (…) Elle dit qu’elle n’en a rien à faire de ma famille et m’accuse d’avoir volé un pendentif avec un diamant dessus, mais je n’ai rien à voir avec ça. Je ne comprends rien à ces histoires, pourquoi j’y suis impliquée.»

En novembre 2016, elle demande à sa mère de l’argent afin de réserver un billet pour rentrer en France. Elle ajoute : « Ils m’ont dit que je pouvais rentrer en novembre, mais le mois touche à sa fin et je ne vois rien venir. Désolée de te déranger avec ça. » Plus tard, Sophie dira à sa mère que Sabrina lui demandait un préavis d’un ou deux mois avant de partir car la mère de famille n’avait pas d’argent pour la payer. Sa mère lui demande de rentrer pour les vacances de Noël, mais Sophie va multiplier les excuses : « Je dois rester aider Sabrina, elle travaille trop je ne peux pas la laisser, elle n’a personne pour me remplacer. » Mais en réalité, c’est Sabrina qui oblige Sophie à trouver des excuses à ses parents, car elle ne veut pas la laisser partir.

Sabrina va commencer à arrêter de donner de l’argent à Sophie et va aller jusqu’à lui confisquer son téléphone portable. Sophie va alors commencer à utiliser l’ordinateur d’une bibliothèque pour contacter ses parents. En février 2017, elle leur écrit : « Je ne peux rien lui dire pour le moment, mais je vais lui parler. (…) Quand elle n’est pas d’humeur, elle me dit que je peux prendre mes affaires et après elle me dit qu’elle est désolée de me parler si mal, qu’elle travaille beaucoup et qu’elle veut m’engager comme modèle pour faire des photos. »

Pendant l’été 2017, Sabrina va appeler Catherine, la mère de Sophie, pour se plaindre de sa fille, lui disant que Sophie traînait avec des hommes plus âgés, qu’elle était paresseuse, et qu’elle avait même agresser ses enfants. Lorsque Sabrina va passer le téléphone à Sophie pour parler à sa mère, la jeune fille est en larmes, mais elle ne dira rien. Catherine va insister pour que Sabrina lui renvoie sa fille en France, mais Sabrina dira qu’elle n’a pas d’argent pour lui payer son billet. En août 2017, Catherine envoie de l’argent à sa fille pour payer son billet d’avion, mais Sabrina appellera à nouveau la mère de Sophie pour lui dire qu’elle décalait son retour en France.

 « On s’est dit que si ça continuait, on s’organiserait pour aller à Londres. Financièrement, c’était dur pour nous. J’avais été licenciée après un long arrêt maladie, seul mon compagnon travaillait. Il n’y avait personne pour garder mon petit garçon. C’était compliqué. Jamais on n’aurait pu imaginer ce qu’il se passait. Je faisais confiance à Sabrina. » raconte Catherine.

Sabrina et Ouissem vont commencer à être violents physiquement et vont battre la jeune fille à la moindre occasion, en plus de continuer leurs interrogatoires musclés où Sophie était insultée et malmenée. Le 18 septembre 2017, après des mois de torture, Sophie craque et avoue ces crimes imaginaires, espérant avoir la paix. Mais le couple va alors l’emmener dans la salle de bain, et la noyer dans la baignoire.

Le 20 septembre 2017, un voisin appelle les policiers car une épaisse fumée se dégage depuis plusieurs heures du jardin de Sabrina Kouider et Ouissem Medouni. Quand les policiers sont arrivés, ils ont vu que Ouissem avait fait un barbecue avec du poulet, mais la fumée noire qui s’en dégageait était tellement épaisse que les policiers ont tout de suite penser que c’était anormal. Et parmi les cendres, ils ont pu découvrir un nez et une main. Très calme, Ouissem dira qu’il avait simplement fait brûler un mouton, ce qui expliquait l’épaisse fumée. Lorsque Sabrina se fera interrogée ce même soir, elle dira qu’elle ne sait pas où se trouve sa fille au pair, et qu’elle est sans doute partie avec Mark Walton.

Ouissem Medouni et Sabrina Kouider seront rapidement mis en examen pour meurtre et placés en détention. Ils vont reconnaître avoir voulu faire disparaître le corps de Sophie mais nient l’avoir tuée. Le cadavre de Sophie, qui avait été mit dans une valise avant d’être brûlé, avait été calciné au point qu’il fut difficile de détermine le sexe. L’autopsie révélera quatre côtes cassées, des hématomes aux bras, au dos, à la poitrine, ainsi que des fractures au sternum et à la mâchoire.

Lors de leur procès le 19 mars 2018, Sabrina et Ouissem nient les accusations et plaident non coupable. Sabrina dira même : « Elle était très, très heureuse. Elle ne voulait pas aller dans sa famille». Comme quoi elle aurait empêché Sophie de se rendre chez sa famille à Noël 2016, elle répond : «Elle ne l’a pas demandé parce que nous avions des moments formidables. Elle s’amusait. (…) Je pense que c’est le meilleur Noël que nous ayons jamais eu». Sabrina Kouider ajoute que Sophie aurait pu partir quand elle le voulait, qu’elle était toujours payée et qu’elle avait même eu droit à des extras.

Puis, elle va commencer à blâmer la jeune fille : « Sophie me rendait folle! Elle agissait de manière malfaisante (…) elle jouait la victime ! (…) C’était moi la prisonnière (…) pendant que Sophie se baladait avec Mark Walton !» « Je n’ai pas tué Sophie ! Je traitais bien Sophie, je la respectais ! » plaide-t-elle devant le juge. Au cours de leur procès, Sabrina et Ouissem vont ensuite rejeter la faute l’un sur l’autre : « Sabrina m’a réveillé, probablement vers 01h30. Elle disait que Sophie ne respirait pas », raconte Ouissem au tribunal. Il affirme avoir tenté de réanimer en vain la jeune fille, puis avoir enveloppé Sophie dans un draps blanc et l’avoir mise à l’intérieur d’une valise pour ne pas que les enfants la voient. Lorsqu’on lui demande pourquoi il n’a pas prévenu les secours, il répond que c’était à nouveau pour protéger les enfants. Ouissem ajoute que c’est Sabrina qui aurait insisté pour brûler le corps de Sophie.

Ouissem accuse alors sa compagne devant le tribunal : « C’est toi qui l’as fait ! Tu as mis sa tête dans l’eau !» . En ce qui concerne les interrogatoires auxquels il participait, il répond qu’il pensait que Sophie menaçait la sécurité de leur famille et qu’il voulait connaître la vérité : « J’avais à l’esprit l’histoire selon laquelle Sophie emmenait (un des garçons) auprès d’un pédophile.» « Parfois les mots que j’ai utilisés étaient horribles et je le regrette.»

« Les souffrances et la torture que vous lui avez infligées avant sa mort étaient prolongées et sans pitié » leur déclare le juge Nicholas Hilliard. « Je suis certain (…) que vous avez tous les deux torturé Sophie dans la baignoire (…) en la menaçant de la noyer si elle ne vous fournissait pas les informations que vous souhaitiez et qu’elle ne pouvait fournir parce qu’elles n’existent pas. »

Mark Walton, l’ex compagnon de Sabrina, va venir exprès à Londres pour témoigner contre elle au procès : « C’est une femme très intelligente, calculatrice, manipulatrice, capable, en l’espace de quelques secondes, de devenir assez effrayante. » « Elle parlait avec un doux accent français et tout d’un coup elle changeait de ton, s’énervait, parlait très fort et ne se souciait pas de l’endroit où nous étions. » Il a ensuite expliqué qu’à l’époque où il était en couple avec Sabrina, elle avait déjà renvoyé plusieurs nounous car elle les soupçonnait de le draguer, de voler ou de maltraiter leur fils. Elle avait également appelé la police plusieurs fois car elle avait vu les photos d’une autre femme sur le téléphone de Mark.

Et alors qu’elle était enceinte de lui, Sabrina avait disparu avant de le recontacter plus tard pour lui dire qu’elle avait perdu le bébé, et qu’elle se trouvait chez de la famille à Paris. En réalité, elle avait accouché seule aux Etats-Unis, et Mark ne su que plus tard qu’il avait un enfant qu’il croyait perdu. Lorsqu’il avait cessé de lui verser une pension après leur séparation en 2013, Sabrina l’avait accusé de pédophilie et de maltraitance, avant d’afficher ces diffamations sur les réseaux sociaux dans le but de le discréditer. Mark a également démenti avoir été en contact avec Sophie Lionnet.

Le père du second enfant de Sabrina, un certain Anthony François, va également être entendu : « Elle pouvait être adorable comme elle pouvait être détestable. Elle criait souvent et devenait agressive. Son attitude était incompréhensible.»

L’avocat de Sabrina a tenté de plaidé la maladie mentale de sa cliente, car la jeune femme souffrirait de troubles délirants. Pour Ouissem, son avocat le décrit comme un homme mentalement faible, ayant été endoctriné par sa compagne.

Le 24 mai 2018, Sabrina et Ouissem sont reconnus coupables du meurtre de Sophie, et le 26 juin suivant ils sont condamnés à la prison à vie avec une peine de sûreté de trente ans. Un an plus tard, en mai 2019, le couple a fait appel pour revoir leur peine, mais cette demande a été rejetée, et leur condamnation est donc maintenue.

Même si la famille de Sophie est satisfaite du verdict, cela ne change rien à leur douleur : « Tous les matins je viens ouvrir les volets de sa chambre » dit sa mère. « J’ai donné son lit à une association il n’y a pas longtemps. Peut-être qu’un jour, je mettrai autre chose, dans cette pièce. Mais pour l’instant, il reste les posters. Les souvenirs. Le papier peint. C’est elle qui l’avait choisi. Et il restera, ce papier.»  » « On ne peut pas oublier ça, vous savez. »

A sa mort, Sophie avait 21 ans. Elle a été inhumée le 8 juin 2018 et repose dans une sépulture familiale au cimetière de Sens.

Bianca Devins : un meurtre qui a choqué internet.

Bianca est née le 2 octobre 2001. Originaire d’Utica dans l’Etat de New York, elle était considérée comme une E-Girl sur Instagram à cause de son style assez particulier. Elle était récemment diplômée du lycée et prévoyait d’étudier la psychologie.

Bianca Devins
Brandon Clark

En 2019, alors qu’elle est âgée de 17 ans, Bianca rencontre Brandon Clark, 21 ans. On ne connait pas réellement la nature de leur relation, certains proches disent qu’ils avaient eu une brève liaison, d’autres disent qu’ils ne sont jamais sorti ensemble.

Le 13 juillet 2019, Bianca devait se rendre à un concert de la chanteuse Nicole Dollanganger. N’ayant pas de voiture, elle avait d’abord demandé à Brandon s’il pouvait l’emmener et assister au concert avec elle, avant de finalement changer d’avis et partir avec un ami. Brandon va les rejoindre aux alentours de minuit, et au cours de la soirée il va reprocher à Bianca de flirter avec ce garçon.

A la fin du concert, Brandon propose à Bianca de la ramener chez elle. Mais au lieu de rentrer, les deux jeunes vont s’installer dans la voiture de Brandon garée dans une impasse, et y rester environ deux heures.

Dans la nuit du 14 juillet, un utilisateur de Discord appelle 911 pour signaler les photos du cadavre d’une jeune fille qui circulent sur la plateforme. Peu après, plusieurs autres personnes vont passer des appels au 911 pour signaler les mêmes photos qui seraient mises en ligne sur Instagram. Puis c’est au tour de Brandon de contacter le 911, où il dit avoir tué Bianca. L’appel est tracé jusqu’à l’impasse où ils s’étaient arrêtés.

Lorsque les policiers arrivent sur les lieux, ils surprennent Brandon en train de se prendre en photo devant le cadavre de Bianca, dont la gorge a été tranchée. Puis lorsqu’il voit les policiers, le jeune homme tente de se suicider en plantant un couteau dans le cou. Gravement blessé, il est hospitalisé puis inculpé pour meurtre au second degré.

Une amie de Bianca confiera que celle-ci lui avait envoyé des messages durant cette soirée, et dans l’un d’eux elle écrit que Brandon était très en colère de la voir flirter avec cet ami au concert. Sur son compte Instagram, Brandon avait publié des photos du cadavre de Bianca en écrivant en légende : « Désolé les connards, mais vous allez devoir trouver quelqu’un d’autre à qui tourner autour. » Ensuite, toujours sur Instagram, Brandon poste une vidéo où il se filme en train de conduire de nuit, accompagné du message :« L’enfer arrive, c’est la rédemption, non ?»

Suite à cela, le compte Instagram de Bianca qui cumulait 400 abonnés va voir son chiffre exploser et atteindre les 100 000 abonnés. Sur le site 4chan, certains Incels se sont réjouis de la mort de la jeune fille, reprochant à Bianca d’avoir refusé les avances de Brandon, avant de partager les photos de son cadavre. Les Incels sont un groupe auto-nommé constitué principalement d’hommes nourrissant une haine féroce envers les femmes, qui, selon eux, seraient responsables de tous leurs malheurs, dont leur célibat.

Alors que les photos du corps de Bianca étaient partagées sur internet, des internautes plus bienveillants ont diffusé massivement le hashtag #RIPBianca accompagné de photos mignonnes, afin de « noyer » les images du cadavre.

En février 2020, Brandon a plaidé coupable pour le meurtre de Bianca, et s’est ensuite excusé :« Bianca ne méritait pas ce qui lui ai arrivé. Je m’excuse auprès de toutes les personnes qui la connaissaient et l’aimaient. Je m’excuse auprès de tous ceux qui sont touchés par cela, tous ceux qui ont dû voir cette horrible photo d’elle. Je sais que les excuses ne suffisent pas et que cela ne reprendra pas ce que j’ai fait. »

Le 5 août 2020, Brandon a comparé devant le tribunal du comté d’Oneida, et a déclaré vouloir retirer son plaidoyer de culpabilité. La défense a jusqu’au 22 septembre pour répondre à sa demande et une date d’audience est prévue pour le 30 septembre 2020.

L’affaire Chris Watts : la folie d’un père.

Shanann Rzucek, née le 10 janvier 1984, et Christopher Watts, né le 16 mai 1985, se sont rencontrés en 2010. Tous deux étaient originaires de Caroline du Nord, aux Etats-Unis.

Shanann et Chris au début de leur relation

A cette époque, Shanann venait de divorcer de son premier mari et devait gérer une santé fragile, entre son lupus et son diabète… C’était une période difficile pour elle et elle n’avait pas la tête à commencer une relation amoureuse. En 2010, une amie lui envoya une suggestion d’ami sur faceboook, un certain Christopher Lee Watts, qu’elle lui conseillait en lui disant qu’il était un homme gentil et qu’ils devraient tenter quelque chose ensemble. Shanann accepta la demande d’ami de Chris en se disant que cela n’engageait à rien. Cela a fini par devenir un coup de foudre.

Chris et Shanann se sont mariés en 2012 dans le comté de Mecklembourg. Ils déménagèrent ensuite à Frederick, dans le Colorado, où ils achetèrent une grande maison. A cause de sa maladie, Shanann rencontra quelques difficultés pour tomber enceinte, mais cela ne l’a pas empêcher de donner naissance à deux filles, Bella, née le 17 décembre 2013, et Céleste, née le 17 juillet 2015.

Chris et Shanann à leur mariage
Shanann, Chris et Bella
Chris, Shanann et leurs filles (Céleste à gauche, Bella à droite)

Shanann était décrite comme étant une personne joyeuse, sociable, et drôle. Ses proches disaient qu’elle avait une personnalité attirante, elle avait beaucoup d’amis et se montrait aimable avec tout le monde. Selon son frère cadet, Franckie, Shanann a toujours été très indépendante et maternelle, il savait qu’elle serait une mère incroyable. Elle était également décrite comme étant une mère-poule, à tel point que ça en devenait presque maladif.

Quant à Chris, il était vu comme quelqu’un de gentil, mais il était aussi plus calme et introverti. Shanann captait toute l’attention tandis que Chris était plus en retrait. Un ancien colocataire d’université de Chris, le décrit comme cela : « Chris était silencieux. Il était assez réservé. Mais pas comme… pas d’une manière négative. Il était plus du genre de gars avec qui tu deviens ami… par hasard… comme par hasard. Nous étions évidemment amis parce que nous étions en cours ensemble, et c’est ainsi que nous avons fini par nous rencontrer. Il sortait très rarement avec nous, alors peut-être que ça y avait contribué. Il voulait obtenir de bonnes notes. Il voulait bien faire. Alors il ne faisait jamais rien pour compromettre cela comme faire la fête ou boire.»

Malheureusement, après plusieurs visites chez le médecin, Bella et Céleste ont été diagnostiquées avec quelques problèmes de santé. Shanann dû également se faire opérer à cause de sa maladie chronique. De ce fait, les factures commencèrent à s’accumuler et en 2015 le couple déclare faillite.

Chris était employé chez Anadarko Petroleum et Shannan était une représentante indépendante de la société Le-Vel. Pour son travail, Shanann était très active sur les réseaux sociaux, elle devait souvent partager et vendre les produits de la société, appelé Thrive. Mais elle partageait également beaucoup de son quotidien sur Facebook, des photos d’elle, de son couple, avec ses enfants, ses amis, des anecdotes… Malgré leur faillite, le métier de Shanann leur permettait de voyager à travers les Etats-Unis, d’être invités à des événements, et la compagnie avait même offert une Lexus à Shanann.

Shanann était très proche de sa famille restée en Caroline du Nord, elle organisait souvent des appels vidéo avec son père Frank, sa mère Sandra et son frère Franckie. Et malgré certains problèmes d’argent et de santé, la famille Watts était vu comme une famille parfaite, particulièrement sur les réseaux sociaux où ils s’affichaient souriants et complices. En revanche, les relations n’étaient pas au beau fixe entre Shanann et ses beaux-parents, Ronnie et Cindy Watts. Ils reprochaient à Shanann de ne pas être assez bien pour leur fils, et Shanann leur reprochait de faire du favoritisme envers leurs petits-enfants.

Le 11 juin 2018, Shanann lance un live sur Facebook où elle annonce à Chris qu’elle est enceinte de leur troisième enfant. Le live suscite un certain malaise, car la réaction de Chris est jugée douteuse. En effet, on a l’impression que Chris a l’air pris de court, il ne sait pas comment réagir. Plus tard, ils apprennent que Shanann attend un garçon et ils prévoient de l’appeler Nico. Le terme est aux alentours du 31 janvier 2019.

En réalité, depuis quelques temps la relation se détériore au sein du couple. Shanann sauve les apparences sur les réseaux sociaux, mais en réalité elle est dépassée par la situation. Elle tente de sauver son mariage du mieux qu’elle peut, en se montrant attentionnée, en proposant même à Chris une thérapie de couple, chose qu’il accepte. Mais on n’est pas sûrs que la thérapie ait réellement eu lieu. Shanann lui achète également un livre qui propose des solutions pour solidifier son couple. Ce même livre sera retrouvé à la poubelle quelques semaines plus tard.

Le 27 juin 2018, Shanann et ses filles s’envolent pour la Caroline du Nord afin de passer un mois dans la famille de Shanann. Chris doit rester dans le Colorado pour le travail mais avait prévu de les rejoindre lors de leur dernière semaine en Caroline du Nord. C’est à cette période que Shanann va se rendre compte que Chris commence vraiment à s’éloigner d’elle. Elle questionne Chris sur ce problème, mais Chris se montre vague et met parfois des journées entières à répondre à un simple message, chose qu’il ne faisait pas d’habitude.

Le 9 juillet, Chris supprime son compte Facebook sans raison apparente. Le même jour, il envoie une photo assez troublante à sa femme : une poupée allongée sur le canapé et recouverte d’un drap blanc. Le 10 juillet, Shanann eut une énième conversation par message avec Chris. Elle lui dit qu’il semble ne plus vouloir lui parler, qu’elle essai de discuter mais qu’il faut toujours lui tirer les vers du nez. Chris répond qu’il va bien, mais qu’il a en ce moment beaucoup de responsabilités au travail qui le fatiguent, d’où le fait qu’il soit froid ces derniers jours, et qu’il l’aime. Shanann répond qu’il lui manque, et qu’il semble plus intéressé par la course à pied ces derniers temps. Il explique que la course à pied l’aide à s’aérer l’esprit, ce à quoi Shanann répond qu’elle aimerait que son mari lui parle et se montre attentionné comme avant.

Le 24 juillet, Shanann lui écrit : « J’ai réalisé pendant ce voyage ce qui manquait dans notre relation! Ce ne sont que des émotions et des sentiments à sens unique. Je ne peux pas revenir comme ça. J’ai besoin que tu me rencontres à mi-chemin. J’essaie de te donner de l’espace, mais pendant que tu travailles et vis une vie de célibataire, je porte notre troisième enfant et je me bats tous les jours avec nos deux enfants, j’essaie de travailler et de gagner de l’argent. Ce n’est pas difficile de me dire que tu m’aimes ou que je te manque. Si tu ne le penses pas, je comprends, mais nous devons parler. J’ai continué à regarder mon téléphone toute la nuit et aucune réponse de ta part. Sérieusement ! Nous n’avons pas commencé à sortir ensemble hier! Nous sommes ensemble depuis 8 ans et avons 2 enfants ensemble, bientôt un troisième »

Le 30 juillet, Chris rejoins Shanann en Caroline du Nord, et les retrouvailles sont glaciales. Le 4 août, Shanann envoie un long message à Chris où elle lui reproche de ne pas l’avoir défendue après une querelle avec ses beaux-parents. En effet, Cindy Watts avait récemment exposé Céleste à des noix, or la petite fille y est allergique, ce qui peut être dangereux. Cindy était au courant des allergies de Céleste, et Shanann ne comprenait pas pourquoi sa belle-mère avait fait courir ce risque à sa fille. De plus, les parents de Chris n’avaient pas voulu assister à l’anniversaire de Céleste, le 17 juillet. Cela a provoqué une grosse embrouille dans la famille, et les relations entre Shanann et ses beaux-parents se sont encore plus dégradées.

Le 7 août, Shanann a une discussion avec une amie. Elle explique que Chris lui aurait confié être terrifié à l’idée d’accueillir un troisième bébé, et qu’il était heureux avec juste Bella et Céleste. Elle dit à quel point elle est malheureuse, que Chris a totalement changé de comportement et qu’elle ne le reconnait plus. Deux jours plus tard, elle confie à une autre amie que lors de son échographie, elle avait prit la main de Chris dans la sienne mais qu’il avait ignoré son geste, et qu’elle avait même décidé d’annuler la fête qu’ils avaient prévu pour révéler le sexe du bébé.

Avant de partir en voyage d’affaire en Arizona, Shanann décide d’écrire une lettre à Chris, où elle se confie sur ses états d’âme. Elle dit qu’elle ne le comprend plus, qu’il lui manque, qu’elle tente d’arranger les choses mais qu’elle ne peut pas y arriver seule. Elle y ajoute qu’elle est prête à faire des efforts avec la famille de Chris malgré leurs conflits. Shanann laisse la lettre sur le bureau de son mari et s’envole pour l’Arizona. Le 13 août 2018, à 1h48 du matin, Shanann rentre de son voyage d’affaire. Elle est déposée chez elle par son amie et collègue de travail Nickole Atkinson. Shanann est filmée par une caméra de surveillance postée à l’entrée de sa maison, où on la voit passer la porte avec sa valise.

Shanann et Nickole Atkinson

Le matin de cette même journée, Nickole s’inquiète. En effet, Shanann ne s’est pas présentée à son travail, et ne donne aucune nouvelle. De plus, elle ne répond pas à son téléphone ni à ses messages sur les réseaux, chose qui ne lui ressemble absolument pas. Dans la matinée, Shanann avait également un rendez-vous chez le gynécologue. Nickole le contacte, mais le gynécologue lui révèle que Shanann ne s’est pas présentée à son rendez-vous. C’en est trop pour Nickole qui arrive chez les Watts aux alentours de midi.

Elle sonne plusieurs fois à la porte, mais pas de réponse. Elle fait le tour de la maison pour regarder aux fenêtres, mais il n’y a aucun signe de vie. Pourtant, la voiture de Shanann se trouve bien dans le garage, avec les sièges auto de ses filles à l’intérieur. Nickole envoie des messages à Chris pour le prévenir de la situation, il lui explique que Shanann est partie avec leurs filles rendre visite à un ami. Nickole rétorque que Shanann n’a pas pu se déplacer, car sa voiture est restée dans le garage. Mais Chris semble évasif. N’y tenant plus, Nickole appelle le 911.

Un agent de police arrive vers 13h10, et Chris rentre du travail peu après. Il autorise la police à fouiller la maison, mais on ne trouve aucune trace de Shanann et des filles. On découvre alors que Shanann a laissé son sac à main avec son téléphone, ses médicaments, et ses clés. Sa bague de mariage sera également retrouvée dans la chambre parentale. On remarque que les couvertures de Bella et Céleste ont disparues, ainsi que les draps du lit conjugal. Chris confie au policier qu’il y avait quelques tensions dans son couple, qu’ils étaient en instance de divorce et qu’il cherchait un appartement de son côté.

Le voisin des Watts, nommé Nate, a une caméra de surveillance à l’entrée de sa maison qui filme également une partie de l’allée des Watts. Il propose à Chris et au policier de visionner ce qui a été filmé dans la matinée du 13 août. Sur les images, le 13 août aux alentours de 5h du matin, nous voyons Chris en train de charger son pick-up et faire plusieurs aller-retour entre le garage et son véhicule, durant 50 minutes. L’angle de la caméra, gêné par un arbre, ne permet pas de voir exactement ce que fait Chris, ni ce qu’il dépose dans son pick-up. Mais tandis qu’ils visionnent les images, la caméra de corps du policier filme Chris en train d’avoir une réaction assez étrange. Il passe ses mains derrière la tête, se balance d’un pied sur l’autre et semble stressé.

La réaction de Chris en se voyant sur les images de vidéosurveillance

Lorsque Chris s’en va, Nate confie au policier avoir entendu le couple se disputer très fortement, à tel point qu’il entendait leurs cris depuis sa maison. Il dit avoir été surpris d’entendre Chris crier ainsi sur sa femme, car il était d’habitude très calme et silencieux.

Le lendemain, Chris donne une interview pour la chaîne KMGH-TV et KUSA-TV où il plaide pour le retour de sa famille. Le 15 août, il est arrêté et interrogé plusieurs heures. Il sera également soumis au test du polygraphe, et trois questions lui seront ainsi posées : Avez-vous physiquement participer à la disparition de Shanann ? (il répond que non), Mentez-vous à propos de la dernière fois où vous avez vu Shanann ? (il répond toujours non), Savez-vous où est Shanann actuellement ? (il répond encore non). Chris va finalement échouer au test du polygraphe, ce qui va conforter les enquêteurs à le considérer davantage comme le principal suspect.

Chris passe le test du polygraphe

Au bout de longues heures d’interrogatoire, Chris demande à ce qu’on lui emmène son père pour se confesser. Lorsque Ronnie Watts se retrouve avec lui dans la pièce, Chris s’effondre et lui dit que Shanann, Bella et Céleste sont mortes. Il explique que lorsque Shanann est rentrée de son voyage d’affaire, ils se seraient disputé et Chris lui aurait avoué vouloir se séparer. Dans une crise de rage, Shanann aurait étranglé leurs filles, et en voyant ça Chris aurait étrangler Shanann à son tour. Après cela, il aurait transporté leurs corps vers un site de stockage de pétrole de la société où il travaille.

Lorsque les enquêteurs se rendent sur le site, ils trouvent les corps de Bella et Céleste dans des gros réservoirs d’huile, et Shanann est enterrée dans une tombe peu profonde à proximité. L’autopsie confirme bien que la mère et ses filles sont mortes par asphyxie.

Le lieu où les corps furent trouvés

Suite à une analyse du téléphone de Chris, une nouvelle personne va bouleverser l’affaire. Elle s’appelle Nichol Kessinger, et elle est la maîtresse de Chris. Tous deux travaillent dans la même entreprise et ils auraient commencé leur liaison en juin 2018. La jeune femme est interrogée par la police. Elle affirme que peu avant la fête des pères, Chris lui aurait avoué qu’il était marié et avait deux enfants, mais qu’il était sur le point de se séparer. En revanche, il ne lui aurait pas dit que Shannan était enceinte de leur troisième enfant. La relation entre les deux devient vite fusionnelle et c’est à partir de là que Chris se met en tête de changer sa vie.

Le 4 juillet, toujours selon ses dires, Chris aurait invité Nichol Kessinger chez lui, ils auraient mangé ensemble et ensuite elle serait partie. Mais Chris dira une toute autre version bien plus tard, comme quoi le matin du 4 juillet il s’était réveillé chez Nichol avec plusieurs appels manqués de Shanann. Il aurait expliqué à Nichol qu’il devait rentrer chez lui, et la jeune femme se serait fâchée. Le 14 juillet, Chris et Nichol se sont rendu à un musée de l’automobile, et cette journée là Shanann tente de joindre Chris par téléphone à plus de quatre reprises. On comprend alors que si Chris répondait si peu aux appels et messages de sa femme, c’est parce qu’il passait du bon temps avec Kessinger.

Chris et Nichol Kessinger

Nichol enverra également des photos d’elle en petite tenue à Chris, photos qu’il cache dans une application secrète et qui seront retrouvées par les enquêteurs. Le 28 juillet, Chris et Nichol visitent le parc national de Great Sand Dunes, et ils restent camper là-bas. Ils vont prendre plusieurs photos qui seront publiées sur le compte Instagram de Nichol. Le 30 juillet, Chris envoie une lettre d’amour à Nichol avant de partir rejoindre sa famille en Caroline du Nord. Après une analyse de ses données de téléphone, on découvre que début août Nichol a cherché sur internet des robes de mariée pendant près de deux heures. Dans son historique de recherches, les enquêteurs découvrent également qu’elle aurait cherché sur Google : « L’homme avec qui j’ai une liaison veut quitter sa femme», et « Combien avait gagné Amber Frey avec son livre» ( ndlr : la maîtresse de Scott Peterson, voir article ici).

Dans ses messages, elle expliquait à une amie qu’elle voulait un homme non marié et sans enfants, on découvre aussi d’autres messages où elle semblait narguer Chris en lui disant que des hommes avaient des vues sur elle, comme pour lui faire peur et ainsi accélérer sa séparation avec Shanann. Malgré ces découvertes douteuses, il n’y avait pas de réelles preuves contre Nichol pour l’accuser de complicité de meurtre. Elle fut néanmoins licenciée d’Anadarko Petroleum et l’Etat lui fournit une nouvelle identité.

Le 11 août, alors que Shanann est en Arizona pour son voyage d’affaire, Chris engage une baby-sitter en prétextant qu’il va voir un match. Mais en réalité, il emmène Nichol dans un bar sportif, où il paiera le repas avec une carte conjointe. Plus tard, lorsque Shanann découvrira la facture, elle trouvera suspect qu’il paye aussi cher un repas pour lui seul. La même journée, Nichol effectue des recherches sur internet où elle tape les noms de Chris Watts, Shanann Watts et également Ronnie Watts, le père de Chris.

Lors de son interrogatoire, Nichol assure aux policiers qu’elle ne pensait pas que Chris pouvait commettre de tels actes. Elle dit qu’elle le poussait à régler ses problèmes de couple et qu’elle ne voulait rien de sérieux avec lui, chose que les enquêteurs trouvent étrange pour une femme ayant cherché des robes de mariée pendant des heures. Chris avouera plus tard qu’en réalité lui et Shanann n’avaient pas eu de conversation à propos d’un divorce contrairement à ce qu’il prétendait à Nichol, ce qui veut dire qu’il lui mentait également.

Néanmoins, il est évident que Chris était très amoureux de Nichol, à tel point qu’il était prêt à commettre l’irréparable pour recommencer sa vie avec elle. Nichol Kessinger dira que c’est lorsque les autorités ont parlé de la disparition de Shanann et ses filles à la télé qu’elle a découvert que Shanann était enceinte.

Le 21 août 2018, Chris Watts est inculpé de cinq chefs d’accusation de meurtre au premier degré et trois chefs d’accusation pour falsification d’un corps humain décédé. Chris plaide coupable le 6 novembre 2018. A la demande de la famille de Shanann, qui ne souhaitait pas d’autres morts dans cette histoire, la peine de mort ne fut pas prononcée. Le 19 novembre 2018, Chris Watts est condamné à cinq condamnation à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle. Une peine de 48 ans de plus est appliquée pour une interruption illégale de grossesse, ainsi que 38 ans de plus pour trois accusations de falsification de corps.

Lorsqu’il est de nouveau interrogé en prison en février 2019, Chris fait de nouvelles confidences. Il déclare avoir bien tué Shanann mais qu’il a également tué ses propres filles, en raison d’une colère qu’il nourrissait depuis des années envers Shanann. Il voulait prendre un nouveau départ avec Nichol Kessinger, et il ne voulait pas d’un troisième enfant avec Shanann. Il se sentait étouffé par ses responsabilités en tant que mari et père, et les gros problèmes financiers du couple n’arrangeaient pas les choses. Il avoue également ce qu’il s’est réellement passé le jour des meurtres, et les détails sont assez difficiles à entendre.

Lorsque Shanann est arrivée à la maison dans la nuit du 13 août, ils auraient eu des relations sexuelles et juste après ils se seraient disputer, Shanann accusant Chris de la tromper. Chris lui avoue donc avoir une liaison. Shanann lui aurait alors demander le divorce en le menaçant qu’il ne verrait plus ses enfants. A partir de ce moment là, Chris aurait commencé à l’étrangler. Selon lui, Shanann ne se serait pas défendue, mais elle aurait commencé à prier.

Alors que sa femme a cessé de respirer, Bella, réveillée par leur dispute, entre dans la chambre. En voyant sa mère inanimée, elle demande à Chris ce qu’il lui arrive. Chris lui répond que maman est malade. Bella regarde son père enrouler le corps de Shanann dans les draps du lit et la déposer à l’arrière de son pick-up. Il va ensuite réveiller Céleste et placer les deux petites filles avec leurs couvertures dans son pick-up près du corps de leur mère. Il roule pendant 40 minutes jusqu’au site pétrolier. L’endroit perdu au milieu de nulle part est lugubre la nuit.

Chris coupe le contact, va à l’arrière, et commence à étouffer Céleste avec sa couverture, sous les yeux de Bella. Il va ensuite placer le petit corps dans le réservoir d’huile. Alors qu’il revient à la voiture, Bella lui demande : « Est-ce qu’il va m’arriver la même chose qu’à Céleste ? ». Chris plaque alors la couverture contre le nez et la bouche de sa fille aînée tandis qu’elle se débat. Selon Chris, Bella aurait crié : « Papa ! Non ! ». Lorsqu’elle cesse de respirer, il jette son corps dans le deuxième réservoir d’huile. Il prend ensuite le corps de Shanann et l’enterre dans sa tombe de fortune. La même journée, Chris se rend au travail, et quelques heures plus tard Nickole Atkinson donne l’alerte.

Depuis décembre 2018, Chris purge sa peine dans l’établissement correctionnel de Dodge dans le Wisconsin. Le 26 janvier 2020, la chaîne Lifetime diffuse le film Chris Watts: Confessions of a Killer, avec Sean Kleier dans le rôle de Chris Watts et Ashley Williams dans le rôle de Shanann.

Plus tard, Chris fera de nouvelles révélations par lettre à sa correspondante Cheryln Cadle : « Le 13 août, au matin, je suis d’abord allé dans la chambre des filles, avant que Shanann et moi ayons notre dispute. Je suis allé dans la chambre de Bella, puis dans la chambre de Céleste et j’ai utilisé un oreiller de leur lit (pour les tuer). C’est pourquoi la cause du décès était l’étouffement. Après avoir quitté la chambre de Céleste, je suis remonté au lit avec Shanann et notre dispute a éclaté. […] Le 12 août, quand j’ai fini de mettre les filles au lit, je suis parti et j’ai dit: «  C’est la dernière fois que je vais rentrer mes bébés.  » Je savais ce qui allait se passer la veille et je n’ai rien fait pour l’arrêter. » « Après le décès de Shanann, Bella et Céleste se sont réveillées. Je ne sais pas comment elles se sont réveillées, mais elles l’ont fait. Les yeux de Bella étaient contusionnés et toutes deux avaient l’air d’avoir subi un traumatisme. » Chris dira également avoir fait boire à Shanann de l’oxycodone à son insu, dans l’espoir de lui provoquer une fausse couche.

Les meurtres de Shanann et ses enfants ont bouleversé le Colorado. Personne ne comprenait comment un homme qui semblait avoir tout pour être heureux puisse commettre de tels actes. Shanann avait dépeint sur les réseaux sociaux la vie de famille idéale. Quelques temps avant le drame, dans un de ses live sur Facebook, Shanann racontait sa rencontre avec Chris et concluait par : « Huit ans plus tard, nous avons deux enfants, nous vivons dans le Colorado et il est la meilleure chose qui me soit jamais arrivée ».

Au moment de leur mort, Shanann avait 34 ans et était enceinte de 15 semaines, Bella avait 4 ans et Céleste 3 ans. La mère et ses enfants reposent au cimetière de Bethesda dans le comté de Moore en Caroline du Nord.

Le meurtre d’Eva Bourseau : retrouvée dans une malle.

Eva Bourseau

Eva Bourseau est née le 5 avril 1992 à Toulouse, dans le sud-ouest de la France. Elle est la fille unique de Christophe et Sylvie. A l’âge de trois ans, ses parents se séparent et elle part vivre avec sa mère dans le Lot, où son père vient lui rendre visite toutes les deux semaines. Eva est décrite comme ayant un fort caractère qui s’est manifesté très jeune. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds et disait qu’elle voulait devenir une femme d’affaires. Eva était très proche de sa famille et entretenait également de bonnes relations avec sa belle-mère et les enfants de cette dernière.

A l’adolescence, Eva désire se démarquer et ne pas se fondre dans la masse. «Je pense qu’elle aimait bien ne ressembler à personne. Être à contre-courant.» confie sa belle-mère Christine. Après avoir obtenu son bac, elle s’inscrit en 2011 en première année de japonais à l’Université du Mirail, à Toulouse. L’été qui suit, ses parents lui offre même un voyage au Japon, où elle partira avec une amie. Malheureusement, Eva rate sa première année.

Eva finira par se lier d’amitié avec une certaine Maud, et les deux filles deviennent inséparables. «Ça a été “un coup de foudre amical”», explique Maud. «Ce que je préférais chez elle, c’est vraiment son franc-parler. Je savais que c’était une amie sincère. Elle allait pas te dire: “Ah mais oui… cette robe, elle te va bien…” Non, non! Elle n’avait pas sa langue dans sa poche, donc tu pouvais être honnête avec elle, et elle était honnête avec toi. C’était quelque chose de vrai. Et puis c’était une personne joyeuse, c’était agréable d’être avec elle.»

En 2014, Eva et Maud arrêtent d’aller en cours. Maud fini par se réorienter et part faire ses études dans le sud-est. Ce sera un coup dur pour Eva. « Je pense qu’elle s’est sentie un peu abandonnée. Je saurais pas dire si elle m’en voulait vraiment. Peut-être un peu. Peut-être qu’elle m’en voulait aussi de moi, avoir trouvé ma voie, et pas elle… Je ne sais pas.», admet Maud.

Eva commence à beaucoup sortir le soir et faire souvent la fête. Lorsque Maud lui rend visite pour les vacances de Pâques, Eva lui avoue se droguer de plus en plus. Maud consommait aussi à l’époque, mais avait arrêté après un bad trip. Eva, de son côté, avait rencontré de nouveaux amis et avait essayé le LSD. A partir de mai 2015, elle commence à dealer. Grâce à l’argent qu’elle y gagne, elle compte partir en Nouvelle-Zélande et en Croatie. Lorsque son père lui demande où elle trouve l’argent pour partir, Eva lui répond qu’elle vends des choses. Son père pense à tout, sauf à la drogue. Eva finira par avouer à sa mère qu’elle prend de la drogue occasionnellement, mais Sylvie ne comprend pas ce que sa fille lui raconte, c’est un monde totalement à part pour elle. Sur le coup, elle pense qu’Eva dépanne des amis.

En août 2015, cela fait plusieurs jours qu’Eva ne donne pas de ses nouvelles. Deux de ses amies pensent d’abord qu’Eva boudait après avoir mal prit leurs remarques sur sa consommation de drogue. Mais très vite, ses amis et sa famille commencent à s’inquiéter, surtout qu’Eva avait pour habitude de parler quotidiennement avec ses proches par téléphone ou sur les réseaux sociaux. Cela faisait maintenant une semaine que la jeune femme se faisait silencieuse.

Sonia*, une voisine d’Eva, est persuadée d’avoir déjà entendu des bruits suspects chez Eva très tôt le matin, comme des cris étouffés. Sonia avait prévenu son colocataire Thomas*, ne sachant pas si elle devait appeler la police, et ce dernier ne s’était pas alarmé sur le coup.

Mais depuis plusieurs jours, une odeur nauséabonde a envahi l’immeuble. Et lorsque Thomas a entendu la porte du bas s’ouvrir, des pas lourds passer devant sa porte et grimper jusqu’au studio, il est monté voir. «Et là, je sens l’odeur. Puissance 10.000.» Thomas sonne chez Eva, pas de réponse. «Et là, aucun bruit. Rien du tout. J’entends rien du tout. Ni marcher, ni grincement de parquet, ni même quelqu’un respirer derrière la porte.» Il sent pourtant une présence derrière la porte. Il envoie un texto à l’amie d’Eva : «Y’a quelqu’un chez elle. Je suis allé toquer, ça n’a pas répondu. Je suis sûre que c’est pas elle, faut pas se foutre de ma gueule.» Thomas ne peut rien faire de plus car il doit partir travailler. Lorsqu’il descend au rez-de-chaussé, il se rend compte que la porte d’entrée de l’immeuble est grande ouverte. Or, tous les habitants de l’immeuble ont pour habitude de fermer la porte car n’importe qui peut s’introduire.

Le 3 août 2015, n’y tenant plus, Sylvie rejoint Toulouse en voiture et part d’abord rejoindre une amie d’Eva, Camille*, qui hébergeait la jeune femme avant qu’elle n’emménage au 38 rue Merly. Camille se rend à l’immeuble d’Eva et y rejoint Thomas. Comprenant que quelque chose n’allait vraiment pas, ils appellent les pompiers. Amélie*, une autre amie d’Eva, et prévenue et elle fonce au 38 rue Merly. Lorsqu’elle arrive, les pompiers et la mère d’Eva sont déjà là.

Un pompier monte jusqu’au velux de la chambre d’Eva, et il remarque que la vitre est recouverte d’un papier. Sachant que quelque chose ne va pas, il donne l’ordre d’enfoncer la porte d’Eva. Les pompiers pénètrent d’abord dans le salon, et remarquent que la chambre d’Eva est calfeutrée par du ruban adhésif et qu’un gilet est roulé en bas pour empêcher l’air de passer. Lorsqu’ils enfoncent la porte, ils sont assaillis par une odeur putride. Les pompiers remarquent alors une malle au pied du lit. A l’intérieur, un corps recroquevillé et parsemé de coupures baigne dans un étrange liquide.

Thomas essaie d’entrer dans l’appartement d’Eva, mais un pompier l’en empêche et lui confie qu’ils ont certainement affaire à un homicide. Thomas comprends alors que les cris entendus par Sonia, l’odeur, la porte d’entrée de l’immeuble ouverte et les grincements de plancher prenaient tout leurs sens.

La mère d’Eva s’effondre. Un pompier demande à Amélie et Camille si la jeune femme avait un signe distinctif. Oui, le tatouage d’une chouette dans le dos. Aucun doute possible, il s’agit bien d’Eva.

Christophe Bourseau reçoit un appel de son ex-femme qui se trouve au commissariat. Elle lui annonce que Eva est morte. Christophe et Christine rejoignent Toulouse, sous le choc. Maud, la meilleure amie d’Eva, est également prévenue. A 23h, le capitaine de police Fabrice Sans et le procurer Boyer se retrouvent dans l’appartement. Plusieurs sacs poubelles sont posés à l’entrée, il y a également un pied de biche, un seau rempli d’insectes baignant dans un liquide, des mouches mortes… Fabrice Sans découvre également de la chair brûlée dans la malle.

Le médecin légiste constate que le corps d’Eva est recouvert d’un linge noir et que son visage est méconnaissable tant il est défiguré. A un moment, il se mit à contempler ce qui se trouvait sur la porte de la chambre d’Eva : «Pendant vingt minutes, je suis resté devant. C’était un portant à photos. J’ai vu cette fille. J’ai découvert sa vie. Ses amies. Sa famille. Des photos de fêtes…Pour nous, un corps, c’est un corps. De voir toutes ces photos… Ça me l’a rendue humaine.»

Peu de temps après, Lolita, une voisine d’Eva qui revenait de vacances, découvre ce qui s’est passé au-dessus de chez elle en lisant les nouvelles sur internet. Le nom d’Eva Bourseau tourne en boucle sur toutes les chaînes. Elle dit: «C’était comme un film». Thomas, lui, s’en ait longtemps voulu. Il avait souvent plaisanté avec Sonia sur la possibilité qu’Eva puisse être morte dû à son manque de nouvelle. Aujourd’hui, il regrette : « Mon instinct m’avait agressé toute la semaine et moi, je ne l’ai pas écouté.»

«Quand tout le monde fut parti, raconte Lolita, on s’est retrouvés tous les quatre dans l’immeuble. La clé avait été changée, et tout était fermé. Thomas nous a dit: “On monte pour regarder?” On pouvait regarder sous la porte. On est monté tous les quatre, tout doucement, et on a regardé. On voyait l’appartement, on voyait que quelqu’un avait fouillé.»

Le 5 août 2015, soit deux jours après la découverte du corps d’Eva, un jeune homme se rend au commissariat et assure avoir des informations à livrer sur l’affaire. Il s’appelle Taha Mrani Alaoui, il a 21 ans et est marocain. Dans la soirée du même jour, alors qu’il rentre de sa journée de travail, Zakariya Banouni est arrêté chez lui par les forces de l’ordre.

C’est à l’université que Taha rencontre Zakariya Banouni, en 2014. Taha avait trois ans de plus que Zakariya, et tous deux étaient de brillants étudiants en mathématiques. Zakariya commence à se faire initier par son ami aux drogues : LSD, MDMA, champignons hallucinogènes… C’est début 2015 que les deux hommes font la connaissance d’Eva. Tous se fournissent en drogue auprès du même dealer, Guillaume.

Au commissariat, Taha affirme Zakariya était venu le voir, paniqué, en lui disant : « Mec, j’ai vraiment fait de la merde, j’ai tué Eva. » Taha dit ensuite qu’il ne s’est pas exactement ce qui s’est passé entre Zak et Eva, il savait juste qu’ils s’étaient disputé et que Zakariya avait frappé la jeune femme au visage avec un poing américain. Il prétend également qu’Eva avait 6000 euros de dette envers leur dealer.

Lorsque l’avocat Me Jonathan Bomstain rencontre Zakariya dans les geôles du commissariat, il ne faut pas longtemps pour que le jeune homme lui avoue tout. «Il me raconte tellement de choses, de façon spontanée… On sent que ça sort des tripes. C’est comme si on avait mis toutes les nuances du désespoir humain dans un pot. Et en même temps, du soulagement.»

Dans la nuit du 26 au 27 juillet 2015, Taha et Zakariya étaient allés chez Eva dans le but de lui voler la drogue achetée à leur dealer et prendre de l’argent afin que Taha rembourse ses dettes. Mais Eva était chez elle et ne semblait pas décidée à partir dans la soirée. Ils sonnent une première fois chez la jeune femme, où ils passent la soirée à se droguer tous les trois et à regarder des documentaires. Puis ils repartent. Alors qu’ils s’éloignent du domicile d’Eva, ils décident de terminer ce qu’ils avaient prévu et retournent sur leurs pas. Taha sonne à nouveau chez Eva, prétextant avoir oublié ses clefs. Eva leur ouvre, ils remontent.

C’est Zakariya qui a frappé le premier. Il l’a frappée jusqu’à ce qu’elle s’effondre. Tandis que Zak la maintenait au sol, Taha lui a demandé où se trouvait l’argent, Eva lui répond qu’il est derrière le fauteuil. Taha ne le trouve pas et frappe alors Eva au crâne avec son pied de biche. Il fini par trouver l’argent derrière le canapé, et c’est là que Zak remarque que la jeune femme ne respire plus.

Taha décide de s’inspirer d’une scène de la série Breaking Bad où les dealers dissolvent des corps dans de l’acide. Ils achètent plusieurs bidons d’acide chlorhydrique ainsi qu’une malle où ils plient le corps d’Eva pour le faire rentrer. Pendant une semaine, les deux hommes reviennent tous les jours pour contrôler l’état de décomposition du corps. Puis ils découvrent les articles de presse qui parlent du meurtre de la jeune femme.

Durant leurs premières gardes à vue, les deux hommes ont des attitudes et des propos incohérents. Le dealer Guillaume affirmera que Eva n’avait aucune dette envers lui, contrairement à Taha. Pendant ce temps, la presse se déchaîne. Le profil de ces deux étudiants brillants qui commettent l’irréparable fascine. De plus, Zakariya était déjà apparu dans la presse locale : alors qu’il était au lycée, il avait remporté un prix aux olympiades scientifiques avec deux amis, pour l’invention d’une main articulée traduisant la langue des signes. Une photo où l’on voyait le jeune homme souriant accompagnait l’article :

Zakariya en chemise bordeaux, aux côtés de ses amis et de son professeur.

A l’automne 2016, Taha et Zakariya doivent revenir sur les lieux du crime pour une reconstitution. Mais les deux accusés ne sont pas d’accord sur le déroulement des faits. Taha affirme que Eva se trouvait par terre sur le dos tandis que Zakariya se tenait sur elle ; sa version correspond aux constatations médico-légales. Mais dans la version de Zak, Eva est sur le ventre tandis qu’il lui maintient les bras derrière le dos, mais ça ne correspond pas à l’autopsie.

Taha (à gauche en noir) et Zakariya (à droite en gris) lors de la reconstitution.

Le 21 décembre 2018, le verdict tombe : Taha Mrani Alaoui et Zakariya Banouni ont été condamnés respectivement à 30 et 25 ans de réclusion criminelle.

(*) Certains prénoms ont été changés afin de préserver l’anonymat.