Disparus en mer : le destin tragique des Lonergan.

Tom Lonergan, né le 28 décembre 1964, et Eileen Hains, née le 3 mars 1969, se sont rencontrés à l’Université d’Etat de Louisiane d’où ils en sont ressortis diplômés. Peu après leurs études, ils se marient à Jefferson au Texas, le 24 juin 1988. Les Lonergan étaient décrits comme un couple complice et très amoureux, et prévoyaient de s’installer bientôt à Hawaii.

Tom et Eileen

En 1998, le jeune couple termine une mission dans les îles Fidji dans le cadre de Peace Corps, une agence bénévole américaine qui tend à aider les pays en développement. Mais avant de rentrer aux Etats-Unis, Tom et Eileen souhaitent s’offrir des vacances à l’étranger. Ils s’arrêtent dans le Queensland en Australie, et très vite le jeune couple passionné par la plongée sous-marine a l’idée de visiter la Grande Barrière de Corail. Ils réservent donc une excursion en haute mer avec l’agence Outer Edge basée à Port Douglas, et le dimanche 25 janvier 1998 ils se lèvent très tôt et prennent un mini-bus depuis Cairns afin de se rendre au lieu de rendez-vous. L’activité doit se dérouler autour du récif de Saint Chrispin, situé à environ 70km au nord-est de Port Douglas.

A 8h30 du matin, Tom et Eileen montent à bord du bateau de plongée avec 26 autres passagers, piloté par Geoffrey Nairn, le gérant de l’agence Outer Edge, et le bateau arrive au récif de Saint Chrispin vers 9h45. Tom, Eileen, ainsi que d’autres plongeurs enfilent leur tenue de plongée et reçoivent les directives des instructeurs. Ils doivent revenir au bout de 30 minutes maximum. Suite à cela, les Lonergan plongent et profitent de la beauté du site. Vers 14h, après leur pause déjeuner, le petit groupe se prépare pour leur dernière plongée. Les Lonergan, qui sont des plongeurs expérimentés et possédant le padi Open Water, informent les instructeurs qu’ils souhaitent plonger un peu plus loin du groupe, de manière plus autonome, demande qui leur sera acceptée.

A 14h30, le couple effectue alors leur dernière plongée, et doivent revenir 30 minutes plus tard au bateau. A 15h, Geoffrey Nairn donne un coup de sirène pour informer tous les plongeurs qu’ils doivent revenir sur le bateau. Un membre de l’équipage effectue le comptage des gens à bord, et informe Nairn qu’il y a bien les 26 passagers présents, et le bateau retourne alors à Port Douglas. Un des employés trouvera un sac oublié à bord, il ne se posera pas plus de question et le jettera dans la corbeille des objets trouvés. En effet, il est très fréquent que des touristes oublient des affaires lors des sorties en bateau.

Plus tard à 16h30, le conducteur du mini-bus chargé de ramener les passagers à Cairns s’étonne de ne pas voir le couple Lonergan qu’il avait rencontré le matin même. Il commence à faire le tour des bars au cas où le couple se serait arrêté pour boire un verre, mais ne les trouvant pas, le conducteur n’a pas d’autres choix que de partir sans eux. Une fois à Cairns, il informe sa patronne de l’absence du couple. Cette dernière appelle alors Geoffrey Nairn, mais ce dernier ne s’en inquiétera pas plus que cela.

Le 26 janvier, Nairn conduit un nouveau groupe de touristes à bord de l‘Outer Edge vers Saint Chrispin. Au cours de la journée, l’un des plongeurs remonte à bord avec six plombs de plongée provenant d’une ceinture de lestage, mais cette découverte n’alarmera pas le responsable, car il est assez fréquent de retrouver des objets perdus ou abandonnés dans cette zone de plongée très fréquentée.

Le 27 janvier, la routine continue et une nouvelle excursion est organisée sur Saint Chrispin. Une fois rentré à Port Douglas, Geoffrey Nairn est intrigué par la corbeille des objets trouvés, dans laquelle se trouve le sac retrouvé par un employé sur le bateau dimanche dernier. Il se permet de fouiller à l’intérieur du sac, et y trouve des vêtements ainsi qu’un portefeuille et un passeport au nom de Tom Lonergan. Nairn va alors commencer à paniquer et à se demander s’il n’avait pas bel et bien oublié Tom et Eileen Lonergan en pleine mer deux jours plus tôt.

Geoffrey Nairn appelle l’auberge de jeunesse où séjourne le couple et on lui confirme que les Lonergan n’ont pas été revus depuis le matin du dimanche 25 janvier. Nairn se résout alors à appeler le 000, l’appel d’urgence de l’Australie. Un hélicoptère est directement envoyé au récif Saint Chrispin pour localiser le couple, mais sans succès. Le 28 janvier, des équipes de sauvetage aérien et maritime, des navires civils et la marine fouillent l’océan pendant trois jours.

Le 5 février 1998, à plus de 100km de Saint Chrispin, on va retrouver sur le rivage de Indian Head une combinaison pour femme. En juin 1998, on retrouve au même endroit des gilets gonflables portant le nom de Tom et Eileen Lonergan, ainsi que leurs bouteilles d’air comprimé. Ces objets seront analysés et on constate la présence de balanes, dont la croissance permet de déterminer que cette combinaison se trouvait dans l’océan depuis janvier 1998.

Le gilet de Tom Lonergan

On retrouvera également une ardoise de plongeur, un objet utilisé pour communiquer sous l’eau. Sur l’ardoise y est écrit : « Lundi 26 janvier 98 à 8h. A toute personne qui peut nous aider, nous avons été abandonnés sur le récif australien Agincourt par l’Outer Edge le 25 janvier 98 à 15h. Aidez-nous s’il vous plaît venez nous sauver avant que l’on meure, à l’aide !!! ».

Le dernier message des Lonergan

Ce message de détresse confirme que le jeune couple a bien été oublié dans l’océan par Geoffrey Nairn. Il sera inculpé d’homicide involontaire et son procès s’ouvre en novembre 1999. Mais lors de l’audience, l’avocat de la défense met en avant les journaux intimes du couple, qui ont été retrouvés par la police, pour soutenir l’idée qu’ils auraient fait un pacte de suicide, ou qu’ils auraient simuler leur mort pour refaire leur vie ailleurs. En effet, quelques mois avant le drame, Tom Lonergan avait écrit dans son journal que sa vie était complète et qu’il était prêt à mourir. Et deux semaines avant leur disparition, Eileen écrira dans son propre journal que son mari espèrait une mort rapide et sans douleur.

Nairn sera finalement jugé non coupable de cet accident, car n’ayant jamais retrouvé leurs corps, le doute subsiste sur la mort des Lonergan. En revanche, son agence sera condamnée à payer une forte amende pour négligence et Nairn se retrouvera ruiné. Le verdict sera mal accueillit par les familles de Tom et Eileen, qui reprochent l’utilisation des journaux intimes du couple pour décrédibiliser leur mort. En parallèle, la sécurité en plongée sous-marine sera renforcée par le gouvernement du Queensland.

En 2003, le film Open Water réalisé par Chris Kentis remet en lumière cette affaire quelque peu oubliée. Le film s’inspire fortement de l’histoire du couple Lonergan et fera un carton au box-office, générant plus de 25 millions de dollars. Mais il ne sera pas vu d’un très bon oeil par Geoffrey Nairn, ni par les agences de plongée sous-marine australiennes, qui gardent des séquelles de cette sombre affaire. En 2006, à plus de 400km au sud de Port Douglas, un homme retrouve sur la plage une palme de plongée jaune en assez bon état. Sur cette palme se trouve un mot rendu presque illisible : Lonergan. L’objet sera restitué à la police. Le 31 décembre 2015, Geoffrey Nairn décède à l’âge de 59 ans.

John Hains, le père d’Eileen, est persuadé que le couple est mort par noyade ou par une attaque de requins. Il ne croit pas en la théorie du suicide et a affirmé que les messages retrouvés dans les journaux intimes ont été sortis de leur contexte. Un avis qui sera partagé par la justice australienne. En effet, Tom et Eileen étaient des catholiques fortement impliqués dans leur religion. L’église catholique condamnant le suicide, ils n’auraient sans doute pas commit l’irréparable. De plus, ils n’auraient certainement pas écrit ce message de détresse s’ils avaient prévu de se suicider en pleine mer, et mourir noyé ou dévoré par des requins n’est certainement pas une manière douce et rapide de mourir comme le souhaitait Tom Lonergan.

Image tirée du film « Open Water »

On pense également à la théorie d’une disparition volontaire. Peut-être que les Lonergan avaient pour objectif de fuir afin de refaire leur vie ailleurs. Peut-être avaient-ils des raisons qui les auraient poussé à disparaître. Mais cela n’explique pas l’appel à l’aide retrouvé sur l’ardoise. La police a finalement écarté cette théorie car aucun mouvement n’a été enregistré sur les comptes bancaire de Tom et Eileen depuis.

La thèse la plus plausible reste celle de l’accident. Il est fort probable qu’ils soient remontés trop tard à la surface, et peut-être qu’ils auraient même vu le bateau s’éloigner. Le bateau se trouvant déjà loin, l’équipage n’aurait pas entendu leurs appels de détresse, les condamnant à leur triste sort. Oubliés au beau milieu de l’océan et de tous les dangers, Tom et Eileen auraient donc écrit un dernier message sur leur ardoise tout en ayant l’espoir que quelqu’un remarquerait leur absence et qu’on reviendrait les chercher. Ils seraient alors morts après une lente agonie, succombant à la noyade ou à une attaque d’animaux marins.

A ce jour, les corps de Tom et Eileen Lonergan n’ont jamais été retrouvés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s