Le cas de Grace Millane : un jeu sexuel qui a mal tourné ?

Grace Millane est née le 2 décembre 1996 en Angleterre. Elle était la fille de David et Gillian Millane, et était décrite comme une jeune fille brillante, sociable et sans histoires. Alors qu’elle était fraîchement diplômée de l’université de Lincoln, elle avait décidé de prendre une année sabbatique et d’effectuer un tour du monde. Après avoir passé plusieurs semaines en Amérique du Sud, Grace est arrivée en Nouvelle-Zélande le 20 novembre 2018 et s’est installée à Auckland le 30 novembre.

Début décembre, ses parents s’inquiètent de ne pas avoir de nouvelles, et qu’elle ne réponde pas à leurs messages d’anniversaire, chose qui ne lui ressemble pas. La police néo-zélandaise fut prévenue, et lorsqu’ils se rendirent à l’hôtel où résidait la jeune fille, ils apprirent qu’elle n’était pas revenue depuis la nuit de sa disparition, soit le 1er décembre.

Un suspect de 26 ans fut finalement arrêté le 8 décembre 2018 grâce à des caméras de surveillance, où on le voit en compagnie de la jeune fille. L’homme dira qu’il avait rencontré Grace sur Tinder et qu’ils s’étaient retrouvés pour un date.

Sur les images de vidéosurveillance, nous les voyons se rencontrer à l’extérieur de l’immeuble Sky City peu avant 18h, avant d’aller prendre un verre au Andy’s Burger Bar. Vers 19h, ils se rendent au Mexican Cafe, puis à 20h30 ils partent au Bluestone. On peut les voir proches et complices. Les dernières images de Grace et de l’accusé sont capturées par des caméras de l’hôtel CityLife à 21h21, où ils se dirigent vers une chambre.

Grace à droite en robe noir, le suspect a le visage flouté.
Les dernières images de Grace.

L’identité de l’homme reste confidentielle pour des raisons juridiques.

Le corps de Grace fut retrouvé le 9 décembre 2018 au large de Scenic Drive, à l’intérieur d’une valise. L’accusé a comparu devant le tribunal le 10 décembre 2018 pour le meurtre de la jeune femme. Il avait déjà eu des antécédents pour vol et condamné une fois pour conduite en état d’ivresse.

Une amie de Grace nommée Ameena Ashcroft a confié qu’elle avait envoyé des messages à la jeune femme tout au long de son date : « J’étais un peu méfiante, mais je ne l’ai pas montré à Grace. J’étais fatiguée et je ne voulais pas réagir de manière excessive. » Elle ajoute : « Je n’avais pas l’impression que Grace était inquiète. Elle semblait passer un bon moment. » Grace lui avait même envoyé un message en lui disant : « On s’entend très bien, je te raconterai tout demain.« 

Les funérailles de Grace Millane se sont tenues à la cathédrale de Brentwood dans l’Essex, le 10 janvier 2019. L’accusé a comparé devant la Haute Cour d’Auckland le 16 janvier 2019 et a plaidé non-coupable. Le procès débute le 4 novembre 2019, et il plaide à nouveau non-coupable. Il est révélé que l’homme avait prit des photos du corps nu et sans vie de Grace dans des positions érotiques. L’accusé affirme qu’il s’agissait d’un accident lors d’un jeu sexuel, mais le tribunal lui reproche d’avoir prit le temps de photographier le corps et que son comportement était alimenté par un intérêt sexuel morbide.

Trois femmes ont témoigné contre l’accusé. Elles disent l’avoir également rencontré via un date Tinder, et qu’il était un adepte de masochisme, ayant recours de préférence à l’étouffement. Le pathologiste a confirmé que l’examen post-mortem du corps de Grace avait révélé des ecchymoses similaires à une personne ayant subi un étouffement.

L’accusé a maintenu que la mort de Grace était accidentelle, survenue lors d’un jeu sexuel consensuel qui avait mal tourné, et que la consommation d’alcool de la victime au moment des faits avait pu contribuer à sa mort. L’autopsie révélait qu’effectivement les blessures de la jeune femme étaient compatibles avec un acte sexuel consensuel, car il n’y avait aucune trace de blessures défensives sur le corps. L’avocat de l’accusé, Ian Brookie, déclare que son client a paniqué, ce qui explique pourquoi il avait caché le corps. Mais un autre élément n’a pas joué en faveur de l’accusé, car le jour même où il s’est débarrassé du corps de Grace, il aurait rencontré une nouvelle partenaire potentielle sur Tinder.

L’homme a finalement été condamné à la prison à vie, avec une possibilité de libération conditionnelle après 17 ans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s