Marion Wagon : portée disparue depuis 22 ans.

Née le 3 août 1986, Marion Wagon était la cadette d’une fratrie de trois enfants. C’était une petite fille joyeuse et souriante, mais aussi indépendante car elle allait à l’école toute seule.

Marion Wagon

Tout commence à Agen, le 14 novembre 1996. Il est environ midi lorsque Marion, 10 ans, quitte son école pour rentrer manger chez elle. Marion habite à seulement quelques minutes de l’école.

A 12h25, ses parents s’inquiètent car ils ne la voient toujours pas arriver. Ils envoient le frère et la soeur de Marion la chercher, mais ils ne la trouveront pas. A 12h45, ils préviennent la police. Les premières investigations débutent. Dès 13h les policiers parcourent les rues à la recherche d’indices et de témoins. A 17h, une équipe de cynophile fouille les halls d’immeuble et les caves.

Les jours suivants, les recherches se poursuivent. Ce sont des gendarmes et des militaires du 48ème Régiment de transmission, ainsi que près de 20 000 chasseurs qui fouillent les bois et les campagnes. Très vite, la disparition de Marion est jugée comme inquiétante. Une information judiciaire est alors ouverte pour enlèvement par le parquet d’Agen. Des affiches montrant le visage de la petite fille sont collées et distribuées partout, dans les commerces, lieux publics, péages, et même sur des packs de lait. Une première en France. Jusqu’à 1 million de portraits de la fillette seront diffusés dans le pays et à l’étranger.

Le 2 décembre, toujours sans aucune piste, les parents de Marion, Michel et Françoise Wagon, parlent aux journalistes : « Si quelqu’un la retient, nous le supplions de nous rendre notre enfant. Je lance aussi cet appel à toute personne qui pourrait nous aider à retrouver notre petite fille Marion. »

Michel et Françoise Wagon

Le 14 janvier 1997, une opération Ruban Blanc est organisée, ce qui relance l’attention des médias sur l’affaire. En février, à l’initiative de La Mouette et d’Orphelins sans Frontières, des associations européennes pour la défense de l’enfance se réunissent à Agen afin de discuter d’une collaboration transfrontalière. 

En avril, un homme connu des services de police est arrêté et placé en garde à vue. Le 14 novembre 1996, l’homme aurait demandé, à travers les ondes des cibistes, une route discrète pour se rendre à Agen. Mais il sera finalement relâché, faute de preuve. Un mois plus tard, le canal latéral à la Garonne est vidé sur 14 kilomètres, et pendant une semaine les plongeurs de la brigade nautique et la gendarmerie procèdent à des nouvelles recherches. 

En juillet, une touriste en vacances en Martinique assure avoir parlé à une petite fille qui disait s’appeler Marion Wagon et qu’elle souhaitait rentrer chez elle. Mais peu après, un autre témoin affirme l’avoir aperçue sur une plage en Espagne. Malgré que des milliers de personnes aient été entendues, l’enquête reste au point mort.

Début 1998, un faux détective se présente aux parents de Marion. Il prétends savoir où se trouve leur fille et leur réclame 30 000 francs pour pouvoir aller la chercher. Il sera interpellé et condamné à deux ans de prison ferme. En mai de la même année, les gendarmes de la cellule Marion éditent un portrait vieilli de la fillette.

Portrait vieilli de Marion

En 2003, un rebondissement a lieu dans l’enquête : un travesti toulousain se faisant surnommé « Djamel » affirme avoir vu Marion dans des soirées organisées par le tueur en série Patrice Alègre. Ce témoignage s’avère être une fausse piste, et l’homme est mis en examen. Pendant un temps, le pédophile Michel Fourniret fut soupçonné d’être responsable de la disparition de Marion et les gendarmes firent des investigation, mais Fourniret sera finalement écarté de l’affaire.

En 2013, l’affaire des séquestrées de Cleveland aux Etats-Unis, qui concerne trois jeunes femmes enlevées en 2002 et retrouvées vivantes en mai 2013 redonne de l’espoir aux parents de Marion, ainsi qu’à Annie Gourgues, présidente de l’association La Mouette, qui suit de près l’affaire de Marion depuis le début. 

En novembre 2016, à l’initiative de l’association La Mouette, des pins et des enveloppes à l’effigie de Marion sont distribués à Agen, pour rappeler de ne pas oublier la petite fille même 20 ans après. Une marche silencieuse sera également organisée le 14 novembre 2016. Les parents de Marion ne participèrent pas à cette marche silencieuse, préférant s’isoler durant cette période difficile. Mais ils restent très touchés de toute cette mobilisation autour de leur fille : « Tous les messages de sympathie, toute cette solidarité qui s’est créée autour de Marion, les mots de réconfort, les petits signes, les petits gestes, ça nous a aidé très certainement à tenir le coup, et nous sommes très reconnaissants aux Agenais et Agenaises. » A ce jour, ils ont toujours l’espoir de savoir ce qui est arrivé à Marion, ce 14 novembre 1996.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s